Magazine Culture

L'édition, un secteur "stagiophage"

Par Lise Marie Jaillant

Stagiaire Lu dans Le monde de l'Education, février 2008:

""Pour lire les manuscrits et rédiger les lettres de refus, les stagiaires sont les bienvenus: c'est un travail incontournable et aucunement rémunérateur pour un éditeur!", explique Muriel, une salariée du secteur. Si les abus dont sont victimes les stagiaires dans l'édition ne datent pas d'hier, l'engouement récent des jeunes pour la filière les a encore accentués. "Vu le nombre de postulants en master, il faut presque toujours se prévaloir d'un stage pour voir son dossier retenu", reconnaît Bertrand Legendre, responsable du Master pro édition de Paris XIII. Pis, les formations se multiplient sans que le nombre de postes augmente (il stagne autour de 10 000). Voilà qui explique sans doute pourquoi le site du Syndicat national de l'édition continue de proposer plus de stages que d'offres d'emplois."

Les stagiaires lisent donc les manuscrits des pistonnés et leur rédigent des lettres de refus personnalisées. Les même stagiaires envoient également les lettres-types de refus aux simples wannabes.

En clair, stagiaires et wannabes font l'expérience commune de l'exploitation: mépris et absence de perspective. A moins, bien sûr, d'avoir des contacts dans le milieu: ça m'étonnerait qu'Héloïse d'Ormesson ait fait des stages non ou mal payés avant de trouver son job chez Denoël, puis de fonder sa propre maison...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lise Marie Jaillant 301 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines