Magazine Cinéma

Quai d'Orsay - Critique

Par Nopopcorn @TeamNoPopCorn

Quai-d-Orsay-Banner-1280px

Le retour de Thierry Lhermitte en ministre obsédé par les stabilos !

Basée sur la BD humoristique d'Abel Lanzac et Christophe Blain, la nouvelle comédie de Bertrand Tavernier portée par Thierry Lhermitte sera-t-elle aussi efficace que l'œuvre originale ?
Quai-d-Orsay-Photo-Raphael-Personnaz-Thierry-Lhermitte-01Le(s) plus

« Quai d'Orsay », c'est avant tout le retour de Thierry Lhermitte qui excelle dans un rôle à sa mesure où il interprète Alexandre Taillard De Worms (inspiré de Dominique De Villepin), politicien grandiloquent, adepte des citations philosophiques et maniaque des stabilos !

C'est bien son personnage qui est au centre de l'histoire, le reste de son équipe ne fait que graviter autour de lui tout en étant servie par d'excellents acteurs : Niels Astrup, Thierry Fremont, Julie Gayet sans oublier le couple Anais Demoustier/Raphael Personnaz dont ce dernier sert ici de personnage témoin de l'univers qu'il découvre.

L'enjeu du film comme dans la BD est l'écriture et les innombrables réécritures du discours que doit donner le personnage à l'ONU, c'est le leitmotiv comique du film et sa dimension politique qui comme le soulignait le réalisateur lors de la masterclass a été une date dans la politique française.

Quai-d-Orsay-Photo-Raphael-Personnaz-Thierry-Lhermitte-02Le(s) moins

Si le casting est la force du film et réussit à faire rire, ce n'est pas le cas de la mise en scène de Tavernier.
Comme très souvent le réalisateur signe un film très plat, trop basé sur les dialogues, très « théâtral » qui souffre d'un problème de rythme car trop calqué sur la BD.

Pour compenser ce manque de rythme, le réalisateur a recours à des effets de mise en scène de type BD : effets de woosh, bruits de claquements de portes exagérés... plus ou moins efficaces, malheureusement, pas assez présents dans le film.

Quai-d-Orsay-Photo-Thierry-Lhermitte-01
Conclusion

Avec cette adaptation, Tavernier signe un film à la mise en scène très plate qui recrée l'univers de la BD de manière trop simpliste sans y apporter de vraies touches personnelles mais heureusement Thierry Lhermitte s'impose dans son personnage et signe l'un des meilleurs rôles de sa carrière !

Ma note: 6.5/10


Quai-d-Orsay-Affiche-France

Quai d'Orsay

Réalisé par: Bertrand Tavernier.
Avec: Thierry Lhermitte, Raphaël Personnaz, Niels Arestrup.
Genre: Comédie.
Nationalité: Français.
Distributeur: Pathé Distribution.
Durée: 1h 53min.
Date de sortie: 6 novembre 2013.

Synopsis :
"Alexandre Taillard de Worms est grand, magnifique, un homme plein de panache qui plait aux femmes et est accessoirement ministre des Affaires Étrangères du pays des Lumières : la France. Sa crinière argentée posée sur son corps d'athlète légèrement halé est partout, de la tribune des Nations Unies à New-York jusque dans la poudrière de l'Oubanga. Là, il y apostrophe les puissants et invoque les plus grands esprits afin de ramener la paix, calmer les nerveux de la gâchette et justifier son aura de futur prix Nobel de la paix cosmique. Alexandre Taillard de Vorms est un esprit puissant, guerroyant avec l'appui de la Sainte Trinité des concepts diplomatiques : légitimité, lucidité et efficacité. Il y pourfend les néoconservateurs américains, les russes corrompus et les chinois cupides. Le monde a beau ne pas mériter la grandeur d'âme de la France, son art se sent à l'étroit enfermé dans l'hexagone. Le jeune Arthur Vlaminck, jeune diplômé de l'ENA, est embauché en tant que chargé du "langage" au ministère des Affaires Étrangères. En clair, il doit écrire les discours du ministre ! Mais encore faut-il apprendre à composer avec la susceptibilité et l'entourage du prince, se faire une place entre le directeur de cabinet et les conseillers qui gravitent dans un Quai d'Orsay où le stress, l'ambition et les coups fourrés ne sont pas rares... Alors qu'il entrevoit le destin du monde, il est menacé par l'inertie des technocrates."

  • Bande annonce

  • Les Anecdotes !


    A l'origine, Quai d'Orsay est une bande dessinée créée par Christophe Blain et Abel Lanzac (Antonin Baudry) qui retrace l'expérience de ce dernier au ministère des Affaires étrangères. Le réalisateur Bertrand Tavernier ne connaissait pas cette œuvre jusqu'à ce qu'un ami, qui fait d'ailleurs une brève apparition dans le film, lui fasse découvrir la BD en lui offrant : "Je l'ai lu dans la nuit, d'une traite. Dès le lendemain, j'ai demandé à mon producteur et associé, Frédéric Bourboulon, d'en acheter les droits d'adaptation."

    Après sa sortie, la bande dessinée a reçu en tout 3 demandes d'adaptation. Deux pour un film, dont celle de Bertrand Tavernier, et une pour une série. A la base, Antonin Baudry était contre une adaptation, craignant qu'elle ne gâche l'univers BD. Mais après sa première rencontre avec le cinéaste, il a tout de suite accepté.

    Pour scénariser le film, les deux auteurs et le metteur en scène se sont retrouvés chez le scénariste Antonin Baudry à New York : "J'aime l'idée d'être coupé de tous les problèmes quotidiens liés à mon boulot en France, à la SACD, à Little Bear, à la réparation de la machine à laver... Dès L'Horloger de Saint-Paul, j'ai toujours cherché à pratiquer l'écriture délocalisée, dans la mesure du possible", confie le réalisateur. Seulement, cette première expérience créatrice s'est déroulée juste après le passage d'un ouragan qui avait ravagé la ville : "Un de nos rares déjeuners a eu lieu dans un restaurant italien très chic, à l'intérieur duquel il pleuvait. On a changé trois fois de tables, puis de places à la même table pour éviter les gouttes. Car l'arrosé se concentrait moins bien que les autres !"

    Le personnage d'Arthur, fan de Star Wars dans la BD, est censé être envahi par des rêves de science-fiction. Or, ces scènes qui permettent de représenter l'imaginaire du personnage sont extrêmement difficiles à reproduire à l'écran : "Comment représenter la vie intérieure d'un personnage ? Dans la BD, on l'a fait beaucoup par métaphores visuelles, en référence à des univers cinématographiques codifiés. Métaphores impossibles à copier-coller dans le film", précise Antonin Baudry. Bertrand Tavernier a donc eu l'idée de développer davantage le personnage de Marina, la compagne d'Arthur, pour illustrer la vie de ce dernier en dehors du travail.

    Quand on entreprend l'adaptation d'une œuvre, il arrive fréquemment que le réalisateur et l'auteur entrent en conflit. Ici, l'un des rares sujets de discorde était de déterminer quel serait le groupe préféré du personnage Arthur Vlaminck : "Antonin militait pour Metallica, moi pour Led Zeppelin !", déclare Bertrand Tavernier.

    Durant la scénarisation du film, l'auteur / scénariste Christophe Blain sortait d'une période de travail intense et n'avait quasiment pas dormi pendant 6 mois. En arrivant à New York, il pensait pouvoir se reposer sur le talent du metteur en scène : "Or, sa première déclaration a été : "J'ai fait le déplacement pour travailler avec vous. Profitons-en au maximum. S'il le faut, on écrira jusqu'au milieu de la nuit !" À cet instant précis, j'ai failli m'évanouir !", se rappelle-t-il.

    Bertrand Tavernier aime changer radicalement de genre d'un film à l'autre. Il passe ainsi du drame historique La Princesse de Montpensier à Quai D'Orsay, qu'il considère comme sa première comédie : "Avec Quai d'Orsay, on est dans une réalité moderne, contemporaine, celle d'un cabinet ministériel (...), c'est aussi une sphère dont j'ignorais tout, c'est-à-dire le travail quotidien de la diplomatie. Or, ce qui déclenche toujours mon désir de cinéma, c'est l'exploration de mondes, d'époques, de milieux qui me sont inconnus". Pour accentuer l'exploration d'un nouvel univers et retrouver le challenge de ses débuts, le réalisateur modifie régulièrement les membres de son équipe.

    Niels Arestrup interprète ici Claude Maupas, librement inspiré de l'ancien directeur du cabinet du ministre des Affaires étrangères, Pierre Vimont. Or, la manière de s'exprimer du diplomate est très différente de celle l'acteur. Bertrand Tavernier a donc demandé à Antonin Baudry d'imiter le personnage devant le comédien : "Niels m'a foudroyé d'un regard dur, très noir, effrayé à l'idée de devoir jouer avec cette voix et ce phrasé. Moi, je ne savais plus où me mettre mais je continuais bêtement mon imitation, en ayant l'impression que j'allais me faire stranguler d'une seconde à l'autre !"

    Le personnage d'Alexandre Taillard de Worms, incarné par Thierry Lhermitte, s'inspire bien évidemment de Dominique de Villepin. Le défi pour le comédien était de ne pas tomber dans la caricature, comme le précise le metteur en scène : "Dès les premières lectures, il m'a proposé une idée originale, qui lui permettait de s'approprier le personnage : doubler chaque propos par un geste extravagant, censé l'illustrer. (...) C'est d'autant plus jubilatoire que, ces dernières années, Thierry a tenu beaucoup de rôles sérieux, au cinéma comme au théâtre. Là, j'avais l'impression de réactiver le Lhermitte délirant des années Splendid, la maturité en plus."

    Durant son expérience au ministère des Affaires étrangères, Antonin Baudry fut relogé au bureau de la secrétaire de Pierre Vimont (Claude Maupas) et était souvent bousculé par des visiteurs. On retrouve cette scène dans le film Quai d'Orsay, mais cette fois, Baudry incarne un de ces passants pénibles : "Sur le moment, je me suis demandé : 'Qu'es-tu en train de faire ? Tu malmènes un mec qui est toi il y a dix ans !'"

    Une des premières expériences de Bertrand Tavernier dans le cinéma remonte à Léon Morin, prêtre en 1961 : "J'ai été marqué à vie par mon assistanat chez Melville, par le climat de dureté, de terreur, d'humiliation qu'il imposait au plateau... J'avais vingt ans et je me suis dit : 'Si un jour je deviens metteur en scène, il faudra que je crée une autre idée du travail en commun'". Ainsi, le réalisateur met un point d'honneur à ce que règne une bonne ambiance sur son plateau : "Quand Bertrand tourne, il déconne tout le temps, il fait des blagues, il chante...", confie Christophe Blain.

    Dans "Quai d'Orsay", on aperçoit le portrait du Président de la République dans le bureau du directeur de cabinet incarné par Niels Arestrup. Malicieux, Tavernier lui a donné les traits du réalisateur Jean-Paul Rappeneau.

Et vous qu'avez-vous pensé du film Quai d'Orsay ?

Notez le film et donnez-nous votre avis !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Critique Gatsby le Magnifique

    Critique Gatsby Magnifique

    Note : 8/10 De Baz Luhrmann Sortie le 15 mai 2013 Durée : 2h 22min) Genre : Drame , Romance Avec Leonardo DiCaprio, Tobey Maguire, Carey Mulligan Gatby le... Lire la suite

    Par  U2grier
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique] AFTER EARTH

    [Critique] AFTER EARTH

    Titre original : After Earth Note: Origine : États-Unis Réalisation : M. Night Shyamalan Distribution : Jaden Smith, Will Smith, Sophie Okonedo, Zoë Kravitz,... Lire la suite

    Par  Onrembobine
    CINÉMA, CULTURE
  • Critique Les Gamins

    Critique Gamins

    Les Gamins Note : 6,5 / 10 De Anthony Marciano Sortie le 17 avril 2013 Durée : 1h 35min Genre : Comédie Avec Alain Chabat, Max Boublil, Sandrine Kiberlain... Lire la suite

    Par  U2grier
    CINÉMA, CULTURE
  • Critique Cinéma : Joséphine

    Critique Cinéma Joséphine

    Joséphine est l’adaptation du personnage créé par Pénélope Bagieu. Ce film est réalisé par Agnes Obadia et il sort en France le 19 juin 2013. Lire la suite

    Par  Nivrae
    CINÉMA, CULTURE
  • Critique: trance

    Critique: trance

    Commissaire-priseur expert dans les œuvres d’art, Simon se fait le complice du gang de Franck pour voler un tableau d’une valeur de plusieurs millions de... Lire la suite

    Par  Cinedingue
    CINÉMA, CULTURE, DVD, LIVRES, MUSIQUE
  • [Critique] MY MOVIE PROJECT

    [Critique] MOVIE PROJECT

    Titre original : Movie 43 Note: Origine : États-Unis Réalisateurs : Steven Brill, Peter Farrelly, Steve Carr, Griffin Dunne, James Duffy, Jonathan van... Lire la suite

    Par  Onrembobine
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique] DARK SKIES

    [Critique] DARK SKIES

    Titre original : Dark Skies Note: Origine : États-Unis Réalisateur : Scott Charles Stewart Distribution : Keri Russell, Josh Hamilton, Dakota Goyo, Kadan... Lire la suite

    Par  Onrembobine
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Nopopcorn 12250 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines