Magazine Cinéma

Peur sur la Ville

Publié le 05 avril 2014 par Olivier Walmacq

a

genre: policier
année: 1975
durée: 2 heures

l'histoire: Jugeant les mœurs de certaines femmes trop légères, un tueurs psychopathes les harcèlent par téléphone. Se considérant comme un justicier, "Minos" passe à l'action, et tue l'une d'entre-elle.Quand le corps jeune femme est retrouvé, le commissaire Letellier, toujours obsédé par sa dernière affaire, se charge de l'enquête. Les meurtres s'intensifiants et Letellier en fait alors, une affaire personnelle

La critique d'Alice In Oliver:

On ne présente plus Henri Verneuil à qui l'on doit plusieurs grands classiques du cinéma français, entre autres, La Vache et le Prisonnier, Le Clan des Siciliens, Un Singe En Hiver ou encore I... Comme Icare, pour ne citer que ceux-là.
Henri Verneuil et Jean-Paul Belmondo se connaissent bien et ont déjà collaboré plusieurs fois ensemble, notamment dans Le Casse, Un Singe en Hiver (que j'ai déjà cité) ou encore Cent Mille Dollars au Soleil. En dehors de Bébel, Peur sur la Ville réunit Charles Denner, Adalberto Maria Merli, Jean Martin, Lea Massari et Rosy Varte.

Au moment de sa sortie, Peur sur la Ville connaît un vif succès dans les salles françaises et atteint presque les quatre millions d'entrées. Le film s'exporte même plutôt bien à l'étranger, et notamment en Espagne et en Allemagne.
A l'origine, Peur sur la Ville est un polar particulièrement ambitieux. En effet, le but du film est clairement d'en mettre plein les yeux, de proposer un grand spectacle et plusieurs séquences absolument ahurissantes.

111625e-image-de-Peur-sur-la-ville-4465

Mission plus que réussie. Personnellement, je considère Peur sur la Ville comme le ou l'un des meilleurs crus de Verneuil. Certes, le scénario est de facture classique mais est mené de tambour battant par la caméra de Verneuil, très inspiré pour l'occasion.
Attention, SPOILERS ! Jugeant les mœurs de certaines femmes trop légères, un tueurs psychopathes les harcèlent par téléphone. Se considérant comme un justicier, "Minos" passe à l'action, et tue l'une d'entre-elle. Quand le corps jeune femme est retrouvé, le commissaire Letellier, toujours obsédé par sa dernière affaire, se charge de l'enquête.

Les meurtres s'intensifiants et Letellier en fait alors, une affaire personnelle. Jean-Paul Belmondo est plus investi que jamais et réalise toutes les cascades du film. Sur ce dernier point, le long-métrage a une vraie dimension aérienne. En effet, la plupart des séquences d'action se déroulent en haut des immeubles ou encore sur le toit d'un métro. Niveau technique, rien à redire !
On se croirait devant un gros polar hollywoodien. Mais le film a aussi d'autres atouts à revendre. En effet, Peur sur la Ville peut s'appuyer sur un psychopathe pour le moins terrifiant.

1161523-1497547

D'ailleurs, on se croirait par moments devant un épisode de la saga L'Inspecteur Harry. Jean-Paul Belmondo vient jouer les gros bras et a bien l'intention d'en découdre avec un certain Minos, devenu la nouvelle terreur de la capitale française.
A ce sujet, le film fonctionne souvent comme un thriller à couteaux tirés. La musique, particulièrement inquiétante, vient renforcer cette sensation de suspense. A aucun moment, le film ne connaît de baisse de régime et ne lâche jamais le spectateur de son emprise.
Ce qui confère au long-métrage une ambiance glaciale. Du tout bon donc ! Bref, Peur sur la Ville a largement mérité son statut de classique du cinéma français.

Note: 17/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines