Magazine Culture

N'éteins pas la lumière

Publié le 06 avril 2014 par Lespolarsdemika
N'éteins pas la lumièreN'éteins pas la lumière est le nouveau roman de Bernard Minier paru le 27 Février 2014 aux éditions XO.
Présentation de l'éditeur :Christine Steinmeyer croyait que la mis­sive trou­vée le soir de Noël dans sa boîte aux let­tres ne lui était pas des­ti­née. Mais l’homme qui l’inter­pelle en direct à la radio, dans son émission, semble per­suadé du contraire... Bientôt, les inci­dents se mul­ti­plient, comme si quelqu’un avait pris le contrôle de son exis­tence. Tout ce qui fai­sait tenir Christine debout s’effon­dre. Avant que l’hor­reur fasse irrup­tion.
Martin Servaz, de son côté, a reçu par la poste la clé d’une cham­bre d’hôtel. Une cham­bre où une artiste plas­ti­cienne s’est donné la mort un an plus tôt. Quelqu’un veut le voir repren­dre du ser­vice... ce qu’il va faire, à l’insu de sa hié­rar­chie et de ses col­lè­gues.
Et si nos pro­ches n’étaient pas ce que nous croyons  ? Et si dans l’obs­cu­rité cer­tains secrets refu­saient de mou­rir  ? Non, n’éteignez pas la lumière, ou alors pré­pa­rez-vous au pire...
Après les grands succès de Glacé et du Cercle, Bernard Minier revient avec un thril­ler sur la mani­pu­la­tion et l’emprise, en explo­rant nos cau­che­mars les plus inti­mes, nos pho­bies et nos obses­sions...
Après Glacé et Le Cercle, Martin Servaz reprend du service malgré son interdiction à exercer. Actuellement en maison de repos pour flic en surménage, il reçoit par courrier la clé d'une chambre d'hôtel. Sa curiosité d'enquêteur le force à se rendre dans cette chambre d'hôtel pour découvrir l'éventuel message qu'on lui aurait laissé. Il apprend qu'un suicide a eu lieu dans cette chambre un an auparavant. Un suicide sur fond d'opéra. Simple coïncidence pour cet amateur d'opéra ? Non, il décide évidemment de fourrer son nez dans cette enquête pourtant classée.
Christine Steinmeyer est une présentatrice radio réputée et une femme amoureuse. Lorsqu'elle reçoit, par erreur se doute t-elle, une lettre de suicide d'une femme inconnue à ses yeux, tout commence à basculer dans sa vie. Que ce soit sur son lieu de travail, dans sa vie affective ou chez elle, les mésaventures s'enchainent, les disputes suivent et tout l'accuse d'être soit totalement folle, soit une grande manipulatrice.
Ce que son détracteur ne savait pas, c'est que Christine va montrer qu'elle est une femme pleine de ressources. Et pourtant elle ne semble plus rien contrôler. Elle subit une véritable traque psychologique qui la pousse extrêmement loin dans ses limites pour trouver la force nécessaire pour s'en relever.
La rencontre entre Servaz et Christine est inévitable. Les deux enquêtes se rejoignent et ils ne seront pas assez de deux pour découvrir ce qui se cache derrière toutes ces horreurs. L'auteur nous plonge dans une histoire passionnante qui mènera l'enquêteur dans le milieu, que l'on apprend très machiste, de l'aérospatial. Bernard Minier nous guide tout au long de cette longue mésaventure sur un air d'opéra qui annonce un grand final façon tragédie lyrique.
Bernard Minier manipule à la perfection les ficelles du genre. Rarement une victime ne fait autant l'acharnement d'un psychopathe. La manipulation va loin et on y croit. On est amené à penser qu'un rien peut nous faire basculer vers l'horreur. N'éteins pas la lumière est un thriller totalement réussi où l'on se place dans la peau de la victime. Le roman est également une ode à la femme, à sa force, son mental et à la fin d'une ère machiste.
Nul besoin d'avoir lu les deux précédents romans pour lire celui-ci. Je vous conseille vivement de découvrir ses premiers romans une fois avoir lu N'éteins pas la lumière. Ce sont tous de très très bons polars.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lespolarsdemika 321 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines