Magazine Médias

Les anciens étudiants des écoles de commerce sont les plus malheureux au travail

Publié le 24 mai 2013 par Copeau @Contrepoints

Parmi les diplômés de l'enseignement supérieur, les anciens étudiants d’école de commerce sont les plus malheureux dans leur métier.

Par Jean-Baptiste Noé.

Les anciens étudiants des écoles de commerce sont les plus malheureux au travail

Ce titre est-il juste ? N’est-il pas uniquement accrocheur pour attirer le lecteur et lui faire lire cet article ? Au vu des données de l’étude « L’état de l’enseignement supérieur en France (EESR) » de 2013 cela semble être pourtant vrai.

En page 61 de cette étude, il est demandé à la génération 2004, c’est-à-dire celle qui a obtenu le bac en 2004, si elle se réalise professionnellement et si elle estime être employée en fonction de ses compétences.

Les anciens étudiants des écoles de commerce, bac+4 et bac+5, sont ceux qui ont la vision la plus négative de leur travail. Extraits des données :

« Ne se réalise pas professionnellement » 14% de la génération 2004 répond oui. 16% pour les non-sortants de l’enseignement supérieur. Le plus fort taux est obtenu chez ceux qui ont fait une école de commerce : 21%. C’est 7 points de plus que la moyenne, et 5 points de plus que ceux qui n’ont pas fait d’étude. Le taux le plus faible est chez les doctorants et le secteur santé-social : 8%. Pour les écoles d’ingénieur, c’est 12%. Entre une personne travaillant dans le secteur de la santé et un ancien étudiant d’école de commerce, l’écart est de 13 points.

« Estimez-vous être employés en dessous de votre niveau de compétence ? » 27% de la génération 2004 répond oui. Le plus fort taux est là aussi obtenu chez les anciens étudiants des écoles de commerce : 40% de oui chez les bac+4 écoles de commerce, 33% chez les bac+5. Le plus faible taux ? Chez les écoles d’ingénieur (19%) et le santé-social (13%).

Ces anciens étudiants d’école de commerce sont ceux qui ont fait les études parmi les plus prestigieuses et les plus longues. Ils ont chèrement payé leur master, en moyenne 15 000 euros, parfois nettement plus de 20 000€. Leur taux de chômage est un des plus faibles : 2%. Ce sont eux qui occupent le plus de fonctions de cadres. C’est eux aussi qui sont parmi les plus rémunérés.

Pour les jeunes sortis de l’enseignement supérieur en 2007, l’état de leur salaire en 2010 révèle que le salaire net médian mensuel est de 1620€ pour ceux qui sortent du supérieur, et de 1450€ pour l’ensemble de la génération (EESR, 2011, p. 59). Le plus faible est à 1260€, le plus fort à 2800€ (doctorat santé et vétérinaire). Pour les écoles d’ingénieur, il est à 2270€, et 2050€ pour les écoles de commerce. Les anciens étudiants d’école de commerce sont donc nettement dans le haut du panier en ce qui concerne les rémunérations nettes mensuelles. Et pourtant, ils sont les plus malheureux dans leur métier.

Il est dommage que cette recherche se trouve dans l’étude de 2013 mais pas dans celles des années antérieures. Rien n’indique que cela ait beaucoup évolué ces dernières années. À l’heure où les lycéens font des choix concernant leurs études et leur carrière futures, ces données peuvent aider à choisir leur orientation. Il y a l’indice insertion professionnelle, l’indice salaire, et l’indice bonheur. À chacun de voir ce qui l’attire le plus.

---
Sur le web.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte