Magazine Afrique

Situation déplorable vécue par les éleves de Bourem!!!

Publié le 19 avril 2012 par Almaimoune
Situation déplorable vécue par les éleves de Bourem!!!

Quitter la ville?

Rester auprés des parents?

Voilà les questions que ces pauvres personnes se posaient: eleves, parents d'eleves et autorités locales par souci pour l'avenir des futurs cadres du Pays.

Partir pour poursuivre ses études et ne pas prendre de retard, voilà ce qu'a finalement choisi les eleves dont les parents ont les moyens.

Ainsi ils sont nombreux à avoir bravé la peur de la route, la peur de la ville deserte de Gao.

Pour avoir une occasion pour venir à Gao c'est d'abor un probleme car tout le monde veut quitter au plus vite la ville. Il fallait se bagarer pour avoir une place. Puis le trajet desert de 95 km entre Bourem et Gao...la traque!!!

A Gao il faut s'enregistrer vite pour ne pas rater les rares bus qui sortent de la ville. Pour entrer dans le bus, c'est sur un RING car y'a tellement de bagarre(des videos sur ma chaine youtube).

Aprés Wabaria...Gossi...Hombori...la peur continue...puis arrivé à Sévaré elle disparait peu à peu et vers San on peut dire Oufff! Dieu Merci.

Ils sont nombreux à venir à Bamako pour s'inscrire dans des écoles et poursuivre leur annés scolaire perturbée dans son ensemble  par les attaques du MNLA et d'Ançardine dans le Nord du Mali.

Nous pensons sincerement à ceux dont les parents n'ont pas les moyens et qui sont obligés de perdre cette année scolaire alors que leurs amis qui sont au Sud du Pays étudient tranquillement. C'est dommage alors que le MNLA parle de Libération. Quand ces enfants grandiront, combien vont ils apprécier cette situation et comment vont ils la raconter à leurs enfants? Comment ces enfants peuvent ils dire un jour à leurs enfants que le MNLA est venu les libérer???

Heuresement que des dispositions ont été prises par les plus hautes autorités du Mali pour aider ces enfants. Ils viennent de partout: Gao, Tombouctou, Bourem, Ansongo, Ménaka, Diré, Goundam, Niafunké, Djebok etc.

Et ceux qui sont réfugiés au Niger, au Burkina Faso ou encore en Algérie?

Que Dieu Tout Puissant sauve ces jeunes eleves qui n'ont demandé qu'à étudier librement. Amiine.

Nous sommes quand même au 21ème siècle!!!

Photo: Récreation devant la cour de l'école fondamentale Bourem I second cycle en Novembre 2011. Ils étaient partis pour une belle année.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Almaimoune 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine