Magazine Cinéma

Jeudi 10 avril à 20h30, au cinéma Les Alizés, dans le cadre de La Caravane des Cinémas d’Afrique, Yema de Djamila Sahraoui

Publié le 03 avril 2014 par Journal Cinéphile Lyonnais @journalcinephil

Drapeaux

La Caravane des Cinémas d’Afrique, organisée par le Ciné Mourguet et soutenue par la Ville de Sainte Foy-lès-Lyon, contribue à la diffusion et la promotion du cinéma africain. Cette année, la 13e édition se déroulera du 3 au 13 avril 2014.

Le programme complet sur www.caravanedescinemasdafrique.com

 En présence de Catherine Ruelle (Journaliste politique et critique de cinéma, elle a créé, en 1983, et animé sur RFI l’émission hebdomadaire Cinémas d’aujourd’hui , cinémas sans frontière , consacrée aux cinémas d’auteur du monde entier)

Plus d’informations sur la séances sur http://www.cinemalesalizes.com.
Cinéma Les Alizés, 214 avenue Franklin Roosevelt, Bron (Tramway : T2 – Arrêt ‘Les Alizés’)

Les autres séances pour voir le film ici 

Yema1

Avec : Djamila Sahraoui, Samir Yahia, Ali Zarif.
France/Algérie, 1h40, 2012, drame.
Date de sortie : 28 Août 2013.

Synopsis:

 Une petite maison abandonnée, isolée dans la campagne algérienne,.Ouardia y a enterré son fils Tarik, militaire peut-être tué par son propre frère Ali, dirigeant d’un maquis islamiste. Elle est surveillée par un des hommes d’Ali, amputé d’un bras suite à une explosion.

Dans cet univers crispé par la douleur et figé par la sécheresse, la vie va peu à peu reprendre ses droits.

 Grâce au jardin que Ouardia fera refleurir à force de courage, de travail et d’obstination. Grâce au gardien, victime lui aussi, finalement adopté par Ouardia. Grâce surtout à l’arrivée entre eux de l’enfant de Malia, une femme aimée des deux frères, morte en accouchant.

Mais Ouardia n’est pas au bout de ses épreuves. Ali, le fils maudit, revient, grièvement blessé…

 

Yema4

Autour du film

L’histoire de Yema racontée par Djamila Sahraoui: « Yema, c’est la Mère en arabe algérien. Ici, la mère biologique et la mère patrie l’Algérie. Cette mère-là a engendré un fils militaire et un fils islamiste. Deux fils mauditsqui se battent pour le pouvoir, pour l’amour de la même mère, pour l’amour dela même femme, une femme qui à son tour engendre un enfant dont on ne sait lequel des deux frères est le père. Mais tous sont les enfants de cette terre arrosée de tant de sang et de tant de larmes, durcie de tant de souffrances accumulées. »

Dans Yema, Ouardia est une paysanne algérienne qui cultive son jardin en même temps qu’elle fait le deuil de son fils. Pour créer ce personnage, Djamila Sahraoui s’est inspirée des femmes qu’elle connaissait, en particulier sa mère, et a reproduit leur façon de s’habiller, leurs gestes. La réalisatrice a en effet grandi à la campagne, en Kabylie où est situé le film.

 Djamila Sahraoui n’a pas pu tourner son film dans le petit village de Kabylie dans lequel elle a grandi. Elle a donc cherché des paysages ressemblant à ceux de son enfance. Pour la maison d’Ouardia, elle a trouvé une ferme en ruines qu’il a fallu reconstruire intégralement. Pour montrer l’évolution des saisons, le chef décorateur de Yema – qui n’est autre que le neveu de la réalisatrice – a dû planter dans le jardin des arbres à différents moments de leur croissance (d’abord nus puis pleins de fruits).

Djamila Sahraoui s’est investie dans tous les aspects de son second long-métrage. En plus d’avoir produit et écrit le scénario de Yema, elle y tient le rôle principal.

La violence est l’un des thèmes de prélèdiction de la réalisatrice « J’ai quelques thèmes qui sont autant d’obsessions et que j’aborde dans tous mes films depuis mon tout premier documentaire « La moitié du ciel d’Allah » : la violence de l’Algérie. La violence contre les jeunes, contre les femmes. La question de savoir comment on fait pour revivre, pour vivre quand même, malgré le malheur, malgré le désespoir, .. » Djamila Sahraoui

Regarder la bande-annonce ,
Lire l’interview de la réalisatrice

yema5

Presse

« Un très grand film!" (Siegfried Forster/RFI)

"Un film formidablement sensible et épuré." (Olivier Barlet/Africultures)

"Un film exigeant et scotchant." (Première)

"Une interprétation magistrale." (Africine.org)

"Déroutant et puissant." (Bande à part)

"À découvrir dès que possible." (Le blog du cinéma)

"Tragique et lumineux !" (Stud’Orléans)

"La présence de Djamila Sahraoui, devant et derrière la caméra, et l’expression de son regard remplacent bien des mots." (Studio Ciné Live)

yema6

Distribution

  •  Djamila Sahraoui la mère
  •  Samir Yahia le gardien
  •  Ali Zarif le fils

Fiche technique

  •  Réalisation et scénario Djamila Sahraoui
  •  Directeur de la photo Raphaël O’Byrne
  •  Décor Mourad Zidi
  •  Montage Catherine Gouze
  •  Son Sébastien de Monchy
  •  Production AARC / Les Films de l’Olivier
  •  Neon Productions

Festivals

YEMA présenté en sélection officielle au Festival de Venise, a participé à plus de 60 festivals internationaux et obtenu plusieurs récompenses dont le Prix de la meilleure comédienne au Festival de Namur, le Prix de l’expression artistique au festival MedFilm de Rome et le Prix Fipresci au Festival de Dubaï. YEMA a également remporté 3 prix au FESPACO de Ouagadougou, L’Etalon d’argent de Yennenga, Le Prix de la meilleure image et la Mention Spéciale du jury.

 

Yema7

Djamila Sahraoui

Après ses études de lettres à Alger, Djamila Sahraoui a obtenu le diplôme de l’IDHEC, section réalisation et montage. Lauréate de la Villa Médicis Hors lesMurs, elle a écrit et réalisé plusieurs documentaires primésdans divers festivals.

BARAKAT ! (2006), son premier long métrage de fiction, lui vaut onze récompenses. Trois prix au FES PACO (Festival panafricain de Ouagadougou au Burkina Faso) : prix Oumarou Ganda de la meilleure première oeuvre, prix du meilleur scénario et prix de la meilleure musique. Prix du meilleur film arabe au Festival international du Caire. Prix du meilleur film arabe au Festival de Dubaï.Prix du meilleur film africain au Festival du cinéma d’Afrique, d’Asie et d’Amériquelatine de Milan…

• Son nouveau film YEMA a été projeté en Sélection Officielle au Festival de Venise 2012. Toujours scénariste et réalisatrice, Djamila Sahraoui est aussi passée cette fois de l’autre côté de la caméra pour interpréter le rôle titre. YEMA a déjà été sélectionnédans de nombreux festivals à travers le monde et a obtenu plusieurs récompenses. Dont le Prix de la Critique (FIPRES CI Award) au Festival de Dubaï,le Prix d’interprétation féminine au Festival International du Film Francophone de Namur, l’Etalon d’argent au Fespaco…

Filmographie

  •  2006 : Barakat !
  •  2003 : Et les arbres pousent en Kabylie
  •  2001 : Algérie, la vie toujours
  • 1999  : Algérie, la vie quand même
  • 1996 :  La moitié du ciel d’Allah
  • 1992 :  Prénom Mariane
  • 1990 :  Avoir 2000 ans dans les Aurès
  • 1980 : Houria
45.731198 4.915140

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Journal Cinéphile Lyonnais 14516 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines