Magazine Sport

Agresseurs: "Mâle alpha" vs "Prédateur"

Publié le 05 avril 2014 par Pyrate

Comme je l’ai déjà évoqué dans l’article « Self-défense une méthode globale », la compréhension des comportements violents humains est nécessaire pour développer des stratégies efficaces d’évitements et négociation. Dans cet article, je vous propose de vous présenter le résultat d’une étude sur les comportements combattifs humains.

La grande majorité des agresseurs peut être classée en 2 catégories : Le mâle alpha et le prédateur. Chacun de ces deux types d’agresseurs fonctionnent suivant un schéma général spécifique. Leurs motivations et objectifs sont différents ainsi que les mécanismes qui les conduisent à l’agression. Le choix de leur victime, les lieux et les circonstances des agressions sont également différents.

Le mâle alpha :

Les agressions faisant intervenir un agresseur type « mâle alpha » démarrent généralement par une dispute tournant à l’affrontement physique. L’agresseur, n’arrivant pas à faire entendre raison à son vis-à-vis cherche à imposer son point de vue par la force. D’une manière générale, ce type d’agresseur cherche à dominer son interlocuteur. Ce type d’agression est le plus souvent spontané et non prémédité.

Les statistiques d’agressions dans plusieurs pays ont montré que ce type d’agression fait souvent intervenir des personnes sous l’emprise d’alcool (plus de 50% d’agresseurs type « mâle alpha » sont alcoolisés). Il est donc logique que le risque d’être pris à parti par un agresseur type « mâle alpha » augmente aux alentours des lieux de loisirs comme les bars, boites de nuit…

Si certaines personnes ont des prédispositions à ce type de violence (on dit qu’ils ont le sang chaud), il n’y a pas de profil particulier d’agresseur  type « mâle alpha ». Il peut s’agir de monsieur tout le monde qui pour une raison ou pour une autre perd son sang-froid. Peut-être avons-nous touché une corde sensible ou peut-être a-t-il passé une très mauvaise journée et notre dispute est la goutte d’eau qui fait déborder le vase…

La présence de témoins aggrave la situation plutôt qu’elle ne la calme. Le mâle alpha est en quelque sorte en quête de reconnaissance. Reconnaitre qu’il a tort devant ses pairs lui fera perdre la face et il ne peut pas le supporter. C’est une question d’honneur. Son courage ne saurait être mis en cause.

Enfin, ce type d’agression se déroule sous niveau émotionnel élevé. L’un des protagonistes perd le contrôle et fini par attaquer.

Voici quelques exemples de situation qui peuvent tourner à l’agression de type « mâle alpha » :

-   Bagarre entre un client de boite de nuit et le videur qui refuse de le laisser entrer. Le client n’avait à priori pas prévu de se battre mais monte en pression en se voyant refusé l’accès à la boite…

-   Dispute suite à un regard trop appuyé sur la petite amie de l’un des protagonistes

-   Dispute au sujet d’une priorité à droite refusée…

Le prédateur :

L’agresseur type « prédateur » fonctionne d’une manière totalement différente au « mâle alpha ». Son objectif est différent. L’objectif poursuivi par l’agresseur type « prédateur » est l’obtention d’une « ressource » de la part de sa victime. Cette ressource peut se présenter sous forme d’argent, d’objets de valeur ou d’une faveur sexuelle (dans ce cas la victime est la ressource).

Il cherche un gain rapide et sans danger. Il mettra donc toutes les chances dans le déroulement de l’agression (attaque surprise, victime faible, utilisation d’une arme…). Il n’a donc que faire des questions d’honneurs.

Au contraire des agressions de type « mâle alpha », la présence de témoins présente un effet inhibiteur sur l’agression de type « prédateur ». Le risque de subir ce type d’agression augmente donc dans les lieux sombres et isolés.

Au contraire du « mâle alpha », le « prédateur » planifie son agression. Il a tendance à sélectionner sa victime soigneusement et à la suivre pour confirmer son statut de victime et choisir le moment propice à l’agression. Il recherche en quelque sorte le rapport bénéfice / risque le plus avantageux possible. La victime sera donc choisie en fonction du gain potentiel qu’elle peut apporter à l’agresseur et de sa capacité supposée à pouvoir se défendre. Comme un prédateur choisi une proie malade dans la nature, l’agresseur de type prédateur choisi une personne vulnérable.

Ces deux types d’agresseurs présentent donc des profils spécifiques et les mécanismes déclenchant l’agression sont totalement différents. En les analysant plus finement, nous pourrons élaborer des stratégies nous permettant de d’augmenter nos chances de déjouer ces deux type d’agresseurs ou d’éviter d’être choisis comme victime.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le modèle « mâle alpha vs prédateur », je vous conseille de lire Human Combative Behavior Manifesto dont cet article s’est très fortement inspiré. Ce document est en téléchargement libre sur le site lowtech combat.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pyrate 1499 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine