Magazine Culture

Les Déshérités ou l'urgence de transmettre

Publié le 30 octobre 2014 par Pralinerie @Pralinerie
Cet essai de François-Xavier Bellamy interpellera certainement tous ceux qui ont charge d'enfants ou de jeunes : les parents, les professeurs, les éducateurs... Ce jeune agrégé de philosophie, que j'écoute régulièrement lors des soirées Philia, plaide pour la transmission de la culture ! François-Xavier Bellamy part du constat d'une crise de la culture, qu'il estime due à un refus de transmettre. A l'école, plus besoin d'apprendre quoi que ce soit, l'enfant doit construire son propre savoir, libre de toute référence, de tout cadre, de toute autorité. "Transmission" serait devenu synonyme d'"aliénation". D'où vient cette disqualification de la transmission ?

Sarcophage des muses, 1-2e siècle, musée du Louvre

Sarcophage des muses, 1-2e siècle, musée du Louvre


Dans sa première partie, cet essai traite des "Trois secousses dans un séisme". Ces trois secousses sont celles infligées par trois penseurs : Descartes, Rousseau et Bourdieu. Descartes dans les Méditations métaphysiques invite à douter de tout et notamment de ce qu'il a appris. Rousseau dans l'Emile propose un traité d'éducation dans lequel Emile n'apprend que ce qui lui est strictement nécessaire et selon son désir, en toute liberté. Quant à Bourdieu, il dénonce la transmission d'un patrimoine culturel comme outil de domination sociale dans Les Héritiers. Ces ouvrages et ces hommes n'ont-ils pas miné l'autorité éducative pour conduire à la crise de la culture ? A lire cette première partie, il n'y a pas lieu de douter de la thèse de l'auteur (qui donne très envie de se replonger dans les textes philosophiques). Tout est plutôt clair et pertinent. François-Xavier Bellamy reste toutefois très analytique et descriptif dans ces "Trois secousses..." pour mieux déployer toutes ses idées dans "Refonder la transmission". L'auteur commence par analyser ce qu'est la culture. Est-elle du domaine de l'avoir, un capital, un bagage ou plutôt du domaine de l'être ? Est-elle un agrégat de connaissances artificielles qui dissimuleraient notre être profond ? Pour François-Xavier Bellamy, "Elle n'augmente pas de que nous avons, mais ce que nous sommes. Et, en cela, elle n'est pas accessoire mais essentielle". Pour expliquer cela, il reprend l'exemple fameux de l'enfant sauvage et en souligne l'inhumanité : il n'a même pas conscience de lui-même. Il ne devient humain que via la rencontre d'autres hommes. Il n'y aurait donc pas d'immédiateté de l'être humain.  Parmi les fondements de la découverte de soi et du monde, il y a le langage. Il permet de nommer, de se définir, de penser et de nuancer sa pensée. Pourtant, quoi de plus culturel que le langage ? Il est par excellence un outil de médiation. Alors que penser du désintérêt pour l'orthographe, le vocabulaire, la grammaire ? Loin d'être des carcans, ils structurent et singularisent notre pensée. "Un élève qui écrit indifféremment "est" et "ait" mesure-t-il clairement la différence entre être et avoir ?". En plus de la question du langage, l'auteur fait un petit détour par le livre. N'est-il pas terriblement aliénant ? Il se lit dans un ordre donné, son contenu est fixe et passif. Il oblige à passer par les mots et la pensée de son auteur. Mais François-Xavier Bellamy rappelle aussi l'étymologie de ce mot, issu du "liber" latin qui signifie livre comme libre. Et d'un objet d'aliénation, il en fait un objet de liberté, qui permet d'enrichir et de nourrir la pensée du lecteur.  Enfin, François-Xavier Bellamy porte un regard plus global sur notre société. Nous vivons une ère de relativisme et d'indifférence. Notre idéal ? La liberté absolue. L'effacement de la différence. L'indétermination générale. Pour faire plus de choix ? Ou pour ne jamais choisir ? Il compare notre temps à une adolescence boudeuse et sans curiosité, qui va toujours vers le neuf, qui critique pour critiquer, qui refuse le passé. Et qui ne veut surtout pas grandir ! Vous comprenez pourquoi la transmission a peu de place dans cette époque : c'est un mouvement presque autoritaire.  Mais le danger de notre époque, c'est aussi de tout niveler. Rien n'est plus saillant : les cultures dans leur singularité se dissolvent, tout se vaut. Est-ce parce que l'humanité en est arrivée à un niveau d'accueil et de tolérance inédit dans son histoire ? Ou parce qu'elle patauge dans une aimable indifférence ? Sous prétexte que la différence, c'est mal. Et pourtant... n'est-ce pas la différence qui éveille la curiosité et l'émerveillement ? Mais pour saisir cette différence, encore faut-il la voir : "Tout est uniforme pour celui qui ignore ; tout est singulier pour celui qui connait". François-Xavier Bellamy propose donc de restaurer cette connaissance et cette culture en utilisant une bonne vieille recette : le cours magistral, qui transmet des connaissances. C'est en montrant aux élèves qu'il a quelque chose à leur transmettre que le professeur restaurera son autorité. Pour l'auteur, il faut relever ces vieilles figures d'autorité que sont les parents et les professeurs. Loin d'aliéner les enfants, elles leur donnent des repères qui leur permettent de se construire. Et là, François-Xavier Bellamy souligne que le refus par l'enseignant de transmettre des connaissance creuse les inégalités : ceux dont les parents ne sont pas présents pour compenser ne peuvent pas progresser et apprendre... Cet essai est à la fois une ode à la culture et à l'enseignement. Aborder ce thème par des grands moments de la philosophie et de la sociologie m'a semblé pédagogique et pertinent. Quant à l'analyse, elle est à la fois brillante et convaincante : qui peut douter de l'importance de la transmission en refermant ce livre ? L'auteur nous met en garde contre les dangers de la déconstruction de la culture, petit pas vers la barbarie. Sans culture, comment comprendre notre monde, notre passé, notre héritage, notre patrimoine ?  S'il y a bien un sujet qui me questionne, c'est celui-là ! Car je m'inquiète de ce mépris de la culture : quand j'entends des parents raconter n'importe quoi à leurs enfants dans les musées parce qu'ils ne connaissent pas le contexte historique ou le référent mythologique de l'oeuvre, cela m'inquiète. Quand je me déguise en Muse avec ses masques grecs (oui, c'était Melpomène mais le terme générique de Muse m'aurait suffi) et que l'on m'affirme que c'est un masque maya, voire qu'on me demande ce qu'est une Muse (public de trentenaires ayant tous fait des études sup'), ça m'effraie.  Ne le prenez pas comme un élitisme mais je crois que sans culture, on risque de se manquer, de ne pas devenir pleinement ce qu'on peut être. La culture est une nourriture qui alimente, renforce ou nuance notre pensée. Il est d'ailleurs très dommage de l'envisager comme une simple source de divertissement (quand ce n'est pas d'ennui) : on va au musée parce que c'est fun, on lit parce que ça change les idées et on voit des films pour se détendre. C'est bien. Mais c'est encore mieux si on sort du musée en ayant appris ou découvert quelque chose, d'un livre et d'un cinéma en se posant des questions. Qu'en dites-vous ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • La Muse de Sara Agnès L.

    Muse Sara Agnès

    Broché : 480 pages Éditeur : Hugo Romans – Blanche Date de parution : 4 Juin 2015 Collection : New Romance Langue : Français ISBN-10 :2846285160 ISBN-13... Lire la suite

    Par  Artemissia Gold
    CULTURE, LIVRES
  • Nos futurs

    futurs

    Le réalisateur Rémi Bezançon- et l'acteur Pio Marmaï ne se sont jamais quittés. Mieux, le tandem évoluent ensemble dans une cinématographie comparable. Dans Le... Lire la suite

    Par  Bullesdeculture
    CINÉMA, CULTURE, LIVRES, MUSIQUE
  • Enclave, tome 1

    Enclave, tome

    V.O. : Auteure : Ann AguirreNationnalité : AméricaineTraduction : -Editions : Le livre de pocheCollection : JeunesseNombre de pages : 320 pagesDate de parution ... Lire la suite

    Par  Lecoindaudrey
    CULTURE, LIVRES
  • Interview de Chris RED

    Interview Chris

    Bonjour, Voici aujourd'hui une interview, celle de Chris RED, auteur entre autre de la saga des Quatre Éléments dont vous trouverez la chronique du premier... Lire la suite

    Par  Revesetimagines
    CULTURE, LIVRES
  • Métacortex (Maurice G. Dantec)

    Métacortex (Maurice Dantec)

    Le Pitch: La Fin du Monde selon Maurice G. Dantec. Crimes pédophiles, assassinats de flics ou de magistrats, conflits politico-religieux, conspirations croisées... Lire la suite

    Par  Maldoror666
    CINÉMA, CULTURE, HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • Atlantia

    Ally CondieGallimard JeunesseTraduit de l'anglais par Vanessa Rubio-BarreauParu en Mai 2015336 pages16,50 eurosRoman ados dès 12 ansThèmes : Fantastique,... Lire la suite

    Par  Lael69
    CULTURE
  • Vide et plein

    Vide plein

    Le blog est bien silencieux ces temps-ci... J'ai déserté ces pages depuis un moment. Un passage à blanc, non pas à vide dans le réservoir d'idées toujours plein... Lire la suite

    Par  Detoursdesmondes
    BEAUX ARTS, CULTURE

A propos de l’auteur


Pralinerie 1138 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine