Magazine Concerts & Festivals

MC2 GRENOBLE: DER FLIEGENDE HOLLÄNDER de Richard WAGNER le 23 MAI 2013 (LES MUSICIENS DU LOUVRE-GRENOBLE,Dir.mus: Marc MINKOWSKI)

Publié le 24 mai 2013 par Wanderer

MC2 GRENOBLE: DER FLIEGENDE HOLLÄNDER de Richard WAGNER le 23 MAI 2013 (LES MUSICIENS DU LOUVRE-GRENOBLE,Dir.mus: Marc MINKOWSKI)Une semaine après Der Fliegende Holländer à Berlin, deux soirées à Grenoble avec les Musiciens du Louvre-Grenoble et Marc Minkowski dans un projet hommage à Wagner, qui point une erreur de jugement: celle du directeur de l'opéra de l'époque Léon Pillet, qui  préféra un compositeur français, estimé plus sûr, Pierre-Louis Philippe Dietsch, pour composer sur le sujet du Hollandais Volant que Wagner avait projeté, après une lecture de Heine (Les Mémoires de Monsieur Schnabelewopski) et aussi après une épouvantable tempête vécue au large de la Norvège, alors qu'il fuyait Riga, où il était criblé de dettes. Dietsch composa "La vaisseau fantôme ou le Maudit des mers", 12 représentations et puis c'est tout à l'opéra, nous entendrons demain la 14ème (la 13ème fut entendue ce mardi 21 maià l'opéra de Versailles).  À Versailles, le choix a été fait d'enchaîner les deux œuvres, à Grenoble, le projet sera divisé en deux soirées (les 23 et 24 mai) avec un enregistrement chez Naïve à la clef. L'opération est coorganisée par le Palazzetto Bru Zane, le centre de musique romantique française très actif: il s'agit donc à la fois d'un projet sur Dietsch et d'un projet qui consiste à présenter la version parisienne du vaisseau de 1841 (encore que la version de 1860 fût aussi composée pour un concert parisien), celle sans la "rédemption" et celle qui est obligatoirement jouée en un acte (mais aujourd'hui, on joue Der fliegende Holländer sans entracte dans la plupart des théâtres, y compris la version de 1860.
C'est une initiative intelligente, stimulante, et bien accueillie par le public grenoblois.
Mais voilà, l'auditorium de la MC2 a une acoustique très réverbérante, avec un son très présent et prononcé qui convient aux récitals d'instruments solistes et à la musique de chambre ou à des formations symphoniques moyennes (musique du XVIIème, XVIIIème, romantique) mais à cause de son podium réduit, à cause de son toit très bas, elle ne convient pas au grand répertoire symphonique qui a besoin de plus espace. Or, Der fliegende Holländer, par son urgence, sa dynamique, ses chœurs importants a besoin d'espaces plus larges et le son nous arrive avec un volume excessif, même si la proximité des chanteurs et des musiciens n'est pas désagréable.
La première remarque est donc cette inadéquation du lieu, peut-être eût il mieux convenue dans la salle de théâtre, plus volumineuse, qui a une fosse, pour une représentation semi-scénique: c'est évidemment une opinion, qu'on peut discuter.
On sait les Musiciens du Louvre-Grenoble plutôt spécialisés dans un répertoire plus ancien (le XVIIIème), et même si la musique romantique est jouée désormais depuis longtemps aussi par des instruments d'époque (voir l'Orchestre Révolutionnaire et Romantique) et cette incursion dans un opéra de Wagner pouvait apparaître saugrenue par certains.
Certes le son est différent, plus âpre, plus rêche, cela s'entend dans les cuivres, aujourd'hui beaucoup plus subtils, avec plus, beaucoup plus même de legato et qui sont très découverts et un peu brutaux, mais on doit applaudir aussi à l'engagement de l'ensemble de l'orchestre, très engagé, très vif, très dynamique, très jeune avec des moments particulièrement réussis (La tempête du début du troisième acte, avec le très bon choeur de Chambre Philharmonique Estonien). Le jeu des musiciens, la manière d'aborder l’œuvre, peuvent être discutés,mais il reste une vraie "franchise" dans cette manière d'aborder Wagner. En revanche la direction de Marc Minkowski ne fait rien pour adoucir les effets ou donner un peu de subtilité à l'opéra. Certes, la version de Paris doit plutôt être jouée "haletante", dynamique et énergique dans la tradition des opéras de Weber ou de Schubert, ou même des premiers opéras de Wagner. Mais là, avec  l'acoustique et l'interprétation du chef, on a une sorte de double peine: manque de souplesse, manque de couleur,  un volume permanent, et excessif, manque de subtilité: on l'entend dans le duo Senta/Hollandais du deuxième acte, dont l'une des qualités est la subtilité de l'accompagnement orchestral, si bien réussi par Daniel Harding la semaine dernière, et ici presque gênant qui casse une peu la magie musicale.
Du côté des chanteurs, c'est plutôt une très agréable surprise, car la distribution réunie est jeune et remarquable dans son ensemble. À la différence de Versailles, où le Hollandais était confié à Vincent Le Texier, pour l'enregistrement c'est Evguenyi Nikitin qui est le Hollandais, a priori un joli coup qui place en vedette celui qui devait le chanter à Bayreuth l'an dernier et qui en a été exclu à cause d'un tatouage nazi malencontreux. Il chante dans tous les grands théâtres, et donc on s'attendait à une prestation magnifique. Las, c'est une déception, comme dans Klingsor à New York en février dernier (dans le magnifique Parsifal dirigé par Daniele Gatti). La voix est mal projetée, elle reste mate et sans vrai volume (même dans cette salle si favorable), il semble très fatigué, et sans aucun engagement (ce qui tranche avec les autres chanteurs) même si la diction est correcte et que le timbre reste beau. Mais il n'y a rien d'un Hollandais de niveau international: quelle différence abyssale avec Michael Volle la semaine dernière à Berlin qui était si émouvant et si présent.
Face à lui, une découverte, la jeune basse finlandaise Mika Kares (en Donald, c'est à dire Daland) basse profonde qui rappelle un autre finlandais, Matti Salminen, même si le physique est très différent. Très bien préparé, le chanteur est le seul à essayer de jouer un peu, de créer des interactions, car il chante sans partition. L'entrée en scène au premier acte, le duo du premier acte est vraiment un moment magnifique: il faut vraiment revoir en scène cet artiste, qui est une authentique révélation.
Le Georg (Erik) d'Eric Cutler a la technique américaine, très contrôlée, avec un centre large, des aigus bien négociés, une voix suffisamment large (car Georg/Erik n'est pas une voix légère): certes, dans les ensembles avec un orchestre au volume qui assomme dans la salle, notamment à la fin, on l'entend mal, mais son élégance dans le duo avec Senta montre vraiment les qualités de l'artiste, à réentendre dans Belmonte ou Tamino.
J'ai déjà plusieurs fois signalé Bernard Richter, ténor suisse d'une suprême élégance, à l'aigu très sûr, au timbre superbe, à la diction modèle, que j'avais découvert dans Don Ottavio à l'Opéra de Paris l'an dernier mais qui y chante régulièrement depuis 2006. Un Steuermann très maîtrisé, presque trop "beau" pour le rôle.
J'ai revu avec plaisir Hélène Schneiderman, en troupe à Stuttgart depuis 1984, qui a aussi été à Heidelberg où j'ai vécu, et qui y avait laissé une trace profonde,  une chanteuse toujours "honnête", toujours préparée, toujours présente, dans Mary, qui n'est pas un rôle de grand relief, et dans lequel elle ne démérite pas.
Enfin, terminons par une autre découverte, Ingela Brimberg, un soprano suédois dans la grande tradition des voix suédoises au volume étonnant, à la technique solide, avec une couleur un peu froide qui rappelle beaucoup Lisbeth Balslev. L'acoustique de la salle rend ses aigus énormes et presque trop volumineux, mais dans une salle ordinaire d'opéra, nul doute qu'elle ferait merveille. En tous cas, une Senta de grande allure, sans une faiblesse, avec un engagement qui tranche avec son partenaire Nikitin. Là aussi une jolie révélation.
Au total et malgré mes réserves sur l'orchestre et le chef, une entreprise justifiée, très soignée, et ma foi, riche de potentiel pour tous ces jeunes chanteurs, un vrai Fliegende Holländer, qui rend clairement justice à l’œuvre, sans doute une première pour Grenoble et les grenoblois n'ont pas été volés!

MC2 GRENOBLE: DER FLIEGENDE HOLLÄNDER de Richard WAGNER le 23 MAI 2013 (LES MUSICIENS DU LOUVRE-GRENOBLE,Dir.mus: Marc MINKOWSKI)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Wanderer 2427 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte