Magazine Culture

Alexandre Kinn, un autre visage du groove

Publié le 17 mars 2008 par Titus @TitusFR
33cb02ce73eb9e8b1868bea75851bee1.jpgLors de son passage en Bretagne à l'automne 2007, la chanteuse amérindienne de blues, Pura Fé, nous avait dit être déjà venue en Bretagne pour participer à une session d'enregistrement avec Alexandre Kinn. La chanson enregistrée à cette occasion figure sur le premier album de cet auteur-compositeur-interprète originaire du Sud-Est de la France. "Dans la tête d'un homme" est sorti ce 17 mars et bénéficiera du soutien actif d'une majeure, AZ/Universal, pour sa distribution. Voilà un artiste dont on risque d'entendre beaucoup parler dans les mois à venir, foi de Titus !
L'artiste, en première partie d'Anis, à la Cigale, à Paris, le 9 octobre 2006, en guise de mise en bouche :
alexandre kinn a la cigale
Titus - Est-il vrai que tu rêvais de devenir égyptologue lorsque tu étais gamin ? Qu'est-ce qui a provoqué ton nouveau choix de carrière ?
Je rêvais d’être « Indiana Jones » en fait, et j’étais bien jeune… et aventurier, par définition, je trouvais ça cool !Le fait de vouloir faire de la "musik" remonte à la Nouvelle-Orléans...
Titus - Dans quelles circonstances t'es-tu retrouvé en Louisiane ? Beaucoup de musiciens en reviennent transfigurés; était-ce ton cas ?
4ff05ff9a7fa81a9d42489bd7de6eef4.jpgC’est là que j’ai découvert un nouveau visage du groove, quelque chose d’organique, de faussement simple… C’est à la Nouvelle-Orléans que les musiciens ont un raisonnement particulier : les (vieux) musiciens restent à la
Nouvelle-Orléans pour former les jeunes musiciens… Il y a une vraie sincérité et solidarité entre les musiciens…Ce qui n’est pas toujours le cas en France...
Titus - Peux-tu nous décrire le milieu dans lequel tu as grandi ? D'où es-tu originaire ?
J’ai grandi dans le Sud-Est de la France, au bord de la mer… Je viens d’une famille de trois garçons, une maison où les portes sont toujours ouvertes, beaucoup de passage, toujours des potes… Des repas interminables baignés par le rosé… J’ai eu une enfance et une adolescence plutôt cool..
Titus - Te souviens-tu de ta première "rencontre" avec la musique ?
«Since I’ve been loving you», de Led Zeppelin, et «When the music is over», des Doors.
Titus - Aujourd'hui, tu es multi-instrumentiste, passant aussi bien de la guitare à l'harmonica ou à la weissenborn. L'apprentissage de ces instruments s'est fait graduellement, j'imagine ?
83b53e1bdc0c1407e9b64e239f7642b8.jpgJe suis autodidacte, sur les trois instruments, mais en ce qui concerne la weissenborn, j’ai eu la chance de pouvoir faire un stage avec Bob Brozman et j’ai eu la chance de pouvoir jouer avec de très bons musiciens, avec qui j’ai beaucoup appris…
Titus - Sur ton site officiel, tu évoques plusieurs influences marquantes, notamment Bob Dylan, Ben Harper, John Butler, Dave Matthews et Jack Johnson. As-tu écouté beaucoup de musique avant d'avoir l'envie à ton tour d'en composer ? Quel rôle, selon toi, ont joué ces musiciens dans ton propre développement ?
Ces artistes tentent de mélanger trois paramètres majeurs : le texte, l’harmonie et le groove. Et surtout, ils ont une vraie vision de l’équipe, « du crew », chacun produit l’un, fait un guest avec l’autre, etc… Ce qui m’intéresse, c’est de tenter de mélanger ces trois paramètres, avec la langue française…
Titus - Même si ton premier album sort le 17 mars, un maxi six titres circulait déjà depuis quelque temps sous le manteau, et a permis de commencer à faire parler de toi. De quand date l'enregistrement de ces chansons ? Certaines d'entre elles figurent-elles sur le premier album et, si c'est le cas, ont-elles été réarrangées pour l'occasion ?
ab7a5d0fdd1005844f0a09b545ac37de.jpgLe maxi 6 titres, que nous avons enregistré fin 2006, était une bonne expérience… Une sorte d’entraînement avant le match… Certains titres ont été réarrangés pour l’album, comme Aude ou J’appartiens… Ca nous a permis de faire beaucoup de concerts, d'avoir nos premières chroniques, quelques radios... En gros, un bon support pour pouvoir travailler sérieusement, et trouver nos partenaires d'aujourd'hui !
Titus - Parmi ces premières chansons figurait "Aude", que l'on peut écouter sur ton site MySpace, et qui parle d'un enfant qui va naître, si je ne me trompe pas ? Peux-tu nous dire deux mots sur cette chanson ?
Mon meilleur ami a eu son premier enfant, et on s’est retrouvés à devoir changer un nouveau-né… Il me disait tout ce qu’il avait à lui dire… et cette chanson découle de ce moment…
La vidéo de "Aude (emmène-moi)" :
ALEXANDRE KINN Aude (emmène-moi...)
Titus - Ce qui me frappe, chez toi, comme chez certains autres chanteurs français à l'image de Tété ou De Palmas, c'est la manière dont tu as su apprivoiser le blues, faire du français une langue qui se marie si bien au blues et au rock. Je sais bien que tu n'es pas le premier chanteur à oser le blues en français, mais n'y a-t-il pas une part de défi dans cette entreprise, encore aujourd'hui, lorsque la plus grande part de la production existante est en anglais ?
c296bd9d1e8499ce9103e79f09110110.jpgCe n’est pas vraiment du blues… Ce serait plutôt une fusion entre le blues, la pop, le hip-hop, le folk et la chanson française… Et oui, effectivement, l'exercice est périlleux… J’ai essayé de faire au mieux…
Titus - Les paroles de tes chansons semblent avoir, la plupart du temps, une portée humaniste. Sur quoi te bases-tu, en général, pour écrire une chanson ? Les textes viennent-ils avant la musique ou forment-elles un ensemble ?

Je commence toujours par la musique, je chante en yaourt (pseudo anglais) où l’armature de la chanson est là…Et après, j’écris pied par pied sur le yaourt… Le texte peut me prendre des mois… C’est ce qui est le plus long…
Titus - Deux musiciens t'entourent : le bassiste François Fuchs et le batteur Lawrence Clais. Comment vous êtes-vous rencontrés et depuis quand évoluez-vous ensemble ? Ont-ils participé à la session d'enregistrement du premier album ?
8f58fe66c732836ebd8e5e27853edc63.jpgOn s’est rencontrés avant l’enregistrement du disque… Ce sont les deux pôles incontournables du trio : l’un dans le hip-hop et l’autre dans le jazz… Et ils sont chacun de leur domaine, des références avec lesquelles j'ai la chance de partager la scène aujourd'hui… L’art du trio n’est pas simple… La moindre erreur se remarque très vite…
Titus - La chanteuse de blues amérindienne, Pura Fé, nous a raconté, l'automne dernier, qu'elle était venue te retrouver pour enregistrer une chanson, superbe d'ailleurs. Comment vous êtes-vous mis en rapport ?
Pura Fé est le genre d’artiste totale… pure et honnête, avec une grande humilité… J’aime sa musique, j’aime ce qu’elle a à dire, et j’aime ce qu’elle représente… Je l’ai contactée par MySpace, et nous nous sommes rencontrés à un concert de Kelly Joe Phelps. Ca a été un bonheur de l’inviter et de travailler avec elle, pour une journée qui fut simple, drôle, roots avec un côté très freestyle, elle sera là au Café de la danse le 27 mars.
La vidéo de la journée d'enregistrement d'Alexandre Kinn avec Pura Fé :
Une journée avec Pura Fé
Titus - De façon plus générale, où ont été enregistrées les chansons et qui a réalisé l'album ?
22c96ee44cb72b0801867fa0500906c1.jpgBob Coke (Ben Harper, Piers Faccini, Noir Désir…) est le réalisateur de ce premier album que nous avons enregistré en 20 jours au studio du Faune, situé en pleine campagne, en Bretagne... et il est produit par Guillaume Cointet (ex- directeur artistique d'Atmosphériques) du label indépendant « Interphonics ».
Titus - As-tu signé avec une étiquette indépendante ou une majeure pour la distribution de l'album ?
C'est mon producteur, Guillaume Cointet, qui a signé une licence avec AZ/Universal.
Titus - Une tournée va accompagner la sortie de l'album. Un certain nombre de dates sont prévues dans le Nord, en Ile-de-France et dans l'Est de la France. Rien de prévu à l'ouest dans l'immédiat ?
86a4cdf6c77ca183a7b5a612539b640f.jpgOn devrait passer du côté de la Rochelle, de la Bretagne et de Bordeaux d'ici ou pendant l'été... et nous avons une tournée prévue pour la rentrée de septembre...
Titus - Quels sont tes projets aujourd'hui ? Es-tu tenté par une percée à l'étranger ? Une tournée dans les terres où le blues puise ses origines peut-être ?
Eh bien, je veux défendre l’album sur scène… Ecrire aussi pour les autres… J'aimerais également écrire une musique de film ou de documentaire… et finir d’écrire le deuxième album… Et évidemment, j'aimerais jouer partout, voyager....
(Photos DR)
**** Pour l'anecdote, Alexandre Kinn est un amoureux des boxers. Il garde un très bon souvenir du toutou de famille avec lequel il jouait quand il était jeune, et qui s'appelait, je vous le donne en mille, Titus ! Eh oui ! Il n'y a décidément pas de hasard !
POUR EN SAVOIR PLUS :
Le site officiel de l'artiste.
Le site MySpace d'Alexandre Kinn.
Notre interview de Pura Fé réalisée à l'automne 2007.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Titus 985 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte