Magazine Société

LE QUOTIDIEN & VOUS > Gastronomie - La Bonnotte, petit trésor de l’île de Noirmoutier

Publié le 03 avril 2014 par Fab @fabrice_gil

LE QUOTIDIEN & VOUS > Gastronomie - La Bonnotte, petit trésor de l’île de Noirmoutier Gastronomie - La Bonnotte, petit trésor de l’île de Noirmoutier" border="0" title="LE QUOTIDIEN & VOUS > Gastronomie - La Bonnotte, petit trésor de l’île de Noirmoutier" />

©Sudres//Photocuisine

Au goût unique, léger et sucré de châtaigne, seulement disponible quelques jours par an, la Bonnotte est la plus ancienne des variétés de pommes de terre, cultivée sur l’île de Noirmoutier.
Elle est celle que les grands chefs s’arrachent à prix d’or. Elle, c’est la Bonnotte, qui est arrivée discrètement à Noirmoutier dans les années 1930, dans le sac d’un cultivateur futé qui décidait alors de ramener une nouvelle variété de pomme de terre de la région de Barfleur (Manche). Timidement, la p’tite patate fait ses premiers pas sur l’île sous les noms de Bounnotte, Bonnette, ou encore Bonnet, avant de s’affirmer rapidement sous celui de Bonnotte. Dès 1938, ses qualités gustatives sont reconnues par les gastronomes, qui la placent parmi les meilleures variétés de pomme de terre française. Cependant, lorsque l’ère de la mécanisation s’amorce, la Bonnotte, trop fragile, qui nécessite un arrachage à la main, ne semble plus adaptée. Elle disparaît, donc, dans les années 1960, après avoir satisfait le palais des plus avertis durant trente ans.
Les artisans cultivateurs de l’île de Noirmoutier n’ont jamais oublié celle qui fut à l’origine de leur renommée. Et fier de sa notoriété, le défi de "ressusciter" la variété disparue ne pouvait être que relevé. La Coopérative Agricole de Noirmoutier s’est donc adressée à l’Institut National de Recherche Agricole pour recréer, à l’identique, le précieux tubercule. Taille respectée, saveur retrouvée, le succès est entier.
Depuis 1995, les cultivateurs peuvent ainsi planter leurs Bonnottes. Par un apport de fumier et de goémon, les plants sont mis en terre dès le mois de février, le jour de la Chandeleur. Puis, comme par le passé, ils la récoltent à la main quatre-vingt-dix jours plus tard. Une méthode artisanale qui limite naturellement les surfaces de culture et les quantités récoltées.
La première vente aux enchères de Nantes avait permis de décerner à la Bonnotte de Noirmoutier le titre de pomme de terre la plus chère du monde, adjugée à €40,40 le kg. Un an plus tard, à l’hôtel Drouot, le prix exceptionnel de €457,35 fut atteint.Rare et éphémère, elle ne se conserve que quelques jours, se laissant déguster aux premières chaleurs du printemps, habituellement lors du premier week-end de mai. La course à la Bonnotte sera à nouveau proclamée, se retrouvant ainsi parée sur la carte des restaurants les plus renommés.FGOpération spéciale La Bonnotte disponible à partir du vendredi 3 mai 2013 (sauf problèmes climatiques) en exclusivité dans les magasins Monoprix, environs €5,50 la barquette de 1,5kg.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fab 4306 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine