Magazine Culture

Le Général du Roi, roman de Daphné Du Maurier (1945)

Par Mpbernet

généralduroi

Quand j’étais petite fille, je me souviens de deux livires que ma mère avait adorés et qui trônaient sur sa table de nuit : Ambre de Kathleen Winsor et Le Général du Roi de Daphné Du Maurier, paru en 1946 et devenu aussitôt un extraordinaire best-seller international.Eh bien je comprends pourquoi à présent, et c'est bien autre chose que 50 nuances de je-ne-sais-quelle couleur !

J'ai moi aussi, dévoré ce roman épique, celui d’une lutte sans merci entre les aristocrates fidèle au Roi Stuart Charles Ier et les puritains ou « Têtes Rondes » partisans du Parlement d’Olivier Cromwell. Une période s’étendant de 1642 à 1652, celle de la Révolution Anglaise, qui précède de peu notre Fronde (en 1648-1649).

La narratrice est Honor Harris, qui, en septembre 1653, sent venir le temps des souvenirs avant que la vie ne la quitte deux mois plus tard. Le roman est donc le flash-back de sa vie singulière, et commence au jour de ses dix-huit ans. Elle est belle, petite et légère, rebelle et peu farouche … Elle va rencontrer l’homme de sa vie : Richard Grenvile, un soudard à la crinière auburn, au sourire carnassier, au courage sans faille, à la fidélité absolue à son roi mais à la cruauté et à la rouerie sans limites. Il est intime du duc de Buckingham, le fameux Georges Villiers, celui qui séduisit la Reine de France … Le cadre est donc celui des Trois Mousquetaires : coiffures de boucles anglaises pour les dames et perruques pour les messieurs, collets de dentelle de grand prix, robes ajustées pour lesquelles une camériste est indispensable. L’espiègle Honor vit au milieu d’une famille nombreuse, alliée à tous les nobles seigneurs campagnards de la Cornouaille, tous fidèles au Roi. Elle a à son service l’industrieuse Matty.

Dès les premiers chapitres, on rencontre aussi les principaux protagonistes de ce roman qu’on ne peut plus abandonner. La pire est Gartred, sœur de Richard et éphémère épouse du frère aîné d’Honor. Belle et vénéneuse femme que seul l’appât du gain motive. Elle sera cause d’un terrible accident qui changera à jamais le destin de notre héroïne, à la veille de célébrer ses noces avec son amant. Car jamais ils ne pourront vivre leur attachement sans limite au grand jour, mais jamais non plus aucun autre sentiment ne viendra s’interposer entre eux.

Richard Grenvile est un général soucieux de la discipline de ses troupes et un fin stratège, mais il sera submergé par la bêtise des autres chefs militaires et l’incompétence du roi. Les batailles sont perdues et les sièges de places fortes mis en échec par l’incurie du commandement. Les pillages et les horreurs de la pire guerre civile, l’angoisse des populations prises au piège, l’extrême pression fiscale puis les indemnités imposées au vaincus sont particulièrement explicites. On sent que l’auteure sait de quoi elle parle dans cette Angleterre sortant à peine d’un terrible conflit. Le suspens est constant, jusqu’à la dernière page, mais on sait que les deux amants, Honor restée en Cornouaille et Richard quelque part aux Pays Bas, sont toujours vivants … et que leur lien est indissoluble.

Fantastique roman d’aventures et de psychologie, où les scènes « osées » ne sont que suggérées mais où l’amour, même entre deux êtres aussi dissemblables, est partout palpable, malgré les défauts énormes de l’un et la fragilité de l’autre.

Le Général du Roi, de Daphné Du Maurier, traduit de l’anglais par Henri Thiès, Edité par Phébus Libretto, 360 p. 10,50€


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog