Magazine Concerts & Festivals

Damien Rice en concert @ Salle Pleyel, live report

Publié le 06 juillet 2012 par Aietvblog

599904 10150884353650882 188005379 n

Merde, il pleut, bref... un temps de folkeux ... mais un temps de folkeux heureux !

En ce Jeudi 5 juillet 2012, Paris sous la pluie (presque un temps normal quand on compare le mois de Juin qui vient de s’écouler), accueille les centaines de privilégiés qui vont assister au concert de Damien Rice ce soir. En arrivant à la salle avec mon parapluie, je croise le chemin d’un des finalistes de "The Voice", Atef, qui visiblement (après quelques mots échangés) me confie qu’il est un grand fan de Damien Rice. Comme quoi on peut faire de la télé-réalité et avoir d’excellents goûts musicaux…

Il est près de 20h30 quand les lumières s’éteignent sur la salle pour la première partie de « Tomorrow’s world ». Sous ce nom énigmatique, se cache un duo : la chanteuse de New Yong Pony Club, Lou Hayter, et le non moins connu, Jean-Benoît Dunckel une des deux têtes pen(dans)antes de Air, qui ont démarré leur collaboration fin 2010. J’ai donc écouté et surtout vu (bravo aux lumières incandescentes et vaporeuses de Pleyel) ce duo psyché pop, qui sonorise la salle d’une musique éléctronico-pop minimaliste, hype-futuriste et introspective. Je ne suis pas une immense fan de la musique électronique à la base, j’ai donc écouté poliment avec une certaine circonspection cette pop experimentale qui a tenté de faire de la salle Pleyel un dancefloor sans grand succès. C’est assez osé de mettre cette première partie qui est à l’opposé de l’univers de Damien Rice.

Tomorrow’s world a participé à la compilation « Kitsuné Parisien II », avec le titre « So Long My Love ». Pour vous faire une idée, voici une vidéo réalisée pendant le défilé de mode  Castelbajac le 4 octobre dernier.

Damien Rice, malgré sa petite taille, n’en est pas moins immense par le talent, il a un charisme débordant et il lui suffit d’ouvrir la bouche pour comprendre. Il n'est pas surfait de dire que Damien Rice est un artiste culte avec une écriture inée et inouie, que l'on retrouve dans ses deux albums O (2002) et 9 (2006). Cet Irlandais d’origine  parle très bien français et le dialogue avec son public est une des clés de ce concert réussi. Pour le moment, il s’amuse de son ampli, qui lui fait des tours, et qu’il appelle « son frère ».

Damien Rice est joueur et prend au mot le public en demandant si les Parisiens sont de bons chanteurs et de belles chanteuses. Ni une ni deux, c’est quasiment près d’un tiers de la salle Pleyel qui descend sur scène pour accompagner Damien Rice aux chœurs sur l'excellent titre "Volcano". Il amuse la galerie, il fait répéter un par un les chœurs avec un mot amusant pour les journalistes transformés en groupies sur le coté de la scène. La vidéo ci-dessous résume cet état de grâce qui a régné sur la salle (Merci à le Cargo) :

Deuxième clé de ce concert parfait, un concert à la demande. Dès le second titre, il demande à son public      « Qu’est ce que vous voulez » et exécutera volontiers les demandes et en particulier, en interprétant a capella, sans micro à la demande d’une fan.  Il faut savoir aussi que Damien est un excessif en tout et envers lui-même surtout, que ce soit sur les addictions avec le titre “Accidental Babies“ ou sur les filles avec la chanson “9 crimes“. Damien Rice est un VRAI « storyteller ». Il raconte, se raconte, livre des histoires qui ont jalonné sa vie avec bonheur ou pas (mais mon Dieu, son histoire sur le sperme !), donne des conseils plus ou moins judicieux, imite la sirène d’alarme d’incendie (censé nous faire quitter la salle, mais ça ne marche pas). Enfin et non des moindres, troisième clé du concert, interpréter des chansons avec une émotion si forte et si palpable, une intensité, une sensibilité, une générosité débordante, mais qui ne dégouline jamais. Comme quoi l’intégrité et la sobriété d’un guitare/voix ou d’un piano/voix se suffisent à eux-mêmes !

P1010172

Damien Rice trouve le moyen de nous faire passer du sourire aux larmes, entre deux histoires. Damien Rice est touchant, même dans le partage de ses moments les plus difficiles de sa vie, à travers son titre “Amie”. Ou comment suite à une petite dépression, il s’est retrouvé chez sa meilleure amie pour être réconforté,  et que pour la première fois de sa vie, il a une attirance physique et sexuelle pour elle. Malgré cela, il ne s’est rien passé, sauf qu'il s'est retrouvé avec lui-même en regardant les étoiles, assez frustré, ce qui lui a permis de composer ce petit bijou. Damien Rice le magicien sait également nous faire voyager, le temps de fermer les yeux toutes lumières éteintes sur Pleyel sur le titre « Cold water », ou encore de nous faire boire (au sens figuré, mais bourré pour lui avec l’intégralité d’une bouteille de vin sur scène, on est Irlandais ou on ne l’est pas !) pour nous émouvoir sur un amour à sens unique avec la chanson « Cheers Darling ».

Quand je pense qu’il voulait jouer en Pologne et s’est retrouvé à faire sa mini-tournée,  sans pouvoir jouer à Varsovie ! Je remercie les Polonais qui nous ont permis de le voir ce soir. Mais surtout le Festival Days Off qui a permis à ce concert unique d'exister !

P1010149

Il demande si quelqu’un à une grande maison pour tous nous accueillir ce soir. Je succombe à sa reprise de « Hallelujah ». Je suis déjà achevée et à genoux et pourtant il faudra me relever pour assister à deux rappels d’anthologie, quand il interprète le titre sublime « The Blower's Daughter » et sa version anglophone du titre phare de Jacques Brel « Ne me quitte pas ». La salle Pleyel est debout et applaudit à tout rompre. Il n’y a rien à dire de plus, juste à ressentir que je viens de vivre un moment unique et fabuleux, certainement, la CLAQUE scènique et musicale de cette année. Merci Monsieur Rice.

Vous pouvez retrouver des photos sur concert sur ce lien.

Crédit photos : Astrid Souvray et Hélène Thomas.

Suivre le Festival Days Off :
http://www.citedelamusique.fr/minisites/1206_daysoff/index.aspx
Suivre l'actualité de Damien Rice et ses concerts : 
http://www.damienrice.com/
https://www.facebook.com/damienrice

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Blonde et Idiote Bassesse Inoubliable:********* O de Damien Rice

    Inspiré par cet album d'Arcade Fire qui selon moi, fait déjà légion et dont je ne me lasse pas encore, je vous propose à partir de maintenant, et ce une fois pa... Lire la suite

    Le 17 juillet 2011 par   Hunterjones
    CULTURE, HUMEUR, MUSIQUE
  • Accidental Babies - Damien Rice

    Une sublime chanson pour démarrer la semaine en douceur, Accidental Babies de Damien Rice. Seul, trop seul avec son piano, Damien Rice pleure son amour parti... Lire la suite

    Le 22 juin 2009 par   Chroniquemusicale
    CULTURE, MUSIQUE
  • Lou Doillon à la salle Pleyel

    Hier soir à la salle Pleyel, Lou Doillon nous a offert un délicieux moment.J’ai aimé son album, j’ai adoré la voir sur scène entourée de ses quatre musicos. Lire la suite

    Le 03 juillet 2013 par   Emmma
    CONSO, CULTURE, MUSIQUE
  • J’ y étais : Damien Rice à Pleyel (Festival Days Off)

    Cette fois-ci ce sera un report personnel. Pas un “on y était”, mais un “j’y étais”. Ce sera le concert de Damien Rice,... Lire la suite

    Le 06 juillet 2012 par   Swann
    CULTURE, MUSIQUE, POP/ROCK
  • 23 et 24 avril 1934, Salle Pleyel à Paris

    Concerts du "Roi du Jazz Hot": Cab CALLOWAY et son formidable orchestre nègre du Cotton Club de New York. Salle Saint Honoré Monceau, 252, rue du Fg Saint... Lire la suite

    Le 23 avril 2013 par   Devantures
    CULTURE, JAZZ & BLUES, MUSIQUE
  • Damien rice

    En ce beau week-end Pascal, je vous propose un chanteur qui va savoir faire vibrer votre coeur à travers ses très belles chansons :-)!!! Lire la suite

    Le 06 avril 2007 par   Vincent D
    CULTURE, MUSIQUE
  • Damien Rice

    Et ceux qui lui rendent service sont souvent du monde du cinémaChanteur dans la lignée de Bob Dylan et de Jeff Buckley, Damien Rice a conquis le public par le... Lire la suite

    Le 04 janvier 2008 par   Lou Poulain
    CULTURE, MUSIQUE

Ajouter un commentaire