Magazine Culture

Erreur sur la personne...

Publié le 07 avril 2014 par Dubruel

LA FENÊTRE (d'après Maupassant)

L’hiver dernier à Paris,

J’avais rencontré Mme de Jardy.

Plus je la connaissais,

Plus elle me plaisait.

Elle était veuve.

C’est par paresse que j’aime les veuves !

Je cherchais alors à me marier.

-« Vous m’accepteriez

Si je vous proposais d’être votre mari ? »

-« Comme vous y allez, mon ami !

Certes, on peut essayer.

Mais je veux d’abord vous étudier.

Alors, cet été, pendant deux mois,

Venez me retrouver chez moi

Dans ma campagne, Nous verrons

Si nous nous accordons. »

J’ai passé juin et juillet

Dans son manoir les Œillets.

Elle s’efforça de percer

Mes plus intimes pensées,

D’observer mes moindres mouvements.

Elle me surveillait à tout moment.

Même la nuit, j’étais espionné.

Par sa bonne qui dormait

Dans la chambre d’à côté.

Tout cela m’a impatienté.

Voulant hâter le dénouement,

Je devins entreprenant :

Je glissai un billet dans la main

De la soubrette Jeanne Besse.

-« Je ne te demande rien de vilain

Mais je désire faire à ta maitresse

Ce qu’elle fait envers moi. »

Jeanne avait ri d’un air sournois.

-« Elle veut connaître mon caractère,

Mes habitudes et mes manières.

Moi, je voudrais que tu m’indiques…

Certains de ses détails…physiques.

Tu es sa chambrière.

Tu l’habilles,

Tu la déshabilles.

Est-elle aussi grasse qu’elle en a l’air ?

Dis-moi si elle met du coton…

Là…où on s’assoit, ou devant…

Là où on nourrit les petits enfants ?

Dis, met-elle du coton ?

Beaucoup de femmes ont les genoux rentrés

Qui s’entre-frottent à chaque pas qu’elles font

D’autres ont les genoux écartés

De telle sorte que leurs jambes

Forment une arche de pont.

Comment sont ses jambes ?

Certaines femmes sont fortes par devant

Et pas du tout par derrière.

D’autres sont fortes par derrière

Et pas du tout par devant.

Comment est-elle ? »

-« Vous n’allez pas me croire :

Madame est faite comme moi, à part …qu’elle…

Est… noire ! »

Je résolus de me venger

De cette bonne qui m’avait joué.

La nuit suivante, je me suis introduit

Dans la chambre de la soubrette.

Elle était bien faite.

Nous fûmes bientôt très…amis.

Elle devint une maitresse rouée à plaisir.

Ses douceurs me permirent

D’attendre… que Mme de Jardy ait cessé

De m’éprouver.

Curieusement, mon amie veuve commençait

À me trouver

Délicieux !

J’en étais heureux

Et attendais le baiser légal

D’une femme que j’aimais d’un amour total

…Dans les bras d’une fille

Pour qui j’avais une amitié vile !

Avant le déjeuner,

J’avais l’habitude d’aller fumer

Sur la tourelle du manoir

Qui surplombait la Loire.

L’escalier n’était éclairé

Que par une seule fenêtre cintrée.

Ce jour-là, Jeanne, vêtue très légèrement

Était penchée sur le rebord,

Et regardait rêveusement au dehors.

Elle était charmante ainsi.

Je m’approchai doucement,

Me mis à genoux avec précaution,

Pris le bord de son jupon,

Le relevai avec frénésie

Et jetai là un tendre baiser,

Le baiser d’un amant qui peut tout oser.

Je fus très surpris :

J’ai d’abord entendu un cri

Puis je recevais

Un violent coup sur le nez.

…La personne qui m’avait frappé

Était Mme de Jardy !

Peu après, Jeanne m’apportait un pli.

Je l’ai ouvert et le lus aussitôt :

Mme de Jardy espère que M. d’Arthaud

La débarrassera de sa présence.

Je partis le jour même… par bienséance.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine