Magazine Rugby

Les All Blacks s’activent en coulisse

Publié le 05 avril 2014 par Tom_lexvnz @LEXVNZ
Steve Hansen, Aussie McLean et Ian Foster en pleine discussion

Steve Hansen, Aussie McLean et Ian Foster en pleine discussion

La Coupe du monde est devenue un objectif majeur pour les grandes Nations rugbystiques … Peut-être a-t-elle pris même  une trop grande emprise sur certaines réduisant  les 4 années de battement entre les deux événements à un simple rôle d’entraînements grandeur nature dans le pire des cas. Travaillant en vue du Saint Graal, toutes les équipes n’ont pas le même niveau d’exigences. Dommage. Les All Blacks veulent, fort heureusement, encore tout gagner. Toutes les victoires sont bonnes à prendre. La qualité de jeu reste essentielle.

« Pour nous, la qualité de nos performances, de nos prestations est importante. Quant aux résultats, il y a une attente continuelle, nous devons gagner chaque match. Année après année. Ça ne change jamais. » Steve Hansen

Depuis 2002, Steve Hansen est au contact du rugby international. Il sait pertinemment que l’écart entre les têtes de série est bien plus mince qu’il n’y parait. Il n’en faut sans doute pas beaucoup pour que les All Blacks soient ramenés une nouvelle fois à la réalité. L’Australie semble revenir, l’Afrique du Sud est déjà là et l’Angleterre progresse à vue d’œil. Les menaces extérieures incitent à mobiliser l’intérieur.

En coulisse, le temps du Super Rugby est toujours propice à du travail bureaucratique, de préparation et de réflexion.  Plusieurs changements vont être apportés pour 2014. A la suite d’examens internes, des rôles vont évoluer. Steve Hansen sent sûrement le rythme s’accélérer et souhaite intensifier les charges de travail. Lui qui avait pris beaucoup de hauteur pour peaufiner la stratégie globale et avoir une vue d’ensemble optimale, revient sur le terrain, en charge de la défense (poste occupé auparavant par McLean) et auprès des avants, en compagnie du fidèle Mike Cron.

Un grand projet sur l’analyse du jeu de leurs adversaires est également lancé. Aussie McLean dirige cette opération, cette récolte de données qui vont s’avérer  précieuses pour le staff.

« Nous voulons mettre davantage l’accent sur l’analyse (des autres) et nous pensons qu’Aussie (McLean) est l’homme idéal pour ce travail. Nous avons besoin d’avoir une plus grand connaissance de nos adversaires, une analyse plus fine sur nos opposants. Comme nous ne voulions pas faire appel à quelqu’un de l’extérieur, je vais m’occuper de la défense » Steve Hansen

Le reste ne change pas : Ian Foster (demis), Mick Byrne (skills), Grant Fox (comité de sélection), Darren Shand (Management) etc

En fin de compte, personne n’est plus critique envers les All Blacks, que les All Blacks eux-mêmes. Et toujours dans l’optique de «marquer l’Histoire », la formule «On ne change pas une équipe qui gagne» ne semble pas être privilégiée par cette équipe. Le message est clair. Ils ne veulent pas s’endormir sur leurs lauriers, veulent se remettre au travail et poursuivre leur série.

« Nous avons besoin de motivation. L’équipe la plus dominante de l’Histoire du rugby ? Ce n’est pas quelque chose que nous croyons que nous sommes, c’est quelque chose à laquelle nous aspirons. Tous nos processus, nos examens et nos travaux vont dans ce sens. Nous ne pouvons pas nous satisfaire de ce que nous avons fait. Certes, nous avons gagné 14 tests. D’un point de vue comptable c’est une excellente performance, mais nous n’avons pas dominé tout le temps. Nous avons travaillé pour tenter de répondre à certaines questions pour lesquelles nous n’avions pas de bonnes réponses. Nous espérons que nos rectifications porteront leurs fruits » Steve Hansen

Après s’être concentrés principalement sur leur jeu,  leur mental et leur rugby, il est temps au rugby néo-zélandais de s’ouvrir davantage sur les autres. Afin d’être prêt à tout, de ne plus se faire surprendre et de pouvoir répondre à tout type de situations. La triple confrontation face à l’Angleterre s’annonce extrêmement intéressante et sera un excellent test pour la mise en pratique.

 « Nous ne sommes plus si loin de la Coupe du Monde désormais. Du travail nous attend … Le fait d’avoir terminé 1er l’année dernière ne nous donne pas le droit de penser que 2014 sera pareille. Ça ne fonctionne pas comme ça. Techniquement, il y a des choses à voir au niveau des breakdowns. Nous ne sommes pas loin mais, parce que le jeu en Hémisphère Nord est plus combatif qu’en Super Rugby, je pense qu’il est préférable pour nous d’augmenter la répartition de ce secteur. Le jeu irlandais l’année dernière était un bon exemple. Notre préparation mentale est importante également. Lorsque nous sommes prêts mentalement, nous sommes une équipe difficile à battre. Nous souhaitons prendre le jeu et le dominer » Steve Hansen

Crédits : stuff.co.nz, zimbio.com (Getty Images)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tom_lexvnz 208 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines