Magazine Société

Le cousin et l'intrus

Publié le 28 février 2015 par Assouf

Le cousin et l'intrus

Communauté de l'Etre vs Société de l'Avoir (source image)

Hier soir se tenait une conférence de Francis Cousin, à l'initiative d'E&R-Rhône-Alpes et non pas du NPA, comme on aurait pu le penser, si on était encore naïf. Francis Cousin. Il nous prévient assez tôt n'avoir aucune originalité, se contentant de passer de transmettre ce qu'il y a chez Guy Debord, chez Marx surtout. Je crois que c'est assez vrai. 
Pour résumer, il existait des communautés de l'Etre où la vie était totale et non pas segmentée déchirée, et qui sont passées à des sociétés de l'Avoir où l'humanité est chosifiée. C'est le premier abruti qui a eu l'idée du troc. Hop! Wall Street était déjà là... en potentialité... en devenir implacable. Alors untel est devenu mécanicien, untel boulanger, untel artiste, etc. Il manquait alors à l'humanité sa totalité, sa communauté et donc la philosophie, l'art, etc. sont né-e-s en compensation de ce manque. Tout était sacral, et tout est devenu : profane vs. sacré. Le capitalisme, l'Argent, ayant pour rôle de faire reculer inexorablement le sacré pour tout transformer en profane. Fétichisme de l'Argent. 
C'est la marche de l'Histoire montrée par Hegel et Marx. La radicalité de Marx, et c'est le cœur du discours du cousin, c'est qu'il critique l'économie politique - c'est en gros : à bas l'Etat, à bas l'économie, à bas l'Argent, à bas la démocratie. Alors que tous les marxistes, eux, ont proposé une autre économie politique... un capitalisme d'Etat. Un peu comme aujourd'hui, on nous bassine sans arrêt avec une auuuuutre Europe. Or, c'est mort! S'il y a Argent, on est foutus. 
Notre cousin s'attache ensuite à montrer, en incluant Debord et le situationnisme à l'affaire, que la baisse tendancielle du taux de profit conduit le capitalisme à aller s'ouvrir des marchés (la colonisation), puis, quand il n'y a plus de marché, à la guerre. Aujourd'hui, et depuis 1945, nous sommes dans la IIIe guerre mondiale. Sa forme est simplement différente. Nous sommes dans le spectacle Etatique du mensonge terroriste. DAECH = CIA. Directement ou dialectiquement - on s'en fout, ça c'est du travail de crétinisme journalistique. Mais pas simplement. Les brigades rouges, Action directe, etc. Dès les attentats anarchistes du XIXe, le terrorisme c'était l'Etat. 
Bon. Que faire? Fausse question! parce que tous les "faire" sont aliénés, digérés par l'Argent. Quand les Républicains prennent le pouvoir, ce sont eux qui fusillent les ouvriers. On ne prend pas le pouvoir. L'alternative, c'est de "courir devant" le capitalisme. Cousin ne croit pas aux luttes de libération nationales (ça leur fera plaisir, à E&R), les nations ayant été liquidées liquéfiées par l'Argent. Ce qui est mort est mort. Pas de retour en arrière. La "Restauration" est une fausse restauration. Ce qui sera possible, c'est de récréer une communauté de l'Etre mais universelle cette fois. 
Comment? Bon... On verra.
Vient alors le temps des questions du public. Un "intrus" s'énerve. Il explique être centralien et venir des "quartiers" et prend mal le terme "racaille" employé un peu plus tôt par son cousin. Il a eu tort de s'énerver, les "racailles" sont une fabrication skyrock donc de l'Argent. Et ça participe à la Grande Division. Justement! le simple fait d'évoquer ce problème suscite de la Division, puisque notre "intrus", se sentant visé, s'énerve et finit par partir. 
Un peu gênant et désespérant, parce que, alors que nous étions en train d'analyser le processus de déchirement de la communauté humaine, nous en avons vécu une illustration sans rien pouvoir y faire. On avait là un cas pratique que le théoricien n'a pas su traiter
Se pose encore la question du comment?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Assouf 935 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine