Magazine

Resultats de mon Marathon de Paris 2013

Publié le 10 avril 2013 par Thegiao2001
Marathon de paris 2013 affiche giao tigrou inzesentier
1327.- Neuvième marathon officiel, j'ai couru ce 7 avril 2013 mon quatrième Paris et c'était épique. A mon humble niveau c'était l'explosion médiatique : un article sur la Runnosphère, un article dans le Journal L'EQUIPE daté du 6 avril et un article dans LE PARISIEN MAGAZINE paru le vendredi 12 avril.

L'equipe marathon de paris giao Tigrou 2013 articleJ'avais tenté de suivre un plan de huit semaines à raison de six sorties hebdomadaires mais très vite, mes obligations professionnelles et sans doute un peu l'envie me firent quelque peu sortir du droit chemin. D'autant que les résultats n'étaient pas au rendez-vous : 46' aux 10 km de Paris 14ème, 1h13 aux Foulées Charentonnaises et 1h46 au semi de Paris, je n'étais pas dans les meilleures dispositions pour réitérer mon exploit de l'année passée ou même de m'approcher des 3h45 avec une marge suffisante.

C'est donc un peu tendu que j'abordais cette édition du Marathon de Paris. Le temps était doux, le soleil bien présent et le sourire sur tous les visages et d'abord sur celui d'Amandine ma douce amoureuse qui m'avait préparé le petit déjeuner de champion à 6h30 du matin : deux œufs sur le plat, un bon bol de flocons d'avoine, deux verres de smoothie et un bon thé à la cannelle. Un vrai amour.

7h20 nous avions rendez-vous avec Cyrille le photographe du PARISIEN MAGAZINE pour un shooting in situ au métro Charles de Gaulle sortie 5 Avenue Carnot. Je retrouvais les trois autres comparses héros de l'article et nous nous sommes dirigés vers l'Arc de Triomphe pour avoir la meilleure lumière et le bon angle de vue pour une belle photo. Mon ami Eric Elron me rejoignit et nous sommes allés au point de rendez-vous que j'avais fixé à mes amis au 67, avenue des Champs Elysées devant la Boutique Nike.

Marathon de paris 2013 tigrou nike running club paris

Avec plaisir j'y retrouvais Yannick qui m'avait fait découvert le NRCP en décembre 2010, Cécile dont la sœur Sandrine était partie affronter le terrible Marathon des Sables avec l'association Je Cours pour Toi, Roland qui faisait son premier marathon, Aziz le commando avec qui j'avais eu le plaisir de courir à Levallois un soir d'été à minuit, Sebastien Réveillère, Vivien et les copains du Nike Running Club Paris.

Marathon de paris 2013 giao tigrou nike running club paris

Aicha, Jean-Pierre Bardera, Monique et Mélika étaient là également tous réunis pour la fête.

Quel plaisir de retrouver tous ses potes et se souhaiter une bonne course. Je ne retrouvais pas Baptiste avec qui j'avais prévu de courir son premier marathon. Avec Eric nous nous sommes placés dans notre sas, celui des 3h15. Je savais que ça allait partir vite, je me plaçais en queue de sas. Quand le coup de feu retentit, nous fûmes la partie droite la première à partir. Les départs étaient en décalé et chaque sas partait en deux vagues.

L'avenue des Champs Elysées remplie de quelques 40.000 coureurs était magnifique, quelle ambiance de folie. Je me faisais dépasser de partout et je marquais déjà une première pause peu avant la place de la Concorde pour faire une vidange, j'avais bien trop bu.

 Rue de Rivoli, la Mairie de Paris, très vite nous sommes arrivés sur Bastille et au ravito du 5ème km, je marquais déjà une courte pause en marchant. Eric avait eu peur de me perdre, je lui disais que quoi qu'il en soit, je m'accrocherais à la ligne bleue tracée pour indiquer la trajectoire idéale des 42,195 km qui nous séparaient de la ligne d'arrivée. Sabrina alias Brinouille était placée à gauche en pom pom girl à côté des pompiers, Laetitia à droite elle attendait Virginie pour faire son lièvre jusqu'au semi.

Victor passait près de moi en m'encourageant, il s'accrochait fermement au ballon des 3h15 à la recherche d'un objectif qui était plus en rapport avec sa forme du moment qui lui laissait espérer un bon 3h20.

10 km en 51'. J'étais trop rapide je le savais, loin d'être en aisance respiratoire, j'avais du mal à tenir l'allure des 12 km/h alors que l'année précédente j'avais été plus rapide en sous-régime. J'étais mal parti et j'allais le payer, j'en étais sûr.

Marathon de Paris 2013 Giao Tigrou Christophe Julien

(Crédit photo : Christophe Jullien)
Dans le Bois de Vincennes, j'entendis un : "Vas-y Giaoooo !" sur la droite, c'était Sandrine en doudoune blanche que j'avais croisée à la Running Expo. Son mari Christophe était juste à côté et il eut le temps de viser et shooter. J'étais content de voir mes amis, cela me mit du baume au cœur alors que je n'étais pas du tout serein pour la suite du voyage.

Un peu avant le ravito du 15ème, Franck mon pote des fractionnés de Montsouris me dépassa par la gauche avec sa gourde porte-bonheur. Il était bien le runner in black avec son bandeau autour du crâne. A côté de moi, j'avais l'impression qu'il volait. Au ravitaillement, qui retrouvâmes-nous ? Baba ! il était parti un peu derrière et nous avait rattrapés. Il était bien, dans une forme épatante tel que je l'avais vu au semi de Paris au ravito du 5ème.

(Crédit photo : Maya) 

Marathon de paris 2013 giao tigrou maya runnosphere
Non loin du Lac Daumesnil, nous allions revenir sur Paris et passer sur la grande descente de l'avenue Daumesnil. J'allais respirer un peu. Le semi fut passé en 1h50 contre 1h43 l'année passée. J'étais au bord de l'explosion et tentait de me mettre dans l'allure de confort. Je me retrouvais seul car mon "Frère de Running" avait décidé de me lâcher pour courir avec Baba déjà loin devant.

Marc Sèbe me dépassa tout en m'encourageant pour la suite non loin de Bastille. Je passais l'Arsenal et nous nous dirigions sur les voies sur berges.

Après le 25 km c'était le terrible tunnel des Tuileries, un trou béant de 1.500 mètres qui allait faire pas mal de dégâts. Je mis mon casque pour écouter de la musique pour faire passer la pilule. Le bruit des coureurs qui criaient pour se donner du courage retentit en fond sonore tel un brouhaha avec l'écho. Heureusement ce ne fut pas si long que cela mais déjà quelques coureurs marchaient ici et là. Je décidais de ne pas céder et continuait à courir coûte que coûte.

Marathon de Paris 2013 Pathé Lo Giao Tigrou

(Crédit photo : Pathé Lo)
30 km je voyais des coureurs assis sur des chaises qui se faisaient masser, les pompiers avaient activé une lance pour arroser les coureurs, trop sympa.

L'ami Pathé sur le côté me vit marcher, il m'encourageait : "Calme Giao, marche et reprend des forces, tu repartiras plus tranquille après !" Adorable de m'exhorter comme ça, merci copain.

Dans Paris XVIème, je croisais coup sur coup Annie qui prenait des clichés et me dit : "ben t'es pas en train de courir toi ?"

"Je suis en promenade, c'est total relax !"

Ensuite je vis Alain La Moustache qui faisait le bénévole et signalait la route aux coureurs un peu hagards. Je vins vers lui et le serrais bien les bras :"trop content de te voir mon pote, j'en chie des ronds de chapeau".

La course c'était cela aussi, le plaisir de voir les copains parmi les spectateurs et sur la route, malheureusement je ne vis pas Anne-Gaëlle qui était par là ni Rodolphe des fractionnés de Montsouris venu nous apporter du soutien.

A 3h de course, je pensais à Adri et Jean-Pierre qui visaient un premier marathon sous la barrière fatidique des trois heures. Y étaient-ils parvenus ? J'en étais persuadé et je me voyais déjà les féliciter tous les deux pour leur exploit du jour.

Après le ravito du 35 km, nous entrions dans le Bois de Boulogne par le faux plat montant de la Porte d'Auteuil. Elle n'était pas méchante mais après tous ces kilomètres elle était dure à gravir cette montée. Plus que 7 km et c'était la fin. Ne pas lâcher l'affaire nous y étions presque. A 36 km, Anneso la Souris lit ma souffrance sur mon visage et me crie de ne pas baisser les bras de tenir bon d'autant que j'étais rompu à ce genre d'épreuve. J'alternais marche et course, j'étais dans le dur. Je n'avais mal nulle part mais j'étais dans l'incapacité d'aller plus vite ou plus exactement je n'avais pas envie de me faire violence pour m'écrouler plus loin.

Marathon de paris 2013 giao tigrou dossard runnosphere

39 km, l'ami Greg Runner était  là avec son sac à dos. Le tout jeune papa qui fêtait son anniversaire le lundi 8 avril eu droit à mes embrassades également et m'accompagnait sur quelques dizaines de mètres avant le dernier virage en direction de la Porte Dauphine.

Je pris mon dernier gel avec une bouteille d'eau et m'élançais pour les deux derniers kilomètres. En arrivant au rond point de la Porte Dauphine c'était gagné. L'ami Eric qui avait terminé, était revenu en marche arrière pour m'accompagner il me criait d'accélérer dans les deux cent derniers. Je fis un sprint d'honneur pour arriver au tapis. C'était fait. 4h11 temps officiel et 4h05m18s en temps réel.

Un temps anecdotique bien loin de la course de ma vie de l'année précédente, je n'étais pas vanné mais bien content d'être arrivé jusqu'au bout.

Marathon de paris 2013 giao tigrou baptiste adrien jean-pierre run reporter run giao

(Crédit photo : Camille Hermann)
Au rendez-vous convenu de l'angle de l'avenue Malakoff et de l'avenue Foch, je retrouvais les amis du NAC dont Seb Barraud qui m'avait accompagné sur la fin de mon deuxième Eco-Trail de Paris, Saadia et Béné qui avait explosé son record de New York en réalisant un très beau 3h36 et quelques.

Franck nous rejoignit en nous offrant des muffins chocolat-banane, trop adorable d'autant qu'il avait fait un formidable 3h16 pour son second marathon. Emilie était satisfaite de son premier marathon déjà sous les 4h en 3h54, elle avait laissé sur place son camarade de course Jean-Alain aux alentours du 30 km.

Marathon de paris giao tigrou benedicte running guy jean-pierre run run gianny

Je retrouvais mes amis Jean-Pierre et Adri, ainsi que Giao qui faisait le lièvre pour ce dernier. L'Etoile du 8ème avait bel et bien rempli son objectif en 2h59m51s. Fabuleux.

Jean-Pierre était vert, il avait échoué de pas beaucoup et j'étais un peu triste de voir mon ami désemparé, je restais néanmoins persuadé et n'étais pas le seul qu'il allait réaliser son objectif un beau jour mais ce n'était pas ce jour.

Alors que l'année précédente était l'année des records personnels pour tous mes amis, cette année c'était soit tout l'un soit tout l'autre. Entre des records battus de beaucoup à l'image de Gianny 3h24, Baptiste 3h38 et de Victor 3h24, il y eu aussi des explosions en cours de vol.

En reprenant le métro pour rejoindre mon amour, je vis José qui avait repris le dossard de Gigi pour qui j'ai une pensée de prompt rétablissement physique et moral et Isabelle Frogita qui réalisait un beau chrono de 3h56 alors qu'elle était plutôt devenue une triathlète. J"ai également une pensée pour mon ami Vincent Machet qui est allé au bout de son marathon en 6h30 malgré ses 138 kg et Nadia à ses côtés ;o)

La joie, la peine, le masque ou la banane, toutes les expressions s'imprimaient sur le visage des marathoniens.

C'est la beauté de notre sport, il y a des hauts et des bas et l'incertitude d'une épreuve comme le marathon est inhérente au bonheur que l'on ressent quand on bat ses propres records.

Malgré mon résultat, j'ai passé une formidable journée en compagnie d'amis exceptionnels.

Marathon de paris 2013 medaille giao tigrou

"Résultats du Marathon de Paris 2013" ASO Amaury Sports Organization


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thegiao2001 1967 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte