Magazine Humeur

Composition du Gouvernement : du rififi à tous les étages du Parti Socialiste et de ses alliés.

Publié le 02 avril 2014 par Raymond_matabosch

Composition du Gouvernement : du rififi à tous les étages du Parti Socialiste et de ses alliés.

manuel-valls.jpg

Alors que l'ancien Ministre de l'Intérieur a été confronté à une crise avec les alliés écologistes de la majorité avant même le passage de témoin avec Jean-Marc Ayrault, les Verts étant divisés sur leur participation au gouvernement et en finalité renonçant à y participer, « A ce stade, nous ne pouvons qu’espérer un véritable changement de cap. La non remise en cause des orientations budgétaires ne nous semble pas de nature à permettre cette transition énergétique de grande ampleur que nous appelons de nos vœux [...] les conditions en l’état ne sont pas réunies pour qu’Europe Écologie-Les Verts participe au gouvernement. Nous serons des partenaires vigilants et présents pour que cette transition s’incarne dans des mesures d’ampleur »,

que cette décision a été immédiatement saluée par le Parti de gauche, à travers les propos de sa porte-parole Raquel Garrido, « Je félicite Europe Écologie-Les Verts d'avoir refusé d'entrer au Gouvernement. A l'aune du nouveau Gouvernement écosocialiste de Grenoble, la nouvelle gauche vit »,

que les médias sont unanimes à considérer que « Le choix de l'ancien Ministre Socialiste de l'Intérieur, connu pour sa fermeté et son franc-parler, menace de faire voler en éclat la majorité présidentielle... », que la tension monte à Europe Écologie-Les Verts et que le parti écologiste est au bord de l'implosion d'autant, d'une part, que François de Rugy, co-président du groupe écologiste à l’Assemblée nationale, a déclaré « que le refus d’Europe Écologie-Les Verts de participer au gouvernement Valls était  un mauvais coup porté à l’écologie et aux écologistes . […] Une très large majorité des parlementaires étaient favorables à une participation gouvernementale […] regrettant qu'avec un vote d’un très petit nombre de voix au sein du parti, on casse la démarche collective . [...] Le vote contre l’a emporté au sein du bureau exécutif avec 7 voix contre 3 et 5 abstentions, et on a un parti divisé, c’est préoccupant pour l’avenir .... », d'autre part qu'Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d’Europe Écologie-Les Verts, a expliqué, dans un entretien au « Monde », le refus de participer au gouvernement Valls, « Il y a une inquiétude très forte sur la volonté de François Hollande de faire bouger sa ligne après le signal envoyé par les Français dimanche dernier. […] Manuel Valls veut réussir comme Premier ministre et il souhaitait que l’on rentre dans ce gouvernement. Mais ce que nous disons aujourd’hui, c’est qu’avant de prendre des postes nous attendons des actes . [...] J’assume parfaitement la décision qui a été prise mais je n’en suis pas pour autant heureuse car nous ne voulions pas en arriver là ... », et, enfin, que Barbara Pompili, coprésidente du groupe des députés Europe Écologie-Les Verts, a estimé, sur les antennes de France 2, que « les écologistes ont, en refusant d’entrer au gouvernement, fait le pire  de deux  mauvais choix », déploré « la démarche personnelle  des deux ministres sortants... » et assuré « On avait face à nous uniquement des mauvais choix, puisque le président de la République n’a  manifestement pas pris la mesure de ce qui a été dit dans les urnes  et a parlé d’ inflexion  politique et  pas du changement de cap très nécessaire demandé par les électeurs . De plus  il a choisi un Premier ministre qui, en termes de symbole, est le contraire de ce qu’il faudrait faire. Face à cette situation, nos ministres ont décidé de manière un peu personnelle  de «poser un oukase sur Manuel Valls . J’ai le sentiment que parmi deux choix mauvais, on a fait le pire . On se lie les mains avant même d’avoir essayé  alors qu’il aurait fallu vérifier avant de  dire qu’on n’a pas les moyens d’agir »,

les Socialistes-Hollandistes s’inquiètent.

Des proches du Président de la République, François Hollande, se sont réunis en soirée, le 1 Avril 2014, et ont exprimé leur mécontentement sur le remaniement en cours. Autour de la même table, des ministres du gouvernement Ayrault démissionnaire, Stéphane Le Foll, - Ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt -, Thierry Repentin, - Ministre délégué aux Affaires européennes -, Frédéric Cuvillier, - Ministre délégué aux Transports, à la Mer et la Pêche -, Kader Arif, - Ministre délégué aux Anciens combattants -, et Marie-Arlette Carlotti, - Ministre déléguée aux Personnes handicapées et à la Lutte contre l'exclusion -, le président des sénateurs du groupe « Parti Socialiste », François Rebsamen, celui des députés, Bruno Le Roux, ainsi que la chef de cabinet de François Hollande, Isabelle Sima, et un de ses conseillers, Faouzi Lamdaoui. L'un d'eux a rapporté le message: « Rappeler au Premier ministre qu’il y a des amis de François Hollande au gouvernement », et un autre à déclaré « François Hollande nous a lâchés, ils ne nous répond plus. »

En outre, parmi les ministrables, alors que le Président de la République, François Hollande, a demandé, à son nouveau Premier Ministre, de former un Gouvernement de combat les batailles d'égo s'intensifient et le Ministre du Travail, Michel Sapin, refuse de passer au ministère de l'Économie s'il doit cohabiter avec Arnaud Montebourg à Bercy au motif que « toute cohabitation avec le Ministre du Redressement Productif à Bercy est impossible... » pour lui,

et si, parmi les composantes de la majorité présidentielle, le Président de l'Assemblée Nationale, Claude Bartolone, a relevé que « Manuel Valls, un combattant et un responsable politique, a tout de suite eu l'angoisse des Français, l'angoisse du morcellement social de ce pays en tête. Il sait qu'il a un certain nombre de questions qui lui sont posées et il va y répondre. Il disposera d'une majorité au parlement. Compte tenu de l'état du pays, je ne peux pas imaginer qu'il y ait une volonté au sein du Parlement la volonté d'ajouter la crise à la crise. Alors pour ce coup de rein économique et social, Manuel Valls comptera sur le groupe socialiste qui a la majorité absolue. On peut compter, j'en suis sûr, sur les Radicaux qui ont un groupe de 17. Et je suis aussi convaincu du soutien d'une majorité des 17 Verts, s'ils se sentent associés au travail du Parlement, ce qui est la volonté du premier ministre... »,

selon Jean-Vincent Placé, Europe Écologie-Les Verts, « les écologistes ne savent pas encore s'ils voteront la confiance au futur gouvernement de Manuel Valls et réservent leur réponse », une prise de position qui s'ajoute à celle des députés Front de gauche qui ont déclaré, par la voix de leur chef de file André Chassaigne pour qui le choix de Manuel Valls est « secondaire », qu'ils « ne voteront pas la confiance au nouveau gouvernement du fait de la dérive libérale de François Hollande » et à celle du député Parti Socialiste, Henri Emmanuelli, qui ne voit pas la nomination de Manuel Valls, « incapable d'assurer la moindre discipline sur le territoire », d'un très bon œil, qui n'accepte pas que « le Parti Socialiste, un organe de réflexion collective […] soit transformé en parc à moutons » et qu'il a informé François Hollande qu'à « ce stade, j'ai prévenu le chef de l’État que mon vote pour la confiance n'était pas acquis. »

Et enfin, n'étant pas de bon aloi, l'entourage de Manuel Valls informe que « les noms des ministres seront dévoilés le 2 Avril, les secrétaires d'État la semaine prochaine après le vote de confiance au Gouvernement de Manuel Valls », une façon de donner l'illusion d'un gouvernement resserré avant de l'élargir, en catimini, à grands renforts de secrétaires d'État... comme une petite indiscrétion émise, le 1 Avril, par l'un du clan des corréziens sévissant à l'Élysée, « une équipe resserrée entourée d'une foultitude de Secrétaires d'État nommés à l'envie, sur plusieurs cessions,  pour que ce ne soit pas trop indigeste... aux contribuables. »


Qu'en résultera-t-il, en finalité ? La mayonnaise prendra-telle ? ou tournera-t-elle, comme le craignent de nombreux socialistes de l'aile gauche du parti, au vinaigre ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Raymond_matabosch 1136 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines