Magazine Science & vie

Le Monde selon la physique - PHYSICS WORLD ( fevrier 2015 ) 1 ère partie

Publié le 01 mars 2015 par 000111aaa

  Me trouvant actuellement en retard rédactionnel des traductions et nouvelles de  mes collègues anglo-saxons ,  je vais vous proposer CHERS AMIS LECTEURS  le résumé des 3 semaines de février 2015 réunies   , en commençant par des abstracts  des plus anciennes …Vous vous doutez que ce que j’avais a vous commenter de notre  Nucléaire national  était plus  urgent et  n’est d’ailleurs pas terminé ! J’ai trop de travail !

----------------------------------------------------------------------------------------

Le Monde selon la physique  - PHYSICS WORLD ( fevrier 2015 ) 1 ère partie

Photons simulate time travel in the lab

15 comments

Protocol could break quantum-encryption systems

Des physiciens en Australie (  Martin Ringbauer et  collegues ,  University of Queensland ; Brisbane) prétendent avoir simulé un voyage dans le temps en utilisant un équipement optique assez banal et  sur  banc de laboratoire . Ils  pensent avoir réussi  a préparer  des  photons qui se comporteraient comme s ils voyagaient le long de ces  raccourcis dans l'espace-temps connus sous le nom  de "courbes de temps  fermées».Ils ajoutent que leur travail pourrait aider dans la longue recherche de  l'unification de la mécanique quantique et de la gravité . D'autres, cependant, affirment que ce type de  recherche n’amène pas grand-chose  pour établir si un voyage dans le temps serait  possible dans la nature. Bien que l'expérience quotidienne suggère l'impossibilité de voyager soit en  avant soit en  en arrière dans le temps, la théorie générale de la relativité d'Einstein ne l'exclut pas formellement . La théorie permettrait  des boucles dans l'espace-temps courbes dites de temps  fermés qui pourraient être créés par des sources très puissante s de  gravité comme  celles des trous noirs. Ces structures seraient  susceptibles  de positionne un objet à un endroit et  à un temps à travers lequel il serait préalablement  déjà passé , via un raccourci entre les deux régions séparées de l'espace-temps désignées  comme  trou de ver

 Mon commentaire

Les boucles de retro version  à travers les trous de ver me semblent relever de la science fiction  basée sur des modèles mathématiques uniquement théoriques. La notion d’entropie macroscopique me  parait condamner à tout jamais les  voyages dans le temps ; , seul est admissible le flou infinitésimal  de l échelle sous quantique  autour d’un temps zéro   , d’ailleurs à définir …..

------------------------------------------------------------------------------------------

 

Le Monde selon la physique  - PHYSICS WORLD ( fevrier 2015 ) 1 ère partie

Planck pins down the end of the cosmic 'dark ages'

5 comments

Star formation began 100 million years later than previously thought

Les premières étoiles et structures à grande échelle dans notre univers sembleraient avoir été  formées beaucoup plus tard qu'on ne le pensait précédemment, selon les dernières cartes et es données provenant du télescope Planck de l'Agence spatiale européenne, qui a  scruté la lumière polarisée fossile de l'Univers primordial. Un nouveau calendrier de Planck identifie les moments  où la formation d'étoiles a commencé dans l'univers naissant. Ceci donne le  signal de  la fin des "âges sombres" cosmiques et savoir quand elle se est produite permettrait  d'améliorer notre compréhension des premières époques de l'univers.

 380000 années environ  après le Big Bang, son vestige thermique - connu sous le nom de  fond diffus cosmologique (CMB) - a émergé lorsque les atomes neutres se sont  d'abord formés et  que l'espace est redevenu transparent à la lumière. Bien que la CMB couvre l'ensemble du ciel à des longueurs d'onde dans le domaine  micro-ondes, il comprend également des informations détaillées sous forme de variations de température et de polarisation. Ces variations sont supposées  révéler  les fluctuations de densité dans l'univers primitif et constitueraient  les graines des étoiles et des galaxies que nous voyons aujourd'hui.

  Selon l’hypothèse  «  majoritaire  » , l'univers  quand il serait  devenu neutre,  serait  devenu pratiquement inobservable dans la plupart du spectre électromagnétique,car  tout le spectre à courte longueur d'onde émise a été rapidement absorbée par le gaz atomique. Cette période est n  dénommée  «âges sombres» et a prévalu jusqu'à  ce que certaines régions très denses aient  commencé à s’ effondrer grâce à la gravité etc

Mon commentaire

 L'univers actuel comporte un grand nombre de structures  : à grande échelle, il est homogène, mais est  irrégulier à petite échelle. L'observation de l'univers par l'intermédiaire du fond diffus cosmologique montre par contre que l'univers était à une  époque reculée  bien plus homogène qu'il ne l'est aujourd'hui mais la valeur de temps donnée ( 380000 ans après on ne sait trop quel type d’évènement initial ) reste pour moi  un problème  …

Il est donc supposé que les structures astrophysiques n’existaient pas à l’époque primordiale  mais se sont peu à peu formées. Le processus à l’origine de leur formation est d’ailleurs connu depuis les travaux de James Jeans en 1902 : c’est l’instabilité gravitationnelle ……

 Actuellement le Modèle standard de la cosmologie   reste   UNE CONSTRUCTION INTELLECTUELLE . Seul le  constat du fond cosmique est factuel  . Le processus de vieillissement de l’univers  dont je vous ai parlé maintes fois   ,  arriverait à l’issu de plusieurs phénomènes qui se succèdent lors du refroidissement   puis se superposent  lors  de  la libération du spectre électromagnétique  dans l espace , après une phase sombre  et  après ces 380000 ans   en laissant toutefois transparaitre ce qui s’était déroulé avant … VOIR MA PHOTO

recombinaison

--------------------------------------------------------------------------

Le Monde selon la physique  - PHYSICS WORLD ( fevrier 2015 ) 1 ère partie

Dark matter seen in the Milky Way's core

12 comments

Astronomers provide the first direct evidence that dark matter abounds in the inner part of our galaxy

Une équipe internationale d'astronomes (Fabio Iocco  ICTP South American Institute for Fundamental Physics  São Paolo  et collègues   en Suède et Pays bas  )    vient de proposer  encore   une  meilleure preuve  pour que le noyau interne de la Voie Lactée contienne  d'importantes quantités de matière noire. Le résultat confirmerait  la croyance de longue date  , à savoir  que le centre de la Voie Lactée est riche en la matière noire, tout comme ses régions extérieures. Bien que les chercheurs aient délibérément évité d'utiliser des modèles spécifiques précis  de la matière noire dans leur analyse, ils sont confiants que d'autres études du noyau galactique pourraient aider à identifier quels sont les modèles les plus viables.

La majorité des scientifiques  semble avoir admis l'existence de la matière noire du fait que les galaxies comme la Voie Lactée tournent plus vite que prévu  en périphérie   si elles étaient maintenues ensemble par les seules forces gravitationnelles entre la matière visible, comme le gaz, la poussière et les étoiles.

 Mon commentaire

Je me demande comment faire pour évaluer la présence de matière noire  dans une localisation précise , sans une détermination  préalable  des propriétés  des  «  particules » qui la constituent  et notamment sans pouvoir accéder expérimentalement à   leur  masse et à leur  densité volumique  . Cela ressort de la chasse astrale mais mathématique de «  fantômes pesants » !   ….J’aimerais que la physique de » laboratoire »   délimite au préalable  plus étroitement les propriétés de cette matière noire et sa relation avec la matière visible  et les formes d’énergie connues / ….


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


000111aaa 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine