Magazine Culture

Personne ne pense comme moi

Par Alaindependant
samedi 25 mai 2013

jpg695

Personne ne pense comme moi. Je parais un brutal et

un fou

« Montre-nous quelqu'un parmi les avancés, qui dise, qui

ose dire ce que tu dis ! »

En effet les plus écarlâtes même saluent Béranger ! « Ah !

celui-là par exemple ! » -— et ils se découvrent

Les plus indulgents, quand ils m'entendent, sourient et me

donnent des tapes sur l'épaule d'un air qui signifie : « Tu ne

sais pas ce que tu dis — allons, mon garçon !... »

« C'est pour se faire remarquer, se singulariser », insinuent

en ricanant les autres !

Eternelle bêtise que j'entends sortir de la bouche des

jeunes comme de la bouche des vieux ! Mais se  s i n g u l a r i s e r ,

c'est très bête ! On se brouille avec tout le monde. J'aimerais

bien  mieux être de l'avis de la majorité ; on a toujours du

café, et avec ça des politesses ; les gens disent : « Il est

intelligent » parce que vous êtes de leur avis.

Me faire remarquer, me singulariser ! Quand cela

m’empêche d'avoir mon gloria et ma goutte de consolation !

Seul, seul de mon opinion !

Pas un homme, connu ou obscur, pas un livre, gros ou

ce, à tranches fades ou violentes, n'a laissé échapper un

mot — comme un souffle d'écrasé — contre cette popularité

qui met son pied mou, chaussé de pantoufle, sur le coeur du

peuple, et qui lui enfonce du coton tricolore dans les

oreilles !

jpg696

Jules Vallès, Le Bachelier, Editions Omnibus, p. 347


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alaindependant 70792 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte