Magazine Santé

Du Botox pour l'asthme sévère ?

Publié le 03 avril 2014 par Santelog @santelog

Déjà utilisée dans le traitement de certaines formes d’incontinence, de la migraine, de la spasticité des membres supérieurs et inférieurs, le bépharospasme, spasme hémifacial, traitement de la déformation dynamique du pied en équin chez l’enfant, l’oculomotricité…et bien sûr en chirurgie esthétique, envisagée dans le traitement de la SEP, la toxine botulique (Botox) pourrait aussi être bientôt utilisée pour traiter l’asthme sévère. C’est la conclusion de cette recherche australienne, publiée dans la revue Respirology.

BOTOX: Aussi pour l'asthme sévère?  – Respirology
De premiers résultats encourageants avec cette étude, en particulier pour les patients qui ne répondent pas aux traitements conventionnels. Les chercheurs de la Monash University (Australia) se sont en effet ici attachés à la mobilité anormale des cordes vocales, liée à des spasmes musculaires et qui peut être responsable de certains cas d’asthme résistants.

Les chercheurs ont testé le Botox sur 11 patients atteints d’asthme sévère réfractaire à dysfonction des cordes vocales. Ils rappellent la puissance de la toxine, qui doit être «  manipulée  » avec précaution, car mortelle en cas de trop forte dose. Ici, 4 patients ont reçu une injection de Botox unique, 7 autres ont reçu des injections répétées dont 2, 4 injections au total.

Les chercheurs constatent, qu’après injection dans les cordes vocales,

·   les participants ont une meilleure maîtrise de leur asthme : Sur la base de tests de contrôle de l’asthme, un mois après chaque injection, le contrôle de l’asthme est significativement amélioré, des changements qualifiés de «  cliniquement importants  », par les auteurs.

·   une capacité augmentée des voies aériennes,

·   mais, peu de changement dans les mesures de la fonction pulmonaire.

·   Des effets secondaires, qualifiés de légers, ont été observés après 17 des 24 injections, dont fréquemment une dysphonie qui dure quelques semaines après l’injection et la dysphagie rapportée après 6 des 24 injections.

L’injection locale de toxine botulique pourrait donc être un traitement efficace pour l’asthme réfractaire associée à une rigidité des cordes vocales, mais ces résultats demandent à être reproduits vs placebo et lors d’essais cliniques contrôlés donc et randomisés menés sur de plus larges échantillons.

Source:Respirology March 23 2014 DOI: 10.1111/resp.12271 

Abnormal vocal cord movement treated with botulinum toxin in patients with asthma resistant to optimised management (Visuel© apops – Fotolia.com) 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 62405 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine