Magazine Culture

L'Attrape-Coeurs [J. D. Salinger]

Publié le 29 octobre 2014 par Charlotte @ulostcontrol_

Je vous retrouve aujourd'hui pour vous parler d'un livre très connu : L'Attrape-coeurs de J. D. Salinger. Je voulais le lire depuis pas mal de temps, enfin, j'en ai entendu parler il y a très longtemps, mais je n'avais jamais franchi le cap... et puis je me suis finalement décidée lorsque j'ai vu que le forum Livraddict organisait un Book Club autour de cette lecture. Avec beaucoup d'années de retard, je me suis donc lancée !

L'Attrape-Coeurs [J. D. Salinger]

Le roman, écrit à la première personne, relate la période où Holden Caulfield, expulsé du collège Pencey Preparatory trois jours avant les vacances de Noël, retourne à la maison familiale, à New-York. Il déambulera en ville avant de devoir annoncer la nouvelle à ses parents. Âgé de dix-sept ans, Holden est plein d'incertitudes et d'anxiété, à la recherche de lui-même. Il vit son passage à l'âge adulte et comprend qu'il perd l'innocence de l'enfance. L'une des plus belles images de l'auteur pour exprimer ce passage est lorsque Holden demande au chauffeur de taxi où vont les canards lorsque l'étang gèle. Salinger dans ce roman décrit avec ironie et justesse la société américaine des années 1950.

Holden a 17 ans et vient de se faire virer de son lycée : cette phrase d'introduction pose clairement le contexte et me permet de vous présenter le thème principal de ce roman : l'adolescence.
Le portrait qu'on pourrait dresser d'Holden Caulfield est celui d'un jeune homme entre deux âges, perdu et qui ne se sent à sa place ni dans l'enfance, ni dans l'âge adulte. S'il est conscient d'avoir perdu son insouciance, il ne se retrouve pas non plus dans le monde adulte. Ce que l'on sent d'abord chez lui, c'est la nostalgie qu'il éprouve d'avoir quitté l'enfance. Cette période semble en effet avoir pour lui un caractère sacré, non seulement parce qu'elle lui rappelle son petit frère décédé à seulement 10 ans, mais aussi car elle symbolise l'innocence, la pureté... Holden a grandi et est frappé de plein fouet par le monde adulte : violent, sans délicatesse et sans morale ; il cherche ainsi le sens qu'il pourrait donner à sa vie. Le roman aborde donc des thèmes intemporels et universels : ces interrogations nous ont tous plus ou moins affectés à un moment ou à un autre.
Au-delà de cette confusion dans laquelle il est, Holden se sent surtout incompris. Il semble par exemple ne rien avoir en commun avec ses camarades de classe et ne rien partager avec eux ; à l'inverse de ses amis qu'il décrit parfois comme un peu " rustres ", Holden s'inquiète plus à propos de préoccupations morales ou humaines. De même, des adultes de son entourage scolaire essaient de l'inviter à parler mais Holden ne parvient pas à se confier et se ferme comme une huitre. Enfin, il essaye de trouver du réconfort auprès de gens rencontrés au hasard dans les rues de New-York (une prostituée, des chauffeurs de taxis, etc.), ou auprès d'anciennes connaissances, mais toutes ses tentatives sont vaines. Une de ses amies d'enfance s'inquiète ainsi seulement du fait de savoir s'il l'aidera ou non à décorer le sapin de Noël, à tel point qu'elle lui coupe la parole à de nombreuses reprises :

" Puis subitos' et sans prévenir, Sally a dit " Ecoute, faut que je sache. Tu viens m'aider à décorer l'arbre la veille de Noël ou tu viens pas ? Faut que je sache. " p.159

La seule à laquelle il se confie vraiment est en fait sa petite sœur : une enfant.

L'Attrape-Coeurs [J. D. Salinger]

La ville de New York est également un élément important du récit. En cherchant son chemin dans la ville, le héros semble chercher un sens à donner à sa vie. La ville est pour lui un labyrinthe anxiogène mais dans lequel il a besoin de se perdre : elle permet au héros de se construire, de se questionner et de ne pas rester figer dans le passé.
Enfin, le ton du récit est particulier puisque le livre est écrit du point de vue du héros. C'est donc la voix d'un adolescent seulement qui nous est proposée, aucun point de vue extérieur ne nous permet de prendre vraiment du recul sur la situation.
De ce fait, le langage employé est donc assez familier, mais sans être grossier ou vulgaire. Le style colle donc parfaitement au personnage de l'adolescent. Certaines expressions sont drôles, même si je pense qu'elles sont beaucoup plus pertinentes en anglais.
L'auteur n'est pas non plus totalement absent du livre, il profite parfois de la voix d'Holden pour intervenir afin de nous aider à comprendre le livre.

" J'aime qu'on s'en tienne aux faits. Je sais pas. Je suppose que j'aime pas quand quelqu'un s'en tient tout le temps aux faits. [...] il y a tellement de fois où on sait pas ce qui est le plus intéressant avant de se mettre à parler d'un truc qui n'est pas le plus intéressant. Je veux dire qu'on peut rien y faire. Mais je pense qu'il fait laisser un gars tranquille quand au moins il est intéressant, et puis tout emballé par quelque chose. J'aime bien lorsque quelqu'un est emballé par quelque chose. C'est chouette. " p.220 - 221

Dans ce passage, c'est Holden qui parle, et pourtant cela fait drôlement écho au livre lui-même... ! En effet, l'intrigue de celui-ci n'est pas hyper dynamique et est loin d'être faite de révélations-choc ; et même, franchement : il ne se passe pas grand-chose. En écrivant ce passage, c'est comme si Salinger voulait nous faire comprendre que ce n'est pas forcément l'enchaînement des faits qui importe, mais aussi tout ce qui se passe autour. L'action n'est pas forcément là où on l'attend : certes, il ne se passe rien dans les faits, mais il se passe beaucoup de choses intéressantes et importantes dans la tête et dans la vie du héros.

L'Attrape-Coeurs [J. D. Salinger]

J'ai beaucoup aimé suivre le parcours d'Holden Caulfield jusqu'à la révélation finale (assez troublante d'ailleurs !), c'est un personnage très très très... très attachant, sa personnalité est bien travaillée et en fait quelqu'un qui de différent des garçons de son âge. Je n'ai pas l'habitude de vraiment m'attacher aux personnages et de me prendre d'affection pour eux, mais Holden Caulfield est un personnage vraiment marquant qu'on croirait presque réel.

S'il parait d'ailleurs si réel, c'est parce que je pense que l'on peut tous un peu se reconnaître en lui. Le portrait que nous propose J. D. Salinger est celui d'un jeune homme en décalage avec le monde et qui ne trouve pas les réponses à ses questions ; alors qu'il cherche du sens, ce que le monde semble avoir à lui proposer lui paraît futile et insatisfaisant. Comme Holden, nous avons tous a un moment ou à un autre eu l'impression que l'idéal ou le bonheur que nous cherchions était utopiste et nous nous sommes tous interrogés sur le sens que nous voulions donner à notre vie alors que nous quittions à peine l'enfance.
En fin de compte, je pense que la force de ce récit vient surtout de son personnage principal, qui porte vraiment le roman sur ses épaules. Sans lui, l'histoire serait un peu creuse et pas aussi émouvante.
Enfin, j'ai aimé le suivre et déambuler avec lui dans la ville. L'atmosphère urbaine du récit est d'ailleurs étonnante puisqu'elle crée une sorte d'ambiance à deux vitesses : Holden et l'action sont lents, ce qui contraste avec le dynamisme et la vitesse que l'on peut associer à l'image de la ville (surtout New-York).

Je regrette toutefois de ne pas avoir lu ce roman plus tôt. J'aurais vraiment aimé le découvrir alors que j'avais quelques années de moins. Il m'aurait sûrement beaucoup plus touchée et aurait répondu à de mes questions de l'époque. En fait, il aurait eu plus d'écho en moi si je l'avais lu au lycée. Evidemment, j'ai été très touchée par ce livre et même s'il aborde une période très spécifique de la vie, il s'adresse vraiment à chacun d'entre nous ; mais je suis convaincue qu'il m'aurait touchée différemment si je l'avais lu plus tôt. Il aurait sûrement fait partie des livres qui auraient marqué mon adolescence et qui auraient " changé ma vie ". Au final, j'ai ressenti beaucoup de tendresse et d'affection pour le personnage, mais je ne me suis pas vraiment identifiée à lui et j'ai l'impression d'être passée à côté d'une grosse dimension émouvante et percutante du livre : c'est un peu frustrant.

Je vous le recommande sans aucun doute si vous avez entre 15 et 18 ans ou que vous êtes au lycée. Si vous êtes plus âgés, n'hésitez pas à le découvrir et à profiter de cette lecture et du personnage d'Holden qui est incroyablement attachant.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Charlotte 266 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine