Magazine Blog

Lassitude

Publié le 12 mars 2008 par Didier T.
gare d'Auswitch
La lassitude est un sentiment étrange. On y accroche souvent des mots qui lui ressemblent, mais en fait, ces mots-là n'arrivent pas à son niveau. La lassitude, ce peut être de la fatigue, ou alors on dit, je manque d'énergie, ou.. j'ai pas assez dormi. Encore ? "ça me gonfle, j'en ai marre, ils font chier, ça me casse les pieds et le reste" ou tout simplement un geste de la main droite, main ouverte vers le ciel qui effectue un mouvement ni lent ni rapide vers le haut, impulsé par le poignet. Non, la lassitude, c'est ce moment où plusieurs sensations négatives se mélangent aux désirs impossible à atteindre provisoirement. C'est le moment où l'on se pose sur un canapé, chez soi, la tête bourdonnante d'informations chiantes et polluantes qui donnent l'impression que le cerveau a été le réceptacle d'informations inutiles multiples, sur-multipliées souvent, qui laissent l'esprit pantois, incapable de faire le tri. Puis une fois la résonance disparue, une fois l'écho d'une journée de merde comme les autres absorbé par l'air qui circule, il ne reste que la lourdeur. Celle d'une tête trop remplie (je viens de le dire), celle d'un corps qui vient de déclarer forfait après trop d'efforts donnés et qui réclame une pause, celle de paupières lourdes à vouloir dormir à peine passé le pas-de-porte du home-shit-home. L'épaule absente, les larmes avalées, la rage oubliée, l'ennui omniprésent, le rapport au temps qui passe qui devient l'inquiétude principale, le souvenir des choses ratées, ou mal faites, ou avortées, des choses à faire qui ressemblent à l'ascension du K2 (mais sans les mains), la vacuité des choses quotidiennes qui semblent trop présentes, le souvenir des yeux d'un môme qu'on n'a pas assez touché cette semaine, la morbidité du lieu de vie qui ne vous donne pas envie de mourir ici, l'amertume des choix qui n'en étaient pas.
La lassitude, c'est cet état physique où on a l'impression que tout fout le camp et que dix pauvres doigts ne pourront pas empêcher de fuir. La lassitude, c'est l'envie de prendre une douche par l'intérieur, de se laver de cette lourdeur accumulée, c'est l'envie de laisser un TGV passer en rase-campagne en le regardant arriver allongé sur les rails. La lassitude, ce sont les entraves qui vous maintiennent contre la voie ferrée, en espérant un changement d'aiguillage, pour qu'une fois de plus, le billet pour demain soit composté.
Publié par les diablotintines - Une Fille - Mika - Zal - uusulu

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Didier T. 32 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog