Magazine Beaux Arts

Bohèmes au Grand Palais

Publié le 13 novembre 2012 par Madimado

          La vie de bohème s’invite au Grand Palais. La vie de bohème fascine, elle fait rêver autant qu’elle inquiète. La bohème, c’est la vie sur les routes, les diseuses de bonne aventure, un air de fado. Mais c’est aussi le nom qu’on a donné au mode de vie frugal des jeunes artistes parisiens au 19° siècle. Qu’elle soit dans la tradition des gens du voyage ou une mode décadente, elle représente la vie sans contrainte, au jour le jour. Elle a de tous temps inspiré les artistes qui l’ont largement représentée. La bohème ? un petit vent de liberté. 

Bohèmes au Grand Palais

         Ce thème m’inspirait particulièrement. Il m’évoquait l’ambiance des films de Tony Gatlif, la musique entraînante de Taraf de Haïdouks ou l’univers de Kusturica. Et puis bien sûr, les vêtements chatoyants, les caravanes et l’esprit de clan. Un peu cliché, certes, mais ça vend du rêve. Et puis le Grand Palais est généralement assez doué pour les expositions thématiques. Je garde notamment un excellent souvenir de l’exposition Mélancolie vue il y a quelques années. Je me suis donc rendue sur place avec grand enthousiasme.

Bohèmes au Grand Palais

          L’exposition est construite en deux temps : la première partie est consacrée aux gens du voyage, la seconde aux artistes. Deux versants de la bohème. La première partie propose des oeuvres très variées, d’artistes connus ou moins connus. Parmi eux : De La Tour, Watteau, Courbet… Les représentations de la bohème sont diverses, elles mettent en avant successivement la couleur, l’occultisme ou la misère. Le lien avec le thème ne saute pas toujours aux yeux mais les panneaux explicatifs, nombreux et assez bien conçus, viennent mettre un semblant d’ordre à tout ça. L’exposition est extrêmement bien fournie et il y a de très belles toiles dans le lot. J’ai apprécié de voir se côtoyer des peintres très différents, sur une période assez vaste, et de trouver parmi eux quelques artistes des pays dont j’ignorais tout. De la musique tsigane accompagne la déambulation. Si le choix des titres n’est pas toujours très heureux, l’idée est toutefois appréciable. Une première partie riche qui réserve quelques belles surprises.

Bohèmes au Grand Palais

          On passe à l’étage pour la suite, après en avoir déjà pris plein les yeux. L’ambiance musicale change, ce sont Carmen et autres opéras rendant hommage à la bohème qui nous suivent dans cette deuxième partie. L’impression produite par la première salle est saisissante. On entre dans une pièce sombre, une cheminée vide dans un coin, du papier peint arraché aux murs. Nous voilà dans l’atelier miteux d’un artiste sans le sou au 19°. On est immergé dans l’ambiance du moment. Ce sera ensuite un poêle dans un coin qui nous la rappellera ou une installation recréant un bistrot parisien. Si on risquait de se lasser un peu après déjà un parcours un long, voilà que cette mise en scène originale et réussie réveille notre attention. Cette seconde partie sur la bohème comme vie d’artiste est aussi fournie que la première, avec autant de signatures célèbres. Parmi eux, Van Gogh, Picasso, Courbet toujours… Mais aussi un manuscrit de Rimbaud qui fait face à un autographe de Verlaine et m’a emplie de joie. Sans exagérer, j’en aurais pleuré tant je fus émue par cette surprise inattendue.

Bohèmes au Grand Palais

         Moi qui fais toujours les expositions au pas de charge, n’aimant pas trop m’arrêter longuement devant les toiles (à quelques 2/3 exceptions près), j’ai tout de même passé près d’une heure et demie dans cette exposition, sans avoir pourtant l’impression d’avoir franchement traîné. Prévoyez donc la demi journée si vous souhaitez lire tous les panneaux et profiter pleinement des oeuvres. Une exposition magnifique, très riche, intelligemment construite et pleine de très bonnes surprises. J’en suis ressortie à la fois émerveillée et émue, avec l’envie d’y retourner au plus vite ! 

Bohèmes au Grand Palais

Bohèmes

Jusqu’au 14 janvier

10h-20h (22h le mercredi), fermé le mardi

12€, 8€ tarif réduit, possibilité de billet couplé avec l’exposition Hopper

Grand Palais, Galeries nationales

Place Clémenceau, 75008 Paris

Bohèmes au Grand Palais


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Encore un an, romance moscovite

    Film de clôture du deuxième Festival du Cinéma Russe à Nice, Encore une année était projeté en présence de la réalisatrice Oksana Bytchkova et du producteur du... Lire la suite

    Le 28 septembre 2014 par   Rémy Boeringer
    CINÉMA, CULTURE
  • A Auvers-sur-Oise dans les traces de Van Gogh

    Nous voilà 30 kilomètres au nord-Ouest de Paris. Ce n'est pas la porte à coté pour moi qui habite en banlieue sud et c'est bien dommage parce que cette région d... Lire la suite

    Le 28 septembre 2014 par   A Bride Abattue
    CULTURE, LIVRES
  • La valse lente des tortues, Katherine PANCOL

    Ce livre est une bourrasque de vie...Un baiser brûlant du seul qu'on ne doit pas embrasser. Deux bras qui enlacent ou qui tuent. Un homme inquiétant, mais si... Lire la suite

    Le 28 septembre 2014 par   Amandine Détrez
    CULTURE, LIVRES
  • Le crime, c'est notre business - The Split, Gordon Flemyng (1968)

    McClain un gangster afro-américain, revient à Los Angeles après deux ans d'absence. Il retourne habiter chez Elly, son ex-femme et prend contact avec Gladys, un... Lire la suite

    Le 28 septembre 2014 par   Just1
    CINÉMA, CULTURE
  • Les mystères de Pompéi, Cristina Rodriguez

    Résumé : En l’an 31, l’empereur Tibère, désabusé et las des intrigues de Rome, se retire à Capri. Une fin de règne délétère commence, sur laquelle plane... Lire la suite

    Le 28 septembre 2014 par   Maliae
    CULTURE, LIVRES
  • Le mode avion a fait son temps !

    L’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) a levé vendredi passé l’interdiction d’utiliser, hors mode avion, nos smartphones, tablettes ou autres... Lire la suite

    Le 28 septembre 2014 par   Roughlyseen
    CINÉMA, CULTURE, HIGH TECH
  • [Rétro] Amour et pigeons, ça roucoule en Russie!

    Toujours à l’occasion du deuxième Festival du Cinéma Russe à Nice, nous continuons notre voyage dans le cinéma russe, cette fois-ci au côté de Vladimir... Lire la suite

    Le 28 septembre 2014 par   Rémy Boeringer
    BEAUX ARTS, CINÉMA, CULTURE, HISTOIRE, LIVRES, MÉDIAS, SÉRIES

Ajouter un commentaire