Magazine Environnement

Ils ont fait l’électricité : Ampère et l’électromagnétisme

Publié le 19 février 2013 par Lenergeek

Ils ont fait l’électricité : Ampère et l’électromagnétismeMathématicien et physicien français, Ampère a tissé des liens entre ces deux domaines scientifiques.  Néanmoins, c’est pour ses travaux en physique qu’il reste le plus connu, notamment avec la découverte de la loi d’Ampère.

Né en 1775 à Lyon,  André-Marie Ampère devient professeur de physique à l’Ecole Centrale de Bourg-en-Bresse (Ain) en 1801. L’année d’après, il publie ses Considérations sur la théorie mathématique du jeu, qui constituent une application du calcul des probabilités. Ses premiers travaux lui valent l’obtention d’une chaire de mathématiques et d’astronomie au lycée de Lyon en 1804. En 1806, il quitte la région lyonnaise pour s’installer à Paris où il obtient une place de répétiteur d’analyse mathématique à l’Ecole Centrale. Sa carrière de professeur parisien lui permet de gravir rapidement les échelons universitaires. Il devient Inspecteur Général de l’Université en 1808 et enseigne à l’Ecole Polytechnique en 1809.

L’inventeur de l’électromagnétisme

Physicien et chimiste, Ampère est l’un des premiers à différencier atome et molécule. Ses travaux en physique sont basés sur des postulats mathématiques qui lui fournissent des outils pour avancer ses hypothèses.  En 1820, il révolutionne la science physique en mettant en relation le magnétisme et l’électricité. Cette découverte se fait à partir de l’expérience du Danois Oersted qui a démontré la déviation d’une aiguille aimantée lorsqu’elle se trouve à proximité d’un courant électrique. Ampère ayant assisté à une reproduction de cette expérience par Arago, il cherche à en expliquer les causes.

Ainsi, en quelques jours il édifie la théorie qui montre que l’électricité en mouvement constitue la source des actions magnétiques. Il observe que le courant électrique crée des effets semblables à ceux d’un aimant : l’électromagnétisme est né.  Il étudie alors les actions réciproques des aimants et des courants et crée ainsi la loi d’Ampère qui permet de déterminer la valeur d’un champ magnétique grâce à la donnée des courants électriques. Il prouve également que deux courants fermés ont des conséquences l’un sur l’autre et crée ainsi l’électrodynamique.

Le « Newton » de l’électricité

Ses nombreuses découvertes au cours des années 1820 l’amènent à rédiger un mémoire Sur la théorie mathématique des phénomènes électrodynamiques uniquement déduites de l’expérience, qu’il publie en 1827. Dans ce travail, Ampère crée même une partie du vocabulaire de l’électricité. Les termes de courant (auparavant « conflit ») et de tension y sont utilisés pour la première fois.  Ses travaux débouchent sur de nombreuses applications comme le galvanomètre (ancêtre de l’ampèremètre), le télégraphe électrique et l’électroaimant. Le physicien britannique Maxwell (1831-1879), dont les travaux se basent sur les observations d’Ampère lui donnera le nom de « Newton » de l’électricité.

Ampère devient professeur de physique au Collège de France en 1824 et se tourne progressivement vers la philosophie des sciences. Avec l’ambition de classer l’ensemble des connaissances humaines, il commence la rédaction d’un Essai sur la philosophie des sciences, qui reste inachevé. Ampère meurt à Marseille en 1836. En 1960 il reçoit un hommage posthume puisque l’unité internationale d’intensité électrique est nommée « ampère ».


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Lenergeek 9127 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte