Magazine Culture

Room - Emma DONOGHUE

Par Wakinasimba

room

Stock, La Cosmopolite, 24 août 2011, 408 pages

Résumé de l'éditeur :

Sur le point de fêter ses cinq ans, Jack a les préoccupations des petits garçons de son âge. Ou presque. 
Il ne pense qu’à jouer et à essayer de comprendre le monde qui l’entoure, comptant sur sa mère pour répondre à toutes ses questions. Cette mère occupe dans sa vie une place immense, d’autant plus qu’il habite seul avec elle dans une pièce unique, depuis sa naissance.

Il y a bien les visites du Grand Méchant Nick, mais Ma fait tout pour éviter à Jack le moindre contact avec ce personnage. Jusqu’au jour où elle réalise que l’enfant grandit, et qu’elle ne va pouvoir continuer longtemps à entretenir l’illusion d’une vie ordinaire. Elle va alors tout risquer pour permettre à Jack de s’enfuir. 

Mais l’enfant va-t-il réussir à trouver des repères loin de leur univers ? Quel accueil lui réservera le monde extérieur, lui l’enfant né de la captivité d’une femme ?

Mon avis :

Voici un huis-clos intéressant. Raconté par Jack, petit garçon de huit ans pour qui la vie se réduit à une pièce, ses copains Dora l'exploratrice et "petit dressing" son lit. Pour occuper son fils dans cette pièce, sa mère transforme tout en jeu : les coquilles d'oeufs forment un serpent sous le lit, les boîtes de conserve vide deviennent un château fort, le sol sous le tapis une piste de course.

Pourtant, sa mère n'a qu'une obsession : sortir. Jack ne le comprends pas, qui n'imagine pas un univers plus grand que sa chambre. Mais sa mère est déterminée.

Attention, spoiler :

La seconde partie du roman se déroule donc "'dehors", où tout est nouveau pour Jack. Et là, j'ai trouvé que le roman devenait lassant. La société américaine est décrite dans ses travers. Ainsi, l'oncle qui veut emmener Jack au musée mais qui auparavent fait un détour par le centre commerciale avec sa fille capricieuse. Résultat : pas de visite au musée.

La mère de Jack, si liée à son fils, devient distante avec lui, ne prenant plus le temps de lui expliquer tout ces changements.

Le personnage du petit garçon en devient presque "dillué", perdu au milieu des adultes. Il perd de sa singularité et donc de son intérêt, finalement.

Ce roman ne sera donc pas un coup de coeur pour moi, plutôt un roman intéressant sur la captivité, comme l'a été "Twist".

L'image que je retiendrai :

Celle de Jack demandant le tapis dans lequel il s'est enfui, et que sa mère veut jeter, ne le supportant plus.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Wakinasimba 2312 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines