Magazine Culture

Dj / Discodeine - Interview

Publié le 07 avril 2014 par Djaroy

Discodeine est un groupe de musique électronique français composé de Pentile et Pilooski qui naviguent entre pop et expériences électroniques depuis 2007. Producteurs d’edits géniaux, DJ’s réputés, les deux de Discodeine se sont fait connaitre dans le milieu des producteurs Français grâce à la série d’edits de l’équipe D*I*R*T*Y et aux productions hors-normes d’Octet et de France Copland. Après un premier album en 2011 avec des collaborations comme celle de Matias Aguyo que nous avons interviewé il y a peu, le duo s’offre un retour grandiloquent avec « Swimmer » sorti le 23 octobre dernier, sujet de notre interview du jour. Aujourd'hui, nous avons donc la chance d'interviewer l’un des duos de producteurs les plus en vue de la scène électronique française! Cette interview fait suite à celle d’autres DJs/producteurs français comme Da Fresh, Muttonheads, Rodriguez Jr., Paul Nazca.. Tout d'abord, je tenais donc à remercier le duo d’avoir répondu à nos questions.

 
"Hello à tous les deux,

Franchement, c'est un réel plaisir et un honneur de vous interviewer, parce j’ai découvert votre musique dès la sortie de votre premier album. A cette petite bombe musicale où l’on retrouvait notamment les collaborations de Matias Aguayo et Jarvis Cocker, s’est depuis peu  ajouté un second volume qui nous dévoile un autre aspect de votre talent. En effet, il y a quelques jours a été publié votre nouvel album studio "Swimmer" avec des pistes comme « Aydin » un peu plus difficile d’accès. Pourriez-vous en quelques mots nous expliquer comment est né ce projet ?
> Ce second album a été conçu d'une manière assez différente du premier qui regroupait des titres assez clubs, présents sur nos premiers maxis, des morceaux plus lents et pop, des plages instrumentales plus expérimentales. Swimmer a été conçu sur une période plus courte et est lui-même plus concis. Il est surement plus cohérent du coup car imaginé presque d'une seule traite. C'est aussi un album dont certains morceaux viennent de sessions live, ré-adaptées en studio.

Par ailleurs, j’ai reçu il y a quelques jours, l’excellent remix de Timothy J Fairplay de votre titre « Aydin ». Pourriez-vous nous donner un peu plus d’infos quant à cette sortie et le choix de ce producteur qu’on connait assez peu ?
> Timothy était un membre du groupe anglais Battant dont les albums sont sortis sur le label français Kill The DJ. Notre studio était à une époque dans les mêmes locaux et donc on s'est du coup rencontré plusieurs fois. Mais c'est bien sûr surtout la qualité de son travail, comme de ses productions avec Andrew Weatherall qui nous ont décidés à lui demander un remix.

2013 est bientôt terminée. Si vous regardez en arrière, qu’en pensez-vous? Quelle est votre vision de ces derniers mois?
> Beaucoup de disques de groupes très attendus par la plupart des gens sont sortis cette année (Phoenix, Daft Punk, Arcade Fire...). Mais pour nous, cela n'a pas n'été pas vraiment des révélations musicales. Dans un domaine mainstream, on a bien aimé le pari risqué et jusqu'au boutiste du dernier album de Kanye West et le Beyoncé contient des super morceaux comme le titre avec Frank Ocean "Superpower". Dans un domaine plus indie, on a bien aimé entre autres les albums de James Holden, de The Knife ou de Jessie Lanza.

Après nous avoir donné ces infos sur votre actualité, nous aimerions en revenir à vos racines musicales. Pourriez-vous nous dire brièvement comment vous êtes devenus DJs et producteurs ?
> Comme beaucoup d'artistes, à force d'écouter beaucoup de musique on a naturellement envie un jour de s'y mettre. C'est venu progressivement et on a travaillé chacun sur des projets différents avant de travailler ensemble. Pentile, au sein du groupe d'electronica "Octet" puis au sein de France Copland avec Krikor. Pilooski qui a réalisé de nombreux remixes, edits et produits des artistes comme Tristesse Contemporaine.

Et d’ailleurs, si ce n’est pas indiscret, d’où vient votre pseudo ?
> Pour Pentile, c'est une amie qui l'a trouvé, ça veut rien dire et c'est un clin d'œil à mon nom de famille italien. J'ai récemment réalisé que c'était une technique d'écran LED.

Il y a quelques mois nous interviewons M.A.N.D.Y. qui nous disait s’être rencontrés sur un terrain de tennis. Et vous, comment en êtes-vous arrivé à travailler ensemble ?
> On s'est rencontré sur un terrain de pelote basque. Plus exactement, nos premiers disques sont sortis sur le même label (diamondtraxx) donc on s'est fréquenté par ce biais au début. Ensuite, on a vite réalisé qu'on avait beaucoup d'affinités. On partageait les mêmes goûts musicaux, les mêmes femmes et les mêmes vêtements.

Au début, est-ce que votre famille a compris ce que vous vouliez faire dans la vie? Et maintenant sont-ils fiers de ce que vous avez réalisé au cours de ces dernières années ?
> Non, au début, ils auraient préféré qu'on travaille dans la magistrature ou au Quick. Puis très vite (plus exactement à notre premier disque de platine) ils ont commencé à voir ça d'un autre œil et maintenant ils gèrent notre fan-club et tout le merchandising.

De plus en plus de lecteurs nous demandent des infos sur le matos utilisé par les producteurs que nous interviewons. Quels sont les logiciel ou instruments que vous utilisez pour produire? Est-ce qu’on pourrait avoir des informations un peu techniques?
> On ne peut révéler tout nos secrets de fabrication ;) et on ne veut surtout pas partir dans quelque chose de trop nerd ou spécialisé. Honnêtement, cela serait mentir de dire qu'on utilise des bandes magnétiques et des ciseaux. On s'aide beaucoup de Live de Ableton pour éditer, structurer les titres. Ensuite, il y a plein de choses différentes, des pédales de guitares, de la batterie (Mark Kerr qui chante sur plusieurs titres de l'album a aussi joué de la batterie sur l'album), de vieux et rares synthétiseurs analogiques comme l'ARP 2600 mais aussi des choses plus récentes comme l'OP-1 de Teenage Engineering, voir même de la harpe ou de la pedal steel guitar (plutôt utilisé dans la country habituellement). Il n'y a pas de règles et surtout ce n'est pas le matériel "qui fait la musique" mais les idées.

En ce qui concerne votre carrière en tant que producteurs, avez-vous un rôle prédéterminé dans la production de vos tracks? Comment composez-vous ensemble?
> On compose ensemble. Parfois à partir d'idées qu'on a développé chacun de notre côté mais très vite c'est un travail à quatre mains. Ensuite, l'aspect production du son à proprement parler et le mixe c'est la partie de Pilooski.

L'interview sera publiée sur un site web principalement lu par des Français. Y a t-il des artistes que vous connaissez personnellement ou dont tout simplement vous aimez la musique? Peut être des artistes des labels Kill the DJ, Dirty ou encore Versatile ?
> On connait la plupart des artistes français. Ce n'est pas un milieu si grand et beaucoup gravitent à Paris donc on est amené à se rencontrer inévitablement. Après évidemment on a plus d'affinités avec certains. Et oui notamment avec l'équipe de Versatile (Gilb'r, I Cube, Etienne Jaumet, Zombie Zombie...) avec Dirty bien-sûr puisqu'ils nous ont accompagnés dès le début et sortis nos premiers maxis, avec Kill The DJ, puisque nous avons longtemps travaillé parmi eux et avons des affinités avec leur musique. Ivan Smagghe a fait d'ailleurs deux remixes de nos titres. Un au sein du projet It's a fine line avec Tim Paris, l'autre avec Danton Eprom au sein du projet La Horse.

 
Discodeine, avant de conclure cette interview, nous avons encore quelques questions à vous poser. Parfois, un mot suffit!

Où êtes-vous en ce moment pour répondre à notre interview?
> Dans un canapé.

Le titre que vous nous conseillez d’écouter dans votre discographie ?
> « Figure in a soundscape ». Ce n'est pas notre titre, le plus connu, le plus dansant ou facile mais nous y sommes attachés car il est assez atypique du reste de notre production. Une mini bande originale de film.

Un artiste avec lequel vous voudriez bosser un jour?
> Si c'est un chanteur, on l'a dit souvent : Connan Mockasin car il a le mérite d'avoir une voix et une identité très singulière. Ce qui est assez rare, mais aussi Dirty Kasimir, un nouvel artiste Dubstep dont tout le monde parlera très bientôt.

3 mots pour définir votre musique?
> Elastique, économique, ergonomique.

Un privilège auquel te donne accès votre statu de DJ/producteur?
> Malheureusement peu. Les barres chocolatées à volonté dans les loges ?

Votre titre préféré en ce moment?
> Beyoncé « Superpower » et Charles Cohen « Theater of dance ».

Quelques mots sur le site que je dirige et où l'interview sera publiée: Actualités Electroniques?
> Pour être honnête, nous ne le connaissions pas. La rubrique indémodable, cela permet d'avoir une vision historique de cette musique et se souvenir que certains titres ont déjà 27 ans mais ont parfois plus d'audace et de modernité que pas mal de productions actuelles. Cela remet les choses en perspective.

Discodeine, merci beaucoup pour le temps que vous avez consacré à Actualités Electroniques et en particulier pour cette interview complète et exclusive. Nous attendons avec impatience vos prochaines productions!"

Dj Aroy

PLUS D’INFOS SUR DISCODEINE
http://www.youtube.com/user/PschentOfficial
https://www.facebook.com/discodeine
https://soundcloud.com/discodeine
https://twitter.com/DiscodeineOff
http://www.d-i-r-t-y.com
http://www.pschent.com/


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Djaroy 777 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines