Magazine Société

Tribunal du 6/03/2008

Publié le 13 mars 2008 par Cguittard @cguittard
Perdus dans les nuages   C'est un grand jeune homme (20 ans), timide qui s'est présenté jeudi à la barre du tribunal. Il était prévenu d'escroquerie à la carte bancaire. Placés dans différents foyers depuis l'âge de huit ans, il avait déjà été condamné pour vol avec dégradation. En réparation, Il devait effectuer un travail d'intérêt général. Sur les 40 heures, il en a effectué 8 puis il est parti sans motif valable. À la barre, il n'a aucune explication à donner pour ce manquement. Pour l'objet de sa comparution, il avait trouvé une carte bancaire et s'en était servi pour payer des forfaits de téléphone à plusieurs de ses relations (140 € au total). Lors de son audition, il avait déclaré qu'il leur devait de l'argent. Mais il est resté sans réponse pour expliquer son geste. Il a seulement dit dans un élan verbal qu’il ne recommencerait pas. Nathalie Bany, procureur de la république, l’a questionné « Qu'est-ce que vaut votre parole ». Sûrement décontenancé ou n'ayant pas compris la question sa réponse sera brève « rien ». Nathalie Bany a rajouté « on finit par le connaître un peu trop au tribunal, va-t-il devenir adulte ». Mais en regardant le prévenu, elle a rajouté « a voir votre bouille, c'est mal parti ». Reconnu coupable par le tribunal la peine a été ajournée au 12 juin, date avant laquelle il devra impérativement rembourser sa victime.   Période difficile   À 22 ans, le prévenu avait eu en novembre 2007 un mois difficile. Ayant coupé les ponts avec ses parents divorcés il s'était retrouvé SDF. Il est pris en stop par un membre d'une association Cantalienne qui va l’héberger temporairement. Pendant son séjour au sein de l'association il a dérobé six chèques, et avec ces derniers il a retiré de l'argent liquide (500 €), acheté une voiture et commis des délits de grivelerie. Mais sûrement très déprimé à cette période, il reconnaîtra à la barre « j'étais dans une situation difficile et je n'étais pas clair dans ma tête ». De plus, il a retrouvé du travail et semble s'être remis dans le droit chemin. Pour rembourser ses méfaits, il a déclaré devoir toucher un héritage sous peu. À la barre, il est apparu plein de bonne volonté en essayant de tirer un trait sur ce mois de dérapage. Sans avocat, il s'est défendu avec conviction.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cguittard 1811 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine