Magazine

Bilan du XV de France : loin du compte

Publié le 16 mars 2008 par Marbor

Bilan du XV de France : loin du compte

Il parait que les Franais comptaient battre les Gallois par vingt point d'ecart. Deja bien qu'ils n'aient pas encaisse une correction plus lourde que le 29-12 final!

Inutile de revenir sur le deroulement du match, que tout le monde a surement suivi. Nous en sommes deja a l'heure du bilan, et celui-ci n'est pas fameux.

Au point de vue comptable, avec 3 victoires pour 2 defaites, les Franais sont au-dessus de la moyenne, mais avec 3 matches a domicile. Les victoires contre l'Ecosse, l'Italie et l'Irlande ne relevent pas de l'exploit, tant ses equipes sont limitees. L'impuissance affichee contre l'Angleterre et les Gallois est assez deprimante et pose la question du veritable niveau de cette equipe de France.

On pourrait parler de regression par rapport a l'ere Laporte. Apres tout, l'equipe alignee contre les Gallois avait un air de deja vu : un pack deja largement rode sous le precedent selectionneur, a l'exception des piliers une charniere d'anciens et des centres couverts de selections. Certes la defense tient bien et on se demande ce que Ouedraogo et Dussautoir prennent au petit-dejeuner pour cavaler comme a. Mais pour le reste?

Ou bien les nouveaux piliers sont en dessous des precedents, ou bien c'est l'ensemble du travail des avants qui laisse a desirer. De maniere plus generale le pack n'avance pas vraiment: il conserve le ballon - c'est deja ! -, mais a quel prix! La moitie des joueurs se vautrent les uns sur les autres pour deblayer et le ballon ne vit pas. On mise entierement sur la tonicite de Dussautoir et Sarzewsky, les seuls, avec Vermeulen quand il est la, a avancer un peu.

Depuis le feu d'artifice du debut du tournoi et les essais d'ecole contre l'Italie, les trois-quarts n'ont pas ete a leur avantage: l'option d'ecarter rapidement a ete contree par les Anglais et par les autres ensuite. Pire, les essais en contre anglais et gallois resultent de l'etouffement de nos attaques. Contre les Gallois, on a vu et revu des ballons ecartes sur des centres arretes et tres a plat. Le choix d'aligner deux joueurs identiques au centre, Jauzion et Traille, est etonnant: aucun ne peut apporter la vivacite necessaire pour prendre les intervalles et comme Skrela est dans le meme registre... Si on voulait etre mechant, on dirait que la France joue comme l'Ecosse: on attaque, en faisant l'essuie-glace sur la ligne mediane un coup on gagne dix metres, un coup on les perd. On croirait que le seul objectif est d'avoir le ballon, mais on marque quand? et comment?

Le renouvellement annonce, dans les intentions et dans l'effectif, a fait long feu. Apres tout, finir le tournoi avec trois joueurs nouveaux (Malzieu, Floch, Barcella), on l'a deja vu sous Laporte. Sarzewsky et Dussautoir, justement, ont ete integres du jour au lendemain il n'y a pas si longtemps. L'esprit d'initiative laisse aux joueurs n'a pas donne grand'chosenon plus : a l'exception d'Ellisalde, qui est capable d'improviser? Ou est l'ouvreur qui decide dans la fraction de seconde?

Finalement on a vu beaucoup de joueurs, avec peu de temps de jeu, peu d'entrainements communs. Tout cela sentait l'amateurisme. Passee l'indulgence bien naturelle au vu des sympathiques debuts de Tournoi, on parie que les critiques vont desormais pleuvoir?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marbor 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte