Magazine Environnement

Ceci est une bouteille (consignée) lancée à la mer !

Publié le 28 janvier 2013 par Leblogdudd

Ceci est une bouteille (consignée) lancée à la mer ! (1/2) Temps de lecture estimé : 5 min

Ceci est une bouteille (consignée) lancée à la mer ! (1/2)

En ce début d’année 2013, le Blog du DD s’intéressera à la consigne. Deux articles seront consacrés à cette pratique, héritée d’un temps que les moins de quarante ans ne peuvent pas connaître, mais qui refait surface en France ces dernières années. Solution en matière de prévention des déchets, la consigne est un sujet complexe, pas forcément aussi évident qu’il n’y paraît, mais passionnant à explorer.

« Consigner », vous avez dit ?

Consigner, cela signifie payer un léger supplément au moment de l’achat d’un produit emballé, supplément qui sera remboursé au consommateur quand il ramènera l’emballage en magasin. Cette pratique est notamment utilisée pour les bouteilles en verre, les bouteilles en plastique et les canettes.

A quoi cela sert-il ? Tout simplement à réutiliser les contenants, avant même de penser à leur recyclage ! Les bouteilles et canettes retournées via les consignes sont nettoyées, puis retournent sur les chaînes de production pour être remplies à nouveau  — jusqu’à 50 fois pour le verre. La consigne est donc une autre valorisation matière possible, au même titre que la récupération et le recyclage.

Un exemple avec nos voisins allemands

L’Allemagne sera utilisée ici comme exemple, mais sachez que des systèmes de consigne, plus ou moins similaires et sur des emballages parfois différents, existent également en Belgique, en Suède, en Finlande, en Norvège, et plus éloigné de nous au Québec et dans certains pays africains [1] .

En Allemagne donc, une grande majorité des bouteilles en verre, en plastique et des canettes que vous achetez en magasin sont consignées. On l’appelle le « Pfandsystem » depuis qu’il a été modernisé et rendu obligatoire en 2003.

Comment cela marche-t-il exactement ? Très simplement, à vrai dire ! Le prix inscrit sur le rayon pour une boisson n’inclura pas cette consigne mais sera ajouté au montant total sur votre ticket de caisse. Vous récupérez cette consigne si vous rendez les bouteilles. La plupart des « Einwegflaschen » (des bouteilles plastiques consignées, généralement l’eau minérale et les sodas) ont une consigne de 0.25 € ; les « Mehrwegflaschen » (les autres bouteilles et canettes réutilisables) entre 0.09 € et 0.15 €. Il y aura alors un logo sur l’étiquette pour le signaler. Si l’étiquette dit « pfandfrei », alors ce n’est pas une bouteille ou canette consignée et vous pouvez directement la jeter dans les poubelles de tri.

La plupart du temps, les bouteilles et canettes consignées peuvent être rendues dans n’importe quel magasin d’alimentation, bien que certaines doivent être rendues au magasin où elles ont été achetées à l’origine (ceci est parfois le cas avec des boissons de marque génériques de type Lidl ou Aldi). Dans la plupart des supermarchés, on trouve une machine où vous pouvez y glisser vos bouteilles et canettes consignées. Ces automates sont bien pensés : ils scannent les code-barres des bouteilles et récupèrent automatiquement celles qui sont effectivement consignées : impossible de se tromper ! Dès que vous avez terminé, vous pouvez presser un bouton et obtenir un ticket. Gardez ce reçu et présentez-le au caissier. Si vous avez acheté quelque chose, le montant total des consignes récupérées sera déduit de vos achats. Si vous n’avez rien acheté, vous obtiendrez directement des espèces. Vous pouvez aussi, dans certains supermarchés, déposer votre ticket dans une urne destinée aux oeuvres caritatives.

Une autre possibilité est de laisser vos bouteilles consignées près d’une poubelle. Dans les grandes villes, il n’y a aucun doute qu’elles seront ramassées par des personnes à faible revenu, qui pourront ainsi récolter quelques euros.

Malin, non ?

Bilan environnemental et économique de la consigne

Plusieurs Analyses de Cycle de Vie ont été réalisées pour calculer le bilan environnemental du verre consigné. L’une d’elle, publiée en 2009 [2] , s’est intéressée à comparer le bilan environnemental d’une bouteille consignée avec celui d’une bouteille à usage unique d’un vin alsacien. Les résultats sont sans appel : de l’extraction de ses matières première jusqu’à son recyclage en fin de vie, une bouteille consignée sera bien plus respectueuse de l’environnement sur tous les indicateurs testés — énergie primaire et eau dépensées, déchets recyclables et non-recyclables notamment [3] .

Néanmoins, ces chiffres sont le reflet d’un contexte favorable au système de consigne : un taux de retour des bouteilles consignées par les consommateurs de 95%, une distance aller et retour de distribution peu élevée (260km), des emballages de transport également consignés, un taux de recyclage du verre trié par les consommateurs de 65%.

En fait, la question du caractère écologique et rentable du système de consigne est discutable, selon les études et les contextes locaux.

En Suisse, le canton de Bâle-ville désirait initier un système de consigne, notamment pour lutter contre les bouteilles abandonnées sur la voie publique [4] . Le Conseil des Etats — au niveau national — a cependant voté à 51% contre le projet en septembre dernier, à la suite de plusieurs études sur le sujet, montrant que la mise en place d’un tel système n’allait pas forcément être favorable [5] .  »[Les] systèmes de recyclage mis en place sur une base volontaire ont jusqu’ici très bien réussi à la Suisse (coûts peu élevé et taux de recyclage battant les records au niveau international). Pourquoi changer un système qui marche ? »

En effet, les taux de collecte et de recyclage du verre et des canettes est déjà très élevé en Suisse. Or, la collecte rapporte de nombreux revenus aux communes. En outre, l’introduction d’un système de consigne pourrait coûter très cher : 2 à 8 fois plus que le système actuel [6] . Enfin, les résultats allemands ne sont pas forcément très bons en ce qui concerne l’effort des industriels à fabriquer plus de bouteilles réutilisables : la part de bouteilles à usage unique dans de nombreux secteurs continue d’augmenter [7] .

Tout ne plaide donc pas toujours en faveur de la mise en oeuvre d’un système de consigne.

Notre prochain article s’intéressera tout particulièrement à la pratique de la consigne en France et aux tendances qui se dessinent pour les années à venir.

  1. le système de consigne existent probablement dans d’autres pays, cette liste n’est donc pas exhaustive
  2. vous pouvez lire la totalité de cette ACV ici.
  3. -76% d’énergie primaire dépensée en moins qu’une bouteille à usage unique, -33% d’eau, -92,5% de déchets recyclables et -85% de déchets non-recyclables
  4. comme nous l’avons vu avec l’Allemagne, le système de consigne profite aussi à la propreté des rues, car on trouvera toujours des personnes pour ramasser les emballages consignés jetés sur la voie publique.
  5. cf. article du 20min daté de septembre 2012
  6. cf. document à destination des décideurs politiques produit par la Communauté d’intérêt du Commerce de Détail Suisse en septembre 2008
  7. cf. étude très complète de l’ADEME sur le système de consigne allemand

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Leblogdudd 37 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte