Magazine Cinéma

L'enquête, film de Vincent Garenq

Par Mpbernet

Gilleslellouche

Cela se passait entre 2001 et 2009. Personne n'y a rien compris, tout le monde a presque oublié ...

Un scandale international, la dénonciation d’un système de recyclage d’argent occulte (fonds mafieux, pot-de-vin et rétro-commissions sur marchés publics, financement de partis politiques, etc …) logé dans une institution luxembourgeoise de compensation interbancaire tout ce qu’il y a de plus respectable : Clearstream.

Une affaire qui a secoué l’opinion à partir du moment où l'on a cru que des noms d’hommes politiques de droite comme de gauche figuraient parmi les bénéficiaires du système : Dominique Strauss-Kahn (déjà !), Jean-Pierre Chevènement, Alain Gomez (PDG de Thomson), Alain Madelin, et surtout Nicolas Sarkozy.

Une machination politico financière à l’échelle du siècle, mise en lumière par un journaliste d’investigations à la française, pourfendeur des injustices sociales : Denis Robert.

Charlesberling

C’est son point de vue qui est ici décrit : comment il se prend les pieds dans une machine infernale où il risque sa vie, la quiétude de sa famille, tout son patrimoine, en s’attaquant à la haute finance et son armée d'avocats et d'auditeurs soi-disant indépendants et à des intérêts encore plus sensibles qui ne reculent devant rien, pas même le meurtre.

Je me demande si les spectateurs qui n’ont pas suivi de près l’affaire comme nous  - nous sommes assez branchés « politique » - ont compris les ressorts de cette machiavélique histoire. Elle avait fait l'objet d'un documentaire de Daniel Lecomte en 2011 "Le bal des menteurs".

C’est pourtant assez clairement expliqué par le film, même si on en a raccourci certains des points aujourd’hui oubliés. Par exemple, tout commence par le dossier de la vente des frégates furtives à Taïwan : ou comment le prix définitif gonfle au moment du paiement … et qu’un jeune officier taïwanais décèle la sur-commission et en meurt …  On se souvient moins que la décision de vendre des navires militaires aux taïwanais déplaisait terriblement aux autorités chinoises et que le président Mitterrand avait fini par donner son accord après l’intervention de Roland Dumas et de sa douce amie, Christine Deviers-Joncourt. Déjà un scandale à l’échelle française …

Bref, c’est une histoire très complexe, et le journaliste Denis Robert s’en est trouvé complètement broyé, même si en Cour de Cassation il a finalement été reconnu de bonne foi et relaxé des attaques en diffamation engagées contre lui.

Je retiens l’excellence du casting : la prestation de Gilles Lellouche est impeccable – même s’il ne ressemble pas au héros de l’histoire – comme Charles Berling plus vrai que le vrai juge Renaud Van Ruymbeke, Laurent Capelluto (Imad Laoud), Eric Naggar (Jean-Louis Gergorin) et le général Philippe Rondot sont fantastiquement ressemblants.

Un film sur la responsabilité du journalisme, la difficulté pour l’investigateur de comprendre des domaines particulièrement techniques et la nécessité de faire appel à des consultants spécialisés, la manipulation des données informatiques pour des raisons politiques et de basses vengeances ; la vie réelle, quoi  !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines