Magazine Culture

La Guerre et la paix

Par Pralinerie @Pralinerie
Grâce à Eliza, j'ai pu relire, coachée, ce classique de Tolstoï que j'avais dévoré voilà plus de dix ans. Pas sûre d'avoir eu le courage sans cela... Merci ! Une relecture, c'est un moment de retrouvailles avec une oeuvre et un auteur qu'on a aimé. Tous les détails ne sont plus forcément clairs dans l'esprit du lecteur mais il n'a pas non plus d'énormes surprises. Par contre, il ressent encore plus d'empathie avec les personnages. Heureux de les retrouver, il n'aime pas les perdre à nouveau. Encore une fois, j'ai beaucoup apprécié le personnage de Pierre, cet homme à qui la vie sourit mais qui n'arrive pas à se satisfaire de ce qu'il a. Ce personnage gentil, influençable mais toujours en quête de perfectibilité. Il y a en lui, comme le souligne Romanza, un peu de Lévine, d'Anna Karénine. Natacha, que j'avais adorée ado, m'a laissée plus critique. Elle est belle, elle est joyeuse, elle est irresponsable. C'est une enfant qui grandit et mûrit devant nous mais garde toujours un côté lunatique. Elle m'a plus agacée et déçue que la première fois. J'imagine que vous connaissez tous le plot, non ?  La Guerre et la paixToute l'action se déroule en Russie entre 1805 et 1820. Ce serait d'ailleurs presque elle l'héroïne de ce livre. Au cœur de ce roman, la guerre contre Napoléon (qui en voit de toutes les couleurs dans ce roman, Tolstoï est loin de le considérer comme un héros), d'Austerlitz à la Bérézina, voire jusqu'à Waterloo en toile de fond. Du coup, les héros du roman s'engagent, pour la plupart, et l'auteur les suit sur le champ de bataille. Tolstoï, à travers le regard d'André notamment, analyse les décisions qui sont prises par les chefs militaires et le caractère de ces hommes pour en conclure qu'ils n'ont finalement que peu d'impact. Ce sont les mouvements des troupes, des actes héroïques ou des hasards qui dessinent le visage de la victoire ou de la défaite : "La science militaire, trouvant dans l’histoire une foule d’exemples où l’on voit que le nombre des troupes ne constitue pas toujours leur force effective, et que les petits détachements mettent parfois les grands en déroute, admet confusément l’existence d’un multiplicateur inconnu, et cherche à le découvrir tantôt dans l’habileté mathématique des dispositions prises, tantôt, dans le mode d’armement du soldat, ou, le plus souvent, dans le génie des généraux". Voilà pour l'aspect guerre, le monde des hommes, des officiers. De l'autre, il y a les intrigues des aristocrates de Moscou et de Saint-Petersbourg. On rencontre d'abord deux jeunes gens, André Bolkonsky et Pierre Bezoukhov, qui nous introduisent à toute la bonne société. Les Kouragine notamment. Puis les Rostov. Je ne rentrerai pas dans les détails des aventures des divers personnages, les histoires d'amour, d'ambition et de trahison. Sans parler de la place de la religion, de l'argent, de la franc-maçonnerie, des rapports entre aristocratie et serfs... Bref, Tolstoï nous plonge dans la société de l'époque et nous en montre beaucoup d'aspects. On se passionne pour la vie de ces hommes et pour leurs bassesses. Car si chacun (ou presque) pris séparément est plutôt bon et bienveillant naturellement, les rapports avec les autres viennent éprouver et noircir cette bonté initiale. Si j'ai relu l'ensemble avec grand plaisir, je me suis aperçue que j'avais complètement oublié les nombreuses considérations historiques de Tolstoï. La Guerre et la paix n'est pas uniquement un roman dans la plus pure tradition du XIXe siècle, c'est aussi une analyse voire un essai historique. Ainsi, la deuxième partie de l'épilogue est entièrement dédiée à l'histoire telle qu'elle est écrite par les historiens, qui cherchent les causes et les effets, qui créent des liens et font des déductions. Pour l'auteur, rien n'est plus trompeur que l'impression de liberté individuelle des hommes. C'est la prédestination qui le guide. Et de comparer l'histoire aux autres sciences comme l'astronomie : "Pour l'astronomie, la difficulté de la reconnaissance du mouvement de la terre consistait dans ce fait qu'il fallait renoncer au sentiment spontané de l'immobilité de la terre et au sentiment du mouvement des planètes ; de même pour l'histoire, la difficulté de la reconnaissance de la soumission de la personne aux lois de l'espace, du temps et de la cause consiste à renoncer au sentiment spontanée de l'indépendance de la personne". Et finalement, tout le roman s'éclaire suite à cette démonstration finale. C'est là que Tolstoï souhaitait amener le lecteur et tous les indices disséminés dans les tomes précédents servaient cette vision fataliste.  Je pourrais aussi vous parler du style fluide de Tolstoï, tout en précision et en simplicité, qui n'empêche certes pas les répétitions. De sa plume habile à nous camper les scènes de combat comme une soirée de bal. De ses considérations transmises par ses personnages ou par ses propres analyses, récurrentes. Mais je préfère vous laisser découvrir tout cela en lisant vous-même ce merveilleux roman russe !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pralinerie 1138 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines