Magazine

Les racines chrétiennes de la France et les « HLPSDNH » (TM°)

Publié le 05 avril 2014 par Amaury Watremez @AmauryWat

Rappel HLPSDNH : Heures Les Plus Sombres De Notre Histoire (j'aurais dû réellement déposer un copyright mon "gimmick" est repris par pas mal d'auteurs).

image provenant de ce blog

vitrail_chartres-12867.jpg?w=625
« Évoquer les racines chrétiennes de la France, c’est faire une relecture historique frelatée qui a rendu la France peu à peu nauséeuse »

 

Bernard Cazeneuve, nouveau Ministre de l’Intérieur et ministre des cultes (par cette phrase il en insulte un de belle manière, et montre son mépris sans détours)

Je cite en ouvrant ses guillemets...

Tu noteras, ami lecteur, qu'il est dans la même idéologie que la plupart des dirigeants politiques actuels, à de rares exceptions, qu'ils soient UMP ou PS, concernant la France, la Nation et l'Histoire de ce « vieux pays » qui en parfois vu d'autres mais pas encore à ce point là dans le déni, le rejet et le désamour. Cette idéologie n'est pas seulement au Péhesse, on la retrouve à chez leurs adversaires en face, ceux-ci favorisant le détricotage de la communautés nationale en encourageant le régionalisme et par là-même les « Eurolands » souhaités par monsieur Trichet et les édiles de la commission de Bruxelles.

Rien de pire que ces régionalismes frelatés qui ne reposent que sur une perception faussée et idéalisée des cultures régionales...

Cette histoire commence donc selon Bernard Cazeneuve et ceux qui pensent comme lui en 1789, avant il ne s'est pas passé grand-chose de notable, voire elle débute vraiment quand nous sommes passés de « l'ombre à la lumière », Djack Lang (TM°) le 10 mai 1981, quand le masochisme mémoriel a commencé à envahir à peu près tous les pans de l'étude historique se prétendant objective, à savoir socio-libérale, et marxisante aussi pour ceux qui oublient qu'une nation se fait pas « contre » les autres peuples mais par un peuple qui a choisi de s'unir autour de trésors communs : la langue, le territoire, des idéaux ainsi que le définit Renan dans sa célèbre conférence de 1885.

Et Jacques Bainville, historien d'Action Française pourtant, rappelle qu'à Valmy quand un inconnu crie « Vive la Nation ! » et galvanise les troupes, il réalise ni plus ni moins que le rêve des rois de France de réunir enfin les « provinces » françaises.

Avant 1789, avant 1981, tout est bon à jeter, tout est dans le même sac, de la colonisation à Vichy en passant par la Première Guerre Mondiale, jusqu'au « Grand Siècle » que fût le siècle de Louis XIV dont Versailles n'est pas le moindre des souvenirs (on oublie en passant la proximité de ce souverain avec l'Empire ottoman) :

Misères que tout cela, massacres divers, racisme honteux, violences absolues, privilèges indus des aristocrates qui buvaient la sueur des serfs, haine et bien sûr les fameuses « z-heures les plus sombres de notre histoire » (TM°) en général. On voit bien d'ailleurs que les privilèges ont complètement disparu en 2014, il n'en reste plus un seul chez nos dirigeants républicains...(sic)

Le « souchien », selon l'appellation peu amène d'une des héroïnes de la « diversitude » (TM°), Houria Bouteldja, devrait passer son temps à se frapper la poitrine, et expier sa couleur de peau, ses origines, les valeurs qui fondent sa culture actuelle, après tout les Droits de l'Homme sont une laïcisation et une sécularisation des valeurs évangéliques.

C'est certainement « stigmatisant » également de rappeler que dans le moindre petit village français, il y a une église, même parfois d'une grande humilité. Et que la construction des cathédrales s'est faite par les peuples en témoignage de leur Foi mais aussi de leur indépendance, de leur liberté réelle vis à vis du pouvoir royal ou seigneurial qui avaient infiniment moins de possibilités de contrôle et de surveillance que les présidents actuels ou également les politiques locaux.

Quand j'ai vécu à Jérusalem, comme tout bon petit européen immergé dans le masochisme mémoriel jusqu'au coup, j'essayais de me « déguiser » en « local people », en « fier nomade du désert », mais les palestiniens et les israéliens comme aux autres nous rappelaient nos racines chrétiennes, le terreau national de nos valeurs communes et l'importance de toutes ces choses futiles considérées comme des lubies de petit bourgeois hédoniste par la gôche kipense qui est notre art de vivre, de bien manger, bien boire et bien faire l'amour...

Et ces racines chrétiennes appartiennent à tous les français, croyants catholiques ou non, incroyants ou pas...

Quand Bernard Cazeneuve dit ce genre de stupidités, il oublie que lui aussi est un produit de ces racines chrétiennes, car comme tout le monde sa conscience ne naît pas « ex nihilo », elle trouve son origine dans une histoire et un idéal communs au delà des différences ; et qu'être français ce n'est pas seulement avoir un petit morceau de plastique en poche.Et je ne serai pas surpris hélas de constater que le clergé catholique et la plupart de ses fidèles seront les derniers à réagir, du bout des lèvres comme d'habitude, attendant certainement d'être persécutés pour enfin être fiers de leur Foi et de leur histoire (certains, comme l'archidiocèse de Rouen vendant à l'encan un patrimoine dont pourtant ils n'ont pas l'usufruit)...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog