Magazine Focus Emploi

Communiqué : Enseignement en langue anglaise : n'affaiblissons pas l'attractivité de nos formations supérieures en dehors de la francophonie !

Publié le 23 mai 2013 par Cdefi

C'est pourquoi, dans le cadre de la mission que lui a confiée le législateur, la CDEFI est d'une extrême vigilance sur ce sujet.
A cet égard, elle ne peut qu'approuver les orientations de plusieurs dispositions législatives et réglementaires en préparation, portant à la fois sur les conditions d'accueil et de séjour des étudiants étrangers et sur un gain d'autonomie qui serait laissé aux établissements dans leur choix de la langue d'enseignement en fonction de leur politique internationale.

   Concernant les conditions de séjour, la CDEFI réaffirme son accord au sujet d'une mesure telle que le titre de séjour pluriannuel pour les étudiants ayant réussi une première année d'études, correspondant à la durée du cursus dans lequel ils sont engagés. A l'autre extrémité, elle attend également, pour les diplômés, l'extension à 12 mois de l'APS assorti d'un principe de non-opposabilité de la situation de l'emploi. Ensuite, une carte de séjour « salarié » d'une durée portée à 3 années permettrait une expérience professionnelle significative dans notre pays. Pour des durées plus longues, la création d'une carte « compétences et talents » compléterait le dispositif.

   La CDEFI approuve par ailleurs l'assouplissement de la loi Toubon proposé par le projet de loi. De fait, il n'y aurait là qu'une mise en accord de la loi aux usages, l'offre de formation supérieure en langue anglaise étant en croissance rapide dans certains domaines tels que les formations d'ingénieurs. Malgré tout, son importance relative reste modeste, et la CDEFI estime qu'il n'y a surement pas lieu de redouter une dérive. La demande de formations en langue française demeure massive, que ce soit du fait des étudiants français eux-mêmes ou de ceux des pays francophones. De plus, il convient de faire confiance aux établissements pour le discernement qu'ils montreront dans l'exercice de leur autonomie. L'expérience déjà ancienne du DNM spécial appelé Master International des Ecoles d'Ingénieurs confirme notre position. Le rapport remis récemment par la CDEFI au MESR à ce sujet démontre en effet que les écoles ont des politiques diversifiées en matière linguistique, en fonction notamment des pays cibles ou des compétences de leur corps enseignant. Enfin, soulignons que les écoles et la CDEFI veillent systématiquement à ce que soit dispensé un enseignement FLE ambitieux - avec test de niveau obligatoire au moment de la diplomation.

Pour conclure, la CDEFI est convaincue que renoncer par principe à enseigner les sciences et techniques en anglais reviendrait à renoncer, sauf de façon marginale, à l'attractivité de notre pays au-delà de l'espace de la francophonie, alors même que notre offre et notre potentiel sont de premier plan.

À propos de la CDEFI La Loi LRU du 10 août 2007 prévoit, dans son chapitre III, qu'il existe en France deux conférences représentatives et consultatives en matière d'enseignement supérieur et de recherche: la Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d'Ingénieurs (CDEFI) et la Conférence des Présidents d'Universités (CPU). Avec cette disposition, la France a décidé de mettre en valeur à l'échelle internationale un secteur fort et historique de son dispositif d'enseignement supérieur et de recherche : ses écoles d'ingénieurs. La Loi, confirme par ailleurs, les termes du décret du 11 avril 2006 (article 36) qui a ouvert la CDEFI à l'ensemble des écoles habilitées à délivrer le titre d'ingénieur diplômé. Fondée en 1976, la CDEFI (Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d'Ingénieurs) réunit l'ensemble de Directeurs des établissements ou composantes d'établissement, publics ou privés, habilités par  la Commission des Titres d'ingénieur (CTI) à délivrer le titre d'ingénieur diplômé. Elle a pour principale mission d'étudier tous sujets relatifs au métier et à la formation des ingénieurs, ainsi qu'au développement de la recherche et à la valorisation de celle-ci. Elle a de plus, vocation à promouvoir l'Ingénieur de l'Ecole française, dans le monde comme en France. Ainsi, la dimension internationale est au cœur de ses préoccupations, notamment dans l'espace européen de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Contacts presse, Agence Noir sur Blanc :

Corinne Robert, 09 70 44 89 12, crobert@noirsurblanc.com

Sandra Ammara 01 41 43 72 74 Port. : 06 79 92 71 34 sammara@noirsurblanc.com


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cdefi 126 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine