Magazine Sport

Trail Wld tour. Via de la Plata 6 e étape:e retour des vaches!

Publié le 03 avril 2014 par Sylvainbazin

C'est une etape assez courte, moins de quarante kilometres, qui m'a amene ce soir a Alcuescar. Une etape aussi bien plus agreable que celle d'hier: le paysage est redevenu agreable, et même bien joli. Les oliviers, les chenes verts, les sentiers serpentant dans les collines et même les troupeaux de vaches et de moutons sont de retour! Du coup, mon pas s'en est trouve facilite et je pense repartir d'un bon pied demain.
Ce matin, pourtant, je me sentais assez fatigue après une nuit quand même reparatrice ou l'absence de ronflements m a vraiment permis de dormir. Mais je suis assez vite rassure et puis surtout je sais que je n'ai pas a me presser: l'etape est presque un jour de repos.
Je traverse donc a nouveau, tranquillement, le centre-ville de Merida pour retrouver la Via de la Plata la ou je l'avais laissee: sur les rives du rio. Je suis un moment la belle promenade amenagee la, avant de me tromper une premiere fois de chemin: ce n'est pas bien indique non plus. Rien de grave cependant, je ne suis pas a 500 metres pres. Après avoir admire le beau viaduc romain un peu plus loin, j'hesite encore sur le chemin mais finalement je suis bien dans la bonne direction et la sortie de la ville n'est pas desagreable.
Je marche seulement un instant sur une piste cyclable parrallele a la route, et plutot calme. Le paysage se fait bien plus vallonne qu'hier, ce qui me rejouit. Une mauvaise nouvelle vient cependant assombrir ma matinee: je n'ai finalement pas vendu mon appartement, l'acheteuse, un sms de l'agence me l'apprend, s'etant au tout dernier moment retractee. Decidement, je n'ai pas de chance avec les femmes versatiles! Je veux changer de lieu, de camp de base, pour changer et aussi, un peu, pour mieux oublier certains souvenirs que j'ai evoque hier et que j'y associe. Mais ca n'est que partie remise, même si c'est rageant.
Je mets une bonne demi-heure a me remettre de ca et a retrouver ma bonne humeur. Le barage de Proserpine, un lac déjà utilise par les romains pour acheminer l'eau vers Merida, m offre une belle vue qui m invite a l'optimisme.
Je longe agreablement le lac, les vestiges des murs romains sont impressionnants. Le lieux doit etre prise l'ete car les petits restaurants de plage y sont nombreux, mais pour l'heure je suis seul a me promener dans les lieux.
La suite est encore mieux: je retrouve donc de beaux chemins, bordes de chenes verts, et peux a nouveau saluer des vaches. Elles sont noires et beiges et me regardent passer en machonnant. Un monde vegetarien serait a coup sur bien triste pour le marcheur! Car sans carnivore, malheureusement pas d'elevage, et adieu veaux, vaches, cochons...qui ne seraient je ne pense pas juste subventionnes pour embellir le paysage.
Je profite de ces belles collines, parsemees aussi de beaux rochers. Je marche, cours un peu, prends mon temps.
Il est encore tôt quand je m arrete a Aljucen, ou comme il se doit des cigognes ont fait leur nid sur le clocher de l'eglise, pour avaler un bocadillo, un verre de vin blanc, suivi d'un cafe et d'une glace Magnum, ce qui me fait immanquablement pense a deux amies qui en raffolent (et qui ont aussi en commun d'etre deux femmes mediatiques dans le monde du trail et de la course a pied), Cecile Bertin et Jeri Chua. Dans le cafe, par contre, l'assemblee n'est absolument pas paritaire: comme partout dans les campagnes depuis mon depart, il n'y absolument que des hommes.
Les kilometres de l'apres-midi se passent bien. Je me mouille a peine les pieds dans un gue bien charge, le petit denivele permet de changer de rythme.
Je ne verrai que peu de pelerins aujourd hui: je suis un petit instant un petit groupe de cyclistes, double un couple puis un marcheur au gros bardeau, en train de telephoner, il y a des limites au respect de l'habit de pelerin medieval!
Mon parcours reste bien agreable: une grenouille plonge dans le ruisseau devant mes pieds, les genets ont succedes aux chenes verts. La pluie est revenue, mais juste quelques minutes.
C'est un vrai plaisir que d'etre ainsi sur le chemin, aujourd hui, malgre les petites douleurs (il faut que je protege un peu mon gros orteil droit...). Un plaisir et une chance, même si je me bats pour la vivre aussi. Je songe a ce coureur de tres bon niveau victime d'un souci cardiaque dont j'espere qu'il se remettra vite et sans sequelles. Certes cela le "liberera" peut-etre d'une competition finalement trop contraignante et pas toujours saine, et il a la chance d'avoir autre chose dans la vie a quoi se consacrer. Mais tout de même. Je serai par exemple bien triste de devoir abandonner ce terrain d'expression. Il faudrait que j'en trouve un autre, certes, mais la course est tellement constitutive de ma vie... J'y avais également pense après mon accident nepalais. Tout peut si vite s'arreter.
Enfin, raison de plus pour se delecter de l'instant present et me rejouir, peut-etre egoistement mais c'est ainsi, d'etre bien sur mes deux pieds et sur un beau chemin aujourd hui.
Demain, je vais a Casar de Caceres.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sylvainbazin 13085 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines