Magazine Poésie

Promenages du jeudi

Par Elisabeth Leroy

Les promenades du jeudi après midi avec notre grand-mère se ressemblaient : une seule destination, la forêt. Il fallait savoir marcher pendant une bonne heure, en prenant son temps. Aidée de sa canne, elle aimait se promener avec nous, ses petits-enfants. C'était le seul jour avec le dimanche où elle pouvait profiter un peu de nous. 

A force de prendre toujours le même chemin, nous avions des repères et nous nous faisions des amis. Tel ce cheval, derrière la haie, dont je ne me souviens plus du nom, et que nous aimions appeler. Il nous regardait le regarder. Ce n'était pas tous les jours que l'on pouvait voir un cheval dans une prairie ou un enclos dans ce pays de vaches.

Une grande maison, un petit manoir, attirait également nos regards curieux. Le vaste jardin, bien entretenu pas ses propriétaires, était garni d'objets : nains, lapins, champignons et petits sujets en céramique. Combien de fois sommes-nous passés devant et avoir eu envie de rester un moment à regarder ces objets ? Pour nous, enfants, une telle vision ne pouvait que faire rêver. Et au retour de la promenade, nous nous arrêtions pour regarder encore.

Mon frère qui était l'aîné, farceur, aimait jouer au chef. Un jour il nous montre un petit chemin sur la gauche et nous dit : "par là on va à Paris". Nous regardions aussi loin que nos yeux nous portaient pour essayer de voir le bout du chemin. Nous ne connaissions rien de la géographie. Nous attendions la suite de son histoire. Mais il se mettait à rire en disant : "tous les chemins mènent à Paris, bien sûr"... Ma grand-mère répondait : "oui, si on veut, mais c'est un peu loin ; on n'ira pas aujourd'hui".

Au retour, elle nous payait un petit verre de limonade dans un café, à la sortie de la forêt. Elle discutait un peu avec la propriétaire. Elle était fière de montrer ses cinq petits-enfants. Nous repartions ensuite heureux de cette belle promenade. Nous retrouvions grand-père qui avait passé l'après midi au bord de la rivière. Il avait déjà rangé sa canne à pêche dans le garage et nous rejoignait dans la maison pour boire un bon café.

 

souvenirs,enfance,promenades,histoires,anecdotes,famille,nord
souvenirs,enfance,promenades,histoires,anecdotes,famille,nord

Les promenades du jeudi après midi avec notre grand-mère se ressemblaient : une seule destination, la forêt. Il fallait savoir marcher pendant une bonne heure, en prenant son temps. Aidée de sa canne, elle aimait se promener avec nous, ses petits-enfants. C'était le seul jour avec le dimanche où elle pouvait profiter un peu de nous. 

A force de prendre toujours le même chemin, nous avions des repères et nous nous faisions des amis. Tel ce cheval, derrière la haie, dont je ne me souviens plus du nom, et que nous aimions appeler. Il nous regardait le regarder. Ce n'était pas tous les jours que l'on pouvait voir un cheval dans une prairie ou un enclos dans ce pays de vaches.

Une grande maison, un petit manoir, attirait également nos regards curieux. Le vaste jardin, bien entretenu pas ses propriétaires, était garni d'objets : nains, lapins, champignons et petits sujets en céramique. Combien de fois sommes-nous passés devant et avoir eu envie de rester un moment à regarder ces objets ? Pour nous, enfants, une telle vision ne pouvait que faire rêver. Et au retour de la promenade, nous nous arrêtions pour regarder encore.

Mon frère qui était l'aîné, farceur, aimait jouer au chef. Un jour il nous montre un petit chemin sur la gauche et nous dit : "par là on va à Paris". Nous regardions aussi loin que nos yeux nous portaient pour essayer de voir le bout du chemin. Nous ne connaissions rien de la géographie. Nous attendions la suite de son histoire. Mais il se mettait à rire en disant : "tous les chemins mènent à Paris, bien sûr"... Ma grand-mère répondait : "oui, si on veut, mais c'est un peu loin ; on n'ira pas aujourd'hui".

Au retour, elle nous payait un petit verre de limonade dans un café, à la sortie de la forêt. Elle discutait un peu avec la propriétaire. Elle était fière de montrer ses cinq petits-enfants. Nous repartions ensuite heureux de cette belle promenade. Nous retrouvions grand-père qui avait passé l'après midi au bord de la rivière. Il avait déjà rangé sa canne à pêche dans le garage et nous rejoignait dans la maison pour boire un bon café.

 

souvenirs,enfance,promenades,histoires,anecdotes,famille,nord
souvenirs,enfance,promenades,histoires,anecdotes,famille,nord


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Jeudi

    Jeudi

    Space Space Jeudi se fait caresseSpace sous sa Spacepatte de velours Jour de liesse Pour tous les matous des alentours PrĂŠnom plein de... Lire la suite

    Par  Patricia Oudot
    POÉSIE
  • Jeudi

    Jeudi

    Space Space Au p'tit coeur de l'hiver,coulent les larmes des nuages parnassiens Leur poésie s"écoule en perles de vers et éclatent sur les nez... Lire la suite

    Par  Patricia Oudot
    POÉSIE
  • Jeudi

    Jeudi

    Space Tournent nos manèges Cheveux aux vents Tournent nos vies PassÊ simple ou prÊsent SpaceTournent nos aiguilles Tic ,tac entêtant Tournent nos... Lire la suite

    Par  Patricia Oudot
    POÉSIE
  • Jeudi

    Jeudi

    (vue sur Avanne et Spacele Doubs depuis le mont Planoise ,Besançon) Space Space là haut sur la montagne,le vent décoiffe les cheveux et les... Lire la suite

    Par  Patricia Oudot
    POÉSIE
  • Jeudi

    Jeudi

    Space Space A Gilly-lès-Cîteaux ,ce sera Spacejour de "repas de cochon" Pour oublier le froid de Janvier et le ciel bien grognon Surplombant... Lire la suite

    Par  Patricia Oudot
    POÉSIE
  • Jeudi Saint

    Jeudi Saint

    Space C’est ton dernier repas, Seigneur. Tu partages le pain, tu partages le vin. Mais avant tu fais ce geste si humble et pourtant si fortSpace: tu... Lire la suite

    Par  Pestoune
    TALENTS
  • Jeudi

    Jeudi

    Space Jeudi marche tout doux sur les plates bandes de Walter ParsemÊes des fleurs du mal si chères à monsieur Baudelaire Il goÝte la confiture verte... Lire la suite

    Par  Patricia Oudot
    POÉSIE

A propos de l’auteur


Elisabeth Leroy 950 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines