Magazine Bien-être

Combattre la résistance au bonheur par la gratitude

Publié le 27 mai 2013 par Melissa_pekel @RLinnocence

Combattre la résistance au bonheur par la gratitude

Croyez-vous qu’il soit possible d’être heureux, reconnaissant et positif tout en même temps? On ne peut pas tout avoir? L’un ne va pas sans l’autre ? Je dois dire que le bonheur est une chose extraordinaire et sa recherche est assez intéressante. Nous avons de cesse de le poursuivre, c’est d’ailleurs une véritable dédicacions pour certains et dès que ce bonheur frappe vraiment à notre porte, on ne sait pas trop quoi en faire. Faut-il l’inviter ? Le laisser s’immiscer dans nos vies ? Nous changer? Méfiance donc, relayée par un instinct de survie très puissant qui trouve sa source dans notre histoire et notre évolution. Alors oui, à l’époque les menaces physiques étaient bien réelles et si vous vouliez rester en vie vous aviez tout intérêt à rester sur le qui-vive et concentrer votre attention sur ce qui pourrait éventuellement vous ôter la vie.

Sommes nous alors condamné à résister à notre propre bonheur? N’existes-il pas un moyen de combattre notre tendance à nous surprotéger de la vie? Voici combattre la résistance au bonheur par la gratitude: un début de piste pour comprendre les origines de cette résistance suivis de quelques conseils pour y palier.

La résistance au bonheur

1# Anticiper le pire

Nos croyances sont basées sur les valeurs qui nous ont été transmises dès l’enfance, mais aussi de par nos expériences passées. Si vous avez évolué dans un environnement régit par la peur et le pessimisme il n’est pas étonnant que vous ayez du mal a résister a l’envie de porter notre attention presque constamment, sur ce qui pourrait mal tourner ou sur le côté négatif des choses.

Cette attitude de méfiance excessive à des conséquences sur votre bonheur. Vous anticiper le pire, alors pour se protéger mieux vaut se retirer, ne pas prendre pas part à la vie. Vous vous coupez des opportunités qui pourraient se présenter, des personnes que vous pourriez rencontrer et par extension de l’éventuel bonheur qui pourrait en découler. En anticipant toujours le pire, on entre sans le vouloir dans le cercle vicieux d’une vie triste et désolante. Si tous est vide et morose, pourquoi faire confiance? Pourquoi s’ouvrir à l’amour et au bonheur? Pas très réjouissant tout ça!

2# Trop beau pour être vrai…

« Time will come and take my love away. This thought is as a death, which cannot choose
But weep to have that which it fears to lose. » — William Shakespeare Sonnet 64

« … le temps viendra pour emporter mon bien-aimé. Cette pensée me met la mort dans l’âme, en la réduisant à pleurer d’avoir ce qu’elle craint tant de perdre »

Et voilà! Autre chose maintenant! On pleure pour avoir les choses qu’on a craint de perdre. Bonjour la frustration! Si vous voulez quelque chose et que cette chose se présente soyez prêt à l’accueillir. N’ayez pas peur de la célébrer tant que vous l’avez. Les bonnes choses n’arrivent pas qu’aux autres. Elles tardent parfois a cause de certains mécanismes de défense qui nous gâche la vie. Parmi ces mécanismes, la peur de perdre ou d’être decu. Du coup, je ne suis plus tant sur de vouloir posséder ce bonheur. N’ayez pas peur de perdre. Les choses, les gens vont et viennent, restent ou partent c’est inévitable. Mieux vaut l’accepter. Si de bonnes choses devaient se présenter comprenez que vous les mériter comme tout le monde et accueillez les bras ouverts.

3# Faire de sa souffrance une force

Il n’y a pas de mal à être prudent. Le problème est que pour la plupart d’entre nous, cette dite prudence n’est qu’en fait une excuse pour justifier l’existence de la prison mentale que nous nous sommes créée pour survivre. Survivre à quoi au juste? Des humiliations ? Un cœur brisé ? Des insultes ? Ou pire?

Toutes c’est choses font souffrir, il n’y a pas de doute. Mais au combien votre souffrance est justifiée ne la laisser pas vous détruire. Parlez, évacuez, lâcher-prise ou pleurez s’il le faut, mais ne vous servez pas de votre souffrance pour la défense de ce qui n’a pas besoin d’être défendue ou pour l’attaque (haine, colère, vengeance) car la seule personne que cela affectera vraiment n’est autre que vous-même.

Il est possible de canaliser et de transformer votre souffrance en force pour faire le bien. Le point de départ à cette transformation est la gratitude. Ce n’est pas évident, mais sachez que si vous réussissez, le sentiment de plénitude et de bonheur qui en découlera sera aussi, voir plus puissant, que la souffrance que vous avez éprouvé jusqu’à présent.

Le pouvoir de la gratitude

3# Effet transformateur

Ce changement commence avec la gratitude. La reconnaissance des bienfaits de la vie. La gratitude a un effet transformateur instantané. C’est le point de départ à la confiance et l’amour de soi. Plus vous êtes reconnaissant, plus vous appréciez et savez reconnaitre les cadeaux que vous recevez chaque jour de la vie. Vous vous sentez automatiquement plus heureux, car vous apercevez à quel point vous êtes aimé et guidé. Vous libérez en fait le vrai de vos vies.

4# Impact sur les autres

La reconnaissance nous rend plus ouvert et donc plus réceptif à notre environnement, aux autres. De ce fait, vous attirez davantage d’opportunités et de positivité. Cette joie est semblable à une flamme qui grandit en se distribuant. Bientôt, vous ne résisterez plus à l’envie brulante de projeter ce bonheur sur les autres. En distribuant cette positivité vous pouvez avoir un impact sur le cœur des gens. Ils auront à leur tour envie de s’essayer au bonheur et de le reprendre aussi. Et vue que le bonheur attire plus de bonheur, cela vous reviendra comme un boomerang.

Comment activer sa gratitude?

5# Observez les petites choses

Commencez à exprimer votre gratitude pour les petites choses. Le tout est d’initier le mouvement. Libérer votre sentiment d’abondance. Le matin, par exemple déterminez la note sur laquelle doit commencer votre journée. Une note positive et reconnaissance pour votre santé, votre famille, les amis. Observez autour de vous : le toit qui vous abrite, le lever du soleil, la pluie, votre café, soyez-en reconnaissant. Peu importe ce qui va suivre. Ce moment est unique. Même si le reste de votre journée ne s’est pas déroulée comme vous l’auriez souhaité, vous avez l’agréable souvenir d’une journée bien commencé, d’un sentiment de plénitude et d’abondance que personne ne peut vous enlever.

6# Merci! Le mot magique

Sans véritable intention un merci n’est qu’un joli son qui résonne agréablement à nos oreilles.
On nous a tous éduqué à la politesse et c’est une bonne chose. Le problème c’est qu’on n’a pas assez mit l’accent sur le fait que la magie de ce mot magique justement, opère que si on y met le cœur. Essayez pour changer de prêter attention aux merci que vous donnez et à ceux que vous recevez. Vous réaliserez au combien ont vous valorise, aide et aime au quotidien.

5# Gardez un journal

Cet outil vous donne des preuves écrites des choses pour lesquelles vous pouvez être reconnaissants. Vous comptez vos victoires et votre évolution. Je l’utilise personnellement avant de me coucher. Il me permet de réitérer mes choix. Notamment, celui de me rappeler que rien n’est vain. Tout ce que l’on reçoit en plus de la santé et de l’amour c’est du bonus. Alors je décide chaque jour d’être reconnaissante pour ce que j’ai, tout en invitant de nouvelles raisons, opportunités ou personnes à contribuer à ce bonheur.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Melissa_pekel 4390 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte