Magazine Voyages

Un week-end à Khao Yai

Publié le 25 mai 2013 par Hachisun

Je profite d’une journée « migraine » (super thème, je recommande) pour écrire un peu sans attendre trois plombes!

Comme annoncé dans le dernier article, je parle de Khao Yai National Park et du super week-end passé là-bas.
Khao Yai National Park est situé au dessus de Bangkok, à quelques heures de bus, c’est donc très facile de n’y passé qu’un week-end pour un peu de randonnée. L’avantage, c’est que seule une bonne paire de chaussure et un petit sac à dos suffisent, pour une fois dans mes randos, pas besoin de 12kg sur le dos…

J’ai décidé de rester au Greenleaf GuestHouse, tout proche du parc et avec des prix très raisonnables. En prime, ils proposent des excursions autour et dans le parc.

J’ai commencé par faire l’excursion demi-journée autour du parc… Ils vous emmènent nager vers des sources où vont les thaïs, explorer une grotte pleine de chauves-souris et insectes étonnants, et le plus intéressant, observer l’envolée des chauves-souris à la nuit tombée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les sources, rendez-vous des thaïs du coin

Nous n’étions pas les seuls touristes à assister à cette envolée, mais elle vaut clairement le coup. Je m’attendais au début à un nuage massif sortant de la montagne, vu qu’il y a dans cette grotte des milliers de chauves-souris.

Mais en fait, c’est un long ruban continu, organisé, qui sort et descend ensuite en spirale vers le sol pour capturer les insectes.
Le guide avait emmené une longue-vue avec lui pour que nous puissions observer à loisirs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’envol des chauves-souris

Le lendemain, c’est la journée à l’intérieur du parc. Nous partons à 3 « Sorng Taew », 3 groupes de 10 maxi. On se croisera rarement dans la journée : les guides prennent garde à nous faire faire à tous un chemin différent. 

Les guides sont clairement des passionnés et n’hésitent pas à s’entraider : si l’un d’eux repère un oiseau, un singe, un serpent qui vaut le coup d’être observé, ils s’appellent, et les groupes se rejoignent alors quelques secondes. C’est grâce à cela que nous aurons la chance de voir un Calao et un éléphant sauvage. Concernant les macaques, il est possible de les observer partout sur les bords de la route. Pas farouches du tout, ils bougent à peine à l’arrivée d’une voiture.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vipère blanche aperçue sur la route par l’un des guides

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Des macaques pas sauvages…

Notre guide, toujours muni d’une longue vue, nous emmène faire de la randonnée toute la mâtinée : attention aux sangsues, suivant la période, il va falloir vous protéger un peu. Mais les chaussettes anti-sangsues sont fournies par l’auberge.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans ces superbes paysages se cache votre pire ennemie : la sangsue

Durant cette mâtinée, nous avons la chance d’observer des gibbons, magnifique animal qui vit à la cime des arbres. Grâce à la longue-vue, nous voyons beaucoup de détails, pas juste une ombre en hauteur.
Les gibbons sont des primates dont la longueur des bras et jambes est impressionnante. Il s’agit du seul primate parvenant à garder totalement son équilibre lorsqu’il marche debout, et se balance d’arbres en arbres avec beaucoup d’agilité. C’est , malheureusement, un animal en voie de disparition. Ceux que nous avons eu la chance de voir sont des gibbons à mains blanches.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Gibbon blanc à mains blanches

Notre guide va nous trouver également un scorpion des forêts pluviales. Ce scorpion n’est pas dangereux, la piqûre est douloureuse parait-il, mais tant qu’il est bien au chaud, il ne moufte pas. Ainsi, nous avons pu le prendre dans nos mains sans qu’il ne cherche à bouger du tout. Pour un peu, il aurait ronronner comme un chat au coin du feu.
Il est de couleur bleutée, et de taille assez imposante. Mais il parait que les vrais dangereux, ce sont de tout petits scorpions qui recherchent le froid dans les maisons… Des petits sournois, un peu comme les petits chiens quoi…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Scorpion des forêts pluviales

Khao Yai est un parc magnifique. J’ai envie d’y retourner et d’y refaire un peu de randonnée. Cependant, la plupart des « chemins » de randonnées sont en réalité très peu marqués, et il n’y a pas beaucoup de balises. En conséquence  de quoi, il vous faut faire appel aux gardes-forestiers si vous souhaitez vous balader sans passer par un organisme. La prudence est de mise!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Elephant sauvage

Pour s’y rendre : 
Bus jusqu’à la station de Korat (Nakhon Ratchasima) puis un bus jusqu’à Pak Chong. De là, prendre un taxi jusqu’au parc. Demandez au chauffeur de vous déposer au centre des visiteurs, très éloigné de l’entrée du parc et d’où partent les randonnées.
Si vous loger à Greenleaf, ils viennent vous chercher.

Entrée : 400 Baht pour tout « farang ».

Excursions Green leaf : 500 BHT la demi-journée, 1 300 BHT la journée dans le parc (incluant l’entrée, le déjeuner). Si vous prenez les deux, le prix sera groupé et de 1 500 BHT.
Par ailleurs, les résidents permanents de Thaïlande, avec permis de travail ou compte bancaire thaï, peuvent obtenir des réductions supplémentaires ou bien sur le prix des chambres.

Greenleaf Guesthouse : 
Le prix des chambres doubles est 300 BHT. Ventilateurs, salle de bain… Un confort bien suffisant.
Par ailleurs, la Guesthouse possède l’un des seuls restaurants aux alentours : nourriture thaï de qualité, fruits frais etc…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hachisun 330 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine