Magazine

La situation des cimetières et des carres confessionnels en france

Publié le 30 octobre 2014 par Leforik

DES BESOINS PRECIS

Le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) créé en 2003 est l’organe représentatif auprès des pouvoirs publics, divisé en CRCM (Régional), les musulmans s’organisent pour palier aux nombreuses carences dont ils font l’objet:

En voici les principales:

– construction de lieux de culte dignes de ce nom

– l’abattage rituel relatif à l’Aïd Al Adha conforme aux règles sanitaires

– la mise en place de carrés musulmans conformes dans les cimetières

– l’aumônerie dans les hôpitaux, les prisons, l’armée

– l’organisation du pèlerinage à La Mecque

cfcm

cfcm

Préoccupés au départ par les lieux de cultes (le retard se réduit peu à peu), les musulmans de France se tournent désormais vers un problème majeur et quasiment non solutionné sur le territoire national ou alors en substance:

Il s’agit de la difficulté d’inhumation des défunts musulmans en France.

La plupart des corps sont rapatriés dans les pays d’origine (Certains musulmans français n’ont parfois jamais mis les pieds dans leur pays d’origine d’ailleurs ou rarement). Cela n’est pas une solution d’avenir et aujourd’hui les musulmans n’ont pas d’autres choix que de s’expatrier afin de respecter les conditions légitimes d’inhumations prescrites par leur conviction.

La mort est une des choses des plus importantes pour le musulman. Sa vie est intrinsèquement liée à sa mort. Il doit se préparer chaque jour à cela. Il est donc impératif que toutes les conditions soient réunies en ce qui concerne les lieux d’inhumation. L’importance est telle qu’elle est aussi élémentaire que l’obtention des lieux de culte.

Pourtant le constat est catastrophique en France.

Selon le CRCM Rhône-Alpes qui a mené l’enquête, il n’existe que 3 cimetières et quelques 70 carrés musulmans (dont 25 en Île-de-France) dans les cimetières communaux et intercommunaux.

Ce nombre est dérisoire face au nombre grandissant de musulmans estimé à environ 6 millions de personnes.

En plus de la problématique liée aux lieux insuffisants d’inhumation des musulmans, il y a également les soucis d’orienter les défunts en direction de la Mecque, la durée de location des concessions, les exhumations, etc.,…

Dans le même temps dans le Rhône-Alpes, le CRCM déclenche la sonnette d’alarme en dénonçant le déficit important de places dans leur étude inédite.

(En exemple: 300 places disponibles dans le département contre 300 000 personnes de confession musulmane).

Azzedine Gaci, le président de ce CRCM affirme que les demandes d’inhumation sur le territoire augmentent et qu’il faudrait créer environ 600 carrés dans toute la France pour combler cette carence. Il demande aux maires de faire le nécessaire en estimant que chaque ville dotée de mosquée devrait avoir un carré musulman.

Il est d’ailleurs déconseillé dans la tradition musulmane de transférer les dépouilles mortelles, c’est pour cela que l’enterrement en France, dans la ville où la personne décède, est recommandé.

De plus, les savants musulmans contemporains se sont prononcés en faveur des enterrements dans le pays d’accueil, dans des cimetières musulmans, où à défaut dans des carrés confessionnels, explique un document du CRCM.

L’Islam également interdit strictement la crémation, ce qui répond au fait qu’au bout d’un certain nombre d’années, les restes sont parfois exhumés et brûlés.

Actuellement 80% des défunts de confession musulmane se font enterrer dans leur pays d’origine. Pourtant, et devant ce grand nombre, cette tendance semble s’inverser peu à peu avec les nouvelles générations françaises.

Plusieurs facteurs sont responsables de cela:

– le rapatriement des défunts est très onéreux, de plus, c’est parfois un deuxième drame pour les familles avec une attente trop importante entre le transfert du corps et l’enterrement à l’étranger (islamiquement, le corps doit être enterré dans de courts délais), l’ouverture du cercueil pour des contrôles (douanes), etc.,…

– Un grand nombre de musulmans sont nés en France et souhaitent ainsi, si les conditions d’inhumations s’améliorent, être enterrés sur le territoire.

– Les familles vivant en France souhaitent être toujours à côté du défunt pour visiter sa tombe régulièrement (surtout si la famille proche réside ici).

– Egalement on voit apparaître de nombreux français convertis à l’Islam, ce qui rend l’inhumation en France des plus légitimes. Il est grave de les voir demander un « rapatriement » à l’étranger.

Face à ce nouveau phénomène, les musulmans souhaitent améliorer leurs conditions d’inhumation dans le respect et la dignité.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Leforik 65386 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte