Magazine Culture

Correspondances européennes

Publié le 04 avril 2014 par Pralinerie @Pralinerie
Merci à Philippe Perchoc et aux Presses Universitaires de Louvain pour l’envoi de ce livre. Cet essai, tout comme la correspondance de S. Zweig et R. Rolland que je suis en train de lire, est une invitation à réfléchir à ce qu’est l’Europe. Cet ouvrage s’inscrit d’ailleurs dans cette tradition épistolaire européenne, qui a trouvé son épanouissement au XVIIIe siècle mais qui parcourt notre histoire intellectuelle depuis le Moyen Age, se composant de 12 lettres postées de pays européens et voisins. Alors que nous fêtons le centenaire de la Première Guerre mondiale, un déchirement européen, il n’est pas inintéressant de jeter un regard rétrospectif sur notre continent. A travers des anecdotes, Philippe Perchoc, amoureux et grand connaisseur de l’Europe, nous la fait découvrir. Nous partons pour Kaliningrad, Brest, Bruxelles, Bordeaux, Bruges, Lund, Sofia, Copenhague, Budapest, Lisbonne, Riga et Honfleur à la rencontre de nos voisins européens avec lui ! Chaque escale sera alors l’occasion de s’interroger sur l’un ou l’autre aspect de l’Europe. Il n’est pas question ici de la construction historique de l’Europe avec ses grandes figures, Monnet ou Adenauer, même si la préface de Michel Barnier les évoque. Il est plutôt question des hommes et de leurs rapports à l’autre, en cette période de crise où chacun a tendance à se replier sur son pré carré et où l’Europe a mauvaise presse. Tout commence par un peu de géographie avec les frontières de l’Europe. A travers le cas bien particulier de Kaliningrad, enclave russe en Europe, près des pays baltes, notre correspondant s’inquiète des relations entre Europe et Russie, voire Europe et Turquie. Il constate que la chute du Rideau de fer n’a fait que repousser les limites de l’Europe mais n’a pas fait tomber les barrières avec la Russie. Il souligne la difficulté pour un Russe de venir étudier en France et pour un français de passer la frontière terrestre de l’espace Schengen. On fait aussi un peu d’histoire. Celle-ci  apparait en filigrane dans chaque chapitre. Au-delà de l’histoire officielle, celle des individus est convoquée à travers les questions d’identité. Car si la France vit sur les mêmes frontières (quasiment) depuis le Traité de Verdun (843) et si se sentir français n’est pas très ambigu (et encore, cet atlas anthropologique tend à prouver le contraire), c’est loin d’être le cas pour tous les pays et tous les peuples. Je ne rentrerai pas dans l’histoire très actuelle de la Crimée. Notre auteur s’intéresse à la Lettonie, allemande, juive et soviétique, dont les individus, polyglottes aux histoires multiples, sont victimes et bourreaux. Philippe Perchoc nous interpelle sur des sujets intellectuels mais aussi pratiques. Comme la défense. L’Europe vit en paix, débarrassée du spectre de la guerre, désarmée. Elle se repose à l’ombre du bouclier américain et ne connait la guerre que par ses musées, ses mémoriaux… et le web 2.0 (pour ceux qui ont suivi l’histoire du poilu Léon Vivien sur Facebook). Mais est-ce bien raisonnable d’oublier ainsi armement et diplomatie ? Car aujourd’hui, comment intervient-on dans les conflits qui nous entourent ? Que fait-on en 2014 ? On laisse les Américains se précipiter. Et écouter nos conversations téléphoniques. En France, on a encore une armée. Mais à l’échelle de l’Europe, chacun joue dans son coin… et ne pèse rien. Pourquoi ne pas envisager une politique extérieure européenne globale ? Pourquoi, dans ce domaine, ne pas travailler ensemble ? La question des institutions européennes (et de leur complexité pour le non initié) est aussi évoquée. Il y a clairement un manque d’intérêt des citoyens pour Bruxelles, relayé efficacement par le dédain de certains politiques et des médias. Sans compter que les actions de Bruxelles et ses personnalités politiques nous sont bien souvent peu connues. Alors, comment voulez-vous qu’ils fassent avancer les choses ? Peut-être en donnant plus de moyens à l’Europe… Notons cependant que, malgré ces méconnaissances des institutions et de l’autre, l’auteur observe des rapprochements, des unions et des groupements d’intérêts qui dépassent les frontières. Velo tandem Amsterdam Il parle également de cultures, au pluriel. De ces pays qui se sont enrichis par la colonisation et l’esclavage. De ces pays qui ont honte mais qui demandent pardon. De ces pays aujourd’hui multiculturels, qui cherchent un modèle d’intégration pour tous, qui réinventent l’ouverture et le métissage mais qui ne savent pas trop comment gérer l’immigration et les migrations… Ce multiculturalisme, dont on ne cesse de pointer l’échec, n’est peut-être pas si raté qu’on le dit. Ne serait-ce que parce qu’il parait impossible dans bien d’autres contrées. C’est un appel à la prise de conscience de cette richesse qu’apporte la diversité des citoyens d’horizons et d’histoires variés. Un appel à l’accueil favorable de l’autre, immigré ou Rom. Abordons l’éducation à l’Europe et à la citoyenneté européenne. A la fin des années 1950, alors que se construisait l’Europe et que les relations avec Moscou se tendaient, Bruges accueillait les premiers étudiants du Collège d’Europe. Ceux-ci se formaient aux humanités européennes et affutaient leur « esprit européen ». Aujourd’hui, on peut faire des masters spécialisés en affaires européennes un peu partout. On forme des spécialistes. Mais sans réussir à en faire des européens, chacun connaissant assez mal l’histoire de l’autre. Pour pallier ce manque, pourquoi ne pas proposer des échanges, bien avant l’Erasmus des universités ? Et après toutes ces belles études ? Le chômage. Ce n’est plus un spectre menaçant, c’est une réalité quotidienne. Pour ceux qui ont fait des belles et longues études comme pour les élèves en échec scolaire. Et tout le monde s’en moque. On continue à creuser l’écart entre les générations.  On attend que ça explose. On laisse chacun se débrouiller dans son coin. La situation est évidemment criante dans ces pays en crise que sont la Grèce, l’Espagne ou le Portugal. Et que fait l’Europe ? Elle veut jouer au gendarme. N’y a-t-il pas d’autres solutions ? A une époque de repli et d’individualisme, Philippe Perchoc propose la solidarité. A travers des anecdotes, l’histoire de rencontres, d’échanges, de discussions, d’incompréhensions, Philippe Perchoc nous fait connaitre un peu mieux nos voisins européens. Et nous donne envie de nous y intéresser un peu plus afin de mieux comprendre à quoi sert ou peut servir l’Europe. L’idée n’est pas de convaincre le lecteur (même si l’on sent les affinités et les rêves de l’auteur) mais de le faire réfléchir sur des problématiques actuelles, qui le concernent directement, même s’il ne s’en rend pas bien compte. Une analyse fort utile, voire indispensable, qui sait lire le quotidien pour en tirer des leçons et des idées. On n’est pas ici dans la critique gratuite ou l’approbation béate, on peut lire de vraies propositions et des projets, du concret. Philippe Perchoc redonne une véritable ambition à l’Europe, dans la lignée d’un Robert Schuman, et nous incite à nous impliquer dans la construction d’une Europe multiculturelle. Il transmet une vision positive de l’Europe et propose des pistes pour une Europe future, qui encourage la prise de risque et l’esprit critique, qui donne sa chance à tous, notamment aux jeunes. Une Europe plus solidaire et plus ouverte. Mais aussi une Europe plus présente, dont les actes comptent. Une Europe référente, à la manière de sa Cour européenne des droits de l’homme. Une Europe unifiée qui reconnaisse la diversité et s’en nourrisse.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pralinerie 1138 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine