Magazine Culture

Alex Vargas, #nofilter

Publié le 27 février 2015 par Urbansoul @urbansoulmag

For the English version, click RIGHT HERE.

Je ne pense pas vous l’avoir dit, mais j’ai une liste de personnes que je rêverais d’interviewer un jour. J’ai découvert Alex Vargas il y a quelques semaines et j’ai presque immédiatement fondu en larmes mais je ne prétendrais pas qu’il faisait déjà partie de cette fameuse liste avant de le rencontrer. Mais ça aurait pu. Parce qu’Alex est l’un de ces artistes qui fait tressaillir mon cœur, le gagne petit à petit et ne cesse jamais de me surprendre. C’est ce genre de génie avec qui vous aimeriez avoir une vraie conversation mais qui vous intimide tellement que vous n’êtes pas sûr de pouvoir rester décontracté face à lui, comme vous êtes censé le faire lors d’une interview. Et Dieu sait comme je n’étais pas prête. D’abord pour ces yeux verts (oui, il m’en faut peu pour être distraite), mais dans ce monde du showbiz où tout n’est souvent qu’apparences, je n’étais définitivement pas prête pour autant d’authenticité.

Si son nom ne vous dit rien, n’ayez crainte : je vous le présentais le mois passé et je lui ai par ailleurs demander de se décrire en se prêtant au jeu de l’acrostiche, autour d’une tasse (d’Earl Grey pour lui, de café latte pour moi) le 21 février dernier au Botanique, où il s’est produit plus tard en première partie du groupe d’alternative folk Bear’s Den. « Ça commence avec un A donc j’ai le droit d’être super prétentieux et de dire Artistique. Le L sera pour… Listener-friendly ? E sera pour Excitant, principalement parce que je suis excité quand je crée ma musique. Mais il y a aussi un X dans mon prénom… Donc je vais devoir dire Xylophone, même si l’on n’en utilise pas dans mes chansons« , a énuméré le chanteur d’Acoustic/Noise Soul en riant. Mais qu’est-ce que c’est pour un genre musical, me demanderez-vous ? « C’est un peu de la musique électronique mêlée à des éléments live et tout simplement des mélodies soulful et planantes, a expliqué le jeune homme de 26 ans. Donc on a élargi ça à de l’Acoustic/Noise Soul même s’il n’y a plus tellement de guitare acoustique. » Personnellement, j’ajouterais le terme « brut » à ce délicieux cocktail car tout ce qu’écrit Alex est sincère et intime et j’ai toujours admiré ces artistes capables de s’exposer de la sorte. « Ça peut être vraiment difficile : c’est un peu comme s’analyser tous les jours dans le miroir. Et c’est surtout le cas quand vous écrivez des textes honnêtes. Mais vous pouvez en quelque sorte masquer tout ça en racontant l’histoire comme ça vous chante ; je veux dire que vous avez ce choix, a-t-il souligné. Je surdramatise les choses et je transforme certaines histoires. Solid Ground n’a pas nécessairement la signification que vous pourriez envisager lorsque vous l’écouter ; idem avec Howl. Une série de gens m’ont demandé de quoi parlait et de qui parlait Howl, quel était son nom… ». Convaincu que « tout l’intérêt de l’art est de le laisser ouvert à l’interprétation », Alex Vargas est ravi d’apprendre que certains attribuent à ce dernier titre un tout autre sens. « Quand quelqu’un me dit qu’il pense que [Howl] est une chanson d’amour dédiée à une femme dont je suis clairement et éperdument amoureux, je le prends comme un énorme compliment même si Howl a en réalité été écrite pour mon manager (ndlr : Tommas Arnby) qui est l’un de mes meilleurs amis et que cela parle du fait que l’on avance ensemble depuis que j’ai 16 ans ! On a beaucoup accompli ensemble mais aussi traversé beaucoup d’épreuves mais on est toujours là et on continue. On est loin d’être là où nous rêverions éventuellement d’arriver maiswe’ve come over hills, we’ve moved rivers’ (ndlr : référence aux paroles de Howl) ! Pour moi, il s’agit purement du fait que je suis devenu un adulte à ses côtés. Donc c’est une chanson d’amour… mais pas nécessairement la chanson d’amour auquel pourrait s’attendre l’auditeur. Et je pense que c’est là tout l’intérêt. C’est pareil pour Solid Ground. Du moment que vous créez des images dans votre tête en l’écoutant, je suis content : j’ai l’impression que j’ai fait mon boulot. » 

LA FRANCHISE INCARNÉE

Si ses fans peuvent donc facilement déguiser ses paroles, sa vérité, quant à elle, est entièrement nue. Croyez-moi : j’ai beau n’être encore qu’une débutante dans le milieu mais j’ai eu la chance de discuter avec une belle brochette de chanteurs, acteurs et réalisateurs connus et moins connus ces cinq dernières années, mais jamais je n’ai rencontré quelqu’un d’aussi direct qu’Alex Vargas. On ne peut plus franc, il a par exemple avoué qu’il n’était « plus vraiment en contact » avec ses anciens collègues de Vagabond, groupe dont il a fait partie de 2008 à 2010. « Pas parce qu’on ne s’aime pas, mais c’est juste arrivé naturellement. Je me suis un peu planqué pendant un moment… », a-t-il reconnu. C’est tout aussi rare de trouver quelqu’un qui vous avouera avoir fait certaines choses pour l’argent… Alex apparaît en effet en featuring sur cinq pistes de We Are All We Need, le dernier album d’Above & Beyond sorti en octobre 2014 et classé numéro un du Top Dance/Electronic Charts de Billboard. S’il a seulement écrit le récent single All Over The World (en une demi-heure !), il a adoré essayer de « transmettre le message de quelqu’un d’autre en lui posant des questions et en lui demandant d’expliquer en détails les émotions qu’il souhaitait véhiculer » en ce qui concerne les quatre autres titres. Il m’a néanmoins confié qu’il ne connaissait pas le groupe de trance au départ et qu’il avait accepté leur offre pour la simple et bonne raison… qu’il fallait bien payer les factures. « Above & Beyond sont dans le circuit depuis… 12 ans, je pense. Il y a quelques années, ils ont décidé de faire un album acoustique, avec des reprises de leurs plus grands titres. Pour être honnête avec toi, je ne savais absolument pas qui ils étaient ! Mais c’est ça qui est fou ! Je veux dire, leur dernier album s’appelle We Are All We Need (ndlr : on est tout ce dont on a besoin), et c’est totalement ça. Ils ont affiché complet au Madison Square Garden ! C’est une salle de 14 000 personnes !, s’est-il exclamé. Et quand j’ai parlé d’Above & Beyond à mes amis, la plupart m’a répondu ‘C’est qui ?’. Mais dans leur milieu, ils sont super connus ! J’ai un énorme respect pour eux parce qu’ils font tout eux-mêmes, tout est géré en interne. Ce sont des gens très, très intelligents, et très créatifs. Mais aussi des auteurs extrêmement, extrêmement talentueux ! Mais donc, oui, le gars qu’ils ont engagé pour produire cet album acoustique s’appelle Bob Bradley et c’est un vieil ami que j’ai rencontré via mon manager il y a plusieurs années. Donc quand ils se sont mis à la recherche d’un chanteur, il m’a appelé et m’a demandé si je voulais venir et enregistrer. À ce stade, je ne savais pas qui étaient Above & Beyond, je ne connaissais pas ces gens ; mais je connaissais Bob, un gars vraiment adorable, et je n’avais pas d’argent. On voulait m’engager en tant que chanteur de studio donc j’ai accepté et j’ai gagné un peu d’argent. Mais j’ai alors pu rencontrer les mecs avec qui j’ai commencé à travailler, on s’est produits ensemble et on a pensé BEAUCOUP de temps à répéter encore et encore pour ces shows. Ils appellent ça des performances acoustiques mais c’était de magnifiques arrangements orchestraux, avec un groupe de 16 musiciens etc. Et toute cette famille m’a très bien accueilli. Donc même si tout a commencé pour motif financier, cet aspect s’est très rapidement estompé parce que j’ai vraiment adoré travailler avec eux. (…) C’est toujours fantastique de les voir parce qu’ils sont juste tellement reconnaissants d’avoir un tel succès ! »

LES BONNES PERSONNES…

C’est tout naturellement qu’Alex Vargas s’est entouré de collaborateurs partageant son état d’esprit et n’ayant jamais peur de dire ce qu’ils pensent : c’est d’ailleurs ce que fait son manager depuis maintenant une décennie. « J’ai rencontré Tommas quand j’avais 15-16 ans, au Danemark (ndlr : Alex y est né et y a grandi avant de partir au Royaume-Uni à 17 ans). Je pense que son frère m’avait vu quelque part et il était donc venu à l’un de mes shows et m’avait dit que j’avais une bonne voix mais que mes chansons étaient à chier, a-t-il raconté. Ce n’était pas agréable à entendre mais je pense que c’est l’une des étapes les plus cruciales du progrès – ou tout du moins pour commencer à progresser. Parce qu’au moins, je savais exactement comment je l’avais conquis ! Et je savais que le jour où il me dirait qu’il aime mon morceau, ce serait la vérité et qu’il ne serait pas en train d’édulcorer les choses ! Alors, même si ce fut dur à entendre, cela a aussi joué un grand rôle dans ma progression en tant qu’auteur. » Précédemment signé chez Geffen Records, qui appartient à Universal Music Group, avec Vagabond, Alex fait désormais équipe avec Copenhagen Records, où les gens semblent penser, tout comme lui, qu’il n’y « pas mieux qu’un avis honnête ! »« Je n’ai aucun problème avec les majors, j’y crois même beaucoup. Mais je veux surtout travailler avec les bonnes personnes. Lors de mon dernier contrat, je n’avais pas vraiment de relation avec mon A&R. On a signé les papiers mais on n’a pas vraiment parlé ensuite. Presque tout était fait via Xenomania (ndlr : l’équipe de production de l’album de Vagabond). Maintenant, je suis signé chez Copenhagen Records au Danemark, qui est un label affilié à Universal : ils fonctionnent comme un label indépendant mais ils ont les ressources d’une major. Et ce qui est vraiment cool, c’est que j’ai l’impression que je peux faire confiance à ces gens et qu’ils comprennent ce que j’essaie d’accomplir. Mais ils sont aussi très honnêtes quant à ce qui est possible ou non. Ce que vous recherchez dans un A&R, c’est offrir la possibilité de s’impliquer dans ce processus créatif. C’est la même chose avec mon manager : si lui et moi étions toujours d’accord, il n’y aurait aucun intérêt à travailler ensemble. Le but, c’est que l’on se stimule mutuellement. Et c’est pareil avec Copenhagen Records : j’ai des avis honnêtes – on m’applaudit quand je fais quelque chose de bien et j’ai droit à des critiques constructives quand ce n’est pas trop ça. » 

… ET LE BON MOMENT 

Il adopte la même optique dans son approche créative, où tout n’est que réflexion de sa propre personne. Dans sa musique, il n’y a pas ni artifices, ni limites. « Vous êtes aussi libre que vous vous autorisez à l’être, quoi que vous vouliez faire », a déclaré Alex Vargas tout en prévenant qu’il n’était pas exclu de le retrouver « sur un album jazz du jour au lendemain, si le projet est bon ». Et il se laisse également porter côté collaborations, pour lesquelles il a une conception tout aussi organique. « J’aimerais vraiment faire [une collaboration hip-hop] mais il faudrait que ce soit la bonne. Je ne cherche pas activement à le faire mais je garde définitivement l’idée dans un coin de ma tête, au cas où je tomberais sur un truc passionnant. Je ne dis pas que je ne le ferais pas à moins d’être en featuring avec Jay Z, pas du tout ! Si je tombe sur un rappeur inconnu que je trouve formidable, je le ferais totalement ! J’aimerais aussi faire quelque chose avec une chanteuse. Mais à nouveau, il faut que ce soit la bonne et je pense que c’est le genre de chose qui doit arriver naturellement plutôt que d’être arrangé. J’attends le jour où je croiserai le chemin de Lianne La Havas pour lui dire ‘Hey ! Hey, chante sur mon morceau !’. Je la trouve incroyable. Je peux quasiment dire que je l’aime. » 

Mais encore une fois, parfois il ne suffit pas de suivre son cœur : il faut aussi écouter son compte en banque, ce qui explique pourquoi le son de son EP Howl est relativement différent de Solid Ground, son dernier projet. « En réalité, Howl était un EP réalisé sur base d’un besoin. J’avais vraiment besoin d’enregistrer quelque chose pour de bon parce que je ne l’avais pas fait depuis longtemps, depuis la fin de Vagabond. Donc c’était presque une nécessité et c’était aussi quelque chose que Tommy (ndlr : Tommy Sheen, son guitariste, co-producteur et co-auteur) et moi avons fait pour notre propre bien. Et nous avons eu beaucoup de chance – je pense – d’avoir plus de réactions positives qu’on ne l’aurait cru parce que c’était un EP très personnel, très intime. S’il était si épuré, c’était dû à des restrictions financières – je l’ai financé en travaillant dans un bar, comme beaucoup d’autres avant moi d’ailleurs, mais cela signifie que notre temps en studio était limité et puis, en tant que producteurs, cela reflétait également notre niveau, ce dont nous étions capables à l’époque. Nous avons travaillé avec un ingénieur très talentueux : Jasper Dent. Donc voilà le pourquoi du comment. Quand on a terminé l’EP Howl, on était catégoriques : notre prochain projet serait plus évolué d’un point de vue production. On était vraiment motivés pour faire un EP acoustique avec très peu de batterie parce que ça laisserait beaucoup de zones ouvertes. » Parallèlement, certaines chansons sont le fruit de sessions de travail qui durent parfois des années. C’est le cas de Solid Ground, qui « revient de loin et a connu plusieurs tenues différentes » depuis l’enregistrement de la première démo, il y a environ deux ans. Après de maintes retouches, Alex Vargas et Tommy Sheen s’apprêtent à faire défiler le titre dans son look final. La version live entendue ce soir-là se rapprochait, d’après Alex, du nouvel enregistrement studio et je vous garantis que c’était définitivement de la haute couture.


(Attention : ceci n’est PAS la dernière version du morceau !)

TROUVER LE JUSTE MILIEU

Un premier album est désormais en cours et devrait être précédé d’un autre EP. « On choisit actuellement les chansons qu’on y mettra et, pour la première fois, on s’attaquera aux radios. Mais donc, oui, on travaille sur cet album mais quand va-t-il sortir ? Je ne sais pas. J’espère dans le courant de l’année mais on ne sait jamais », m’a-t-il annoncé. Sur le plan musical, il promet un entre-deux, avec « une production plus étoffée que celle de l’EP Howl mais on incorporera probablement un peu plus de guitare acoustique. Je ne me suis pas encore tout à fait décidé, on planche toujours là-dessus mais je trouve que l’EP Solid Ground EP était assez intense – on a pris le parti de faire quelque chose de très sonore. The Jester était un titre très agressif ; j’avais de la colère en moi, j’avais besoin de crier !, a-t-il plaisanté. Donc je pense que l’on va légèrement adoucir tout ça mais c’est à voir : c’est en constante évolution et on a des chansons dans les deux extrêmes – certaines ont une production très massive et d’autres sont très épurées. » Du moment que la patte Vargas est toujours là, ça me va. Parce que, quand j’ai rencontré Alex, j’ai en fait réalisé qu’il ressemblait finalement beaucoup à sa musique : il a les pieds bien sur terre tout comme sa voix est profondément ancrée dans le sol, mais il peut aussi être très léger, à l’instar de ses mélodies souvent aériennes. Quand je l’écoute chanter, le contraste est tel que j’ai parfois l’impression que l’on saisit mon cœur et j’en ai littéralement le souffle coupé l’espace de quelques secondes. Je sais, c’est plutôt intense. Mais ainsi est sa musique. Et lorsque l’un de ces petits instants magiques est survenu en le regardant sur scène samedi dernier, je me souviens avoir pensé « C’est impossible qu’il ne soit pas partout dans mon petit écran et sur les ondes d’ici quelques années ». Je l’imagine totalement parmi les sélectionnés du BBC Sound of… disons 2016 ? C’est en tout cas tout le mal que je lui souhaite.


Ceci n’est pas une vidéo de sa performance belge mais Shackled Up faisait partie de sa setlist et j’en suis tout bonnement tombée amoureuse, au point de l’écouter en boucle, et ce plusieurs fois par jour ! Alex, si tu me lis : sors ce titre ! 

Restez connectés car je posterai la semaine prochaine la deuxième partie de notre interview et vous aurez cette fois droit à un petit aperçu de sa playlist actuelle et de ses derniers coups de cœur musicaux…

Aimez Alex, suivez Alex.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Urbansoul 6753 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines