Magazine High tech

L’OQLF ajoute six nouveaux termes à son Grand dictionnaire terminologique

Publié le 10 juin 2015 par _nicolas @BranchezVous
L’OQLF ajoute six nouveaux termes à son Grand dictionnaire terminologiqueFlorian Strzelecki">"> Québec

La perche à égoportrait, l’au-delà numérique, le webrepérage, le visionnage en rafale, le déballage vidéo, voilà les expressions proposées par l’Office québécois de la langue française. Allez-vous les utiliser?

En avril dernier, le journaliste Marc-André Sabourin a demandé aux lecteurs de L’Actualité de soumettre leurs suggestions visant à traduire plusieurs expressions anglophones récentes ayant envahi notre vocabulaire ces dernières années.

Au total, 114 termes ont été proposés à l’OQLF dans le cadre de cette initiative. L’organisme a annoncé cette semaine avoir retenu cinq de ces expressions technologiques qui n’avaient pas d’équivalent en français. Les voici…

Perche à égoportrait

Définition : Perche télescopique munie d’une pince pouvant tenir un téléphone intelligent et qui est principalement utilisée pour faire des égoportraits.

selfiestickjaponfrance

Voilà donc comment l’OQLF suggère de remplacer selfie stick. Parmi les autres propositions, on retrouvait le mot-valise «narcistique», qui évoque l’appellation anglophone, mais qui n’a toutefois pas remporté la faveur des linguistes. Le terme «égoperche» a également été rejeté, malgré le fait qu’il soit court et facilement mémorisable.

La terminologue Julie Lescault, qui s’est penché sur la traduction de selfie stick, a souligné que les termes choisis doivent pouvoir être utilisé hors contexte. Des critères auxquels les expressions «narcistique» et «égoperche» ne répondent pas. Voilà pourquoi les linguistes ont privilégié «perche à égoportrait», qui reprend notamment la francisation «égoportrait» pour selfie que suggère déjà l’OQLF.

Au-delà numérique

Définition : Ensemble des biens et des traces numériques d’un internaute qui restent en ligne après sa mort.

Le deuil sur Facebook

Cette traduction de digital afterlife a le mérite d’être claire. Si plusieurs francophones ont toujours de la difficulté à intégrer «égoportrait» dans leur vocabulaire, notamment parce que le mot «autoportrait» est déjà à leurs yeux la traduction de self portrait et selfie (même si une nuance subsiste tout de même entre ces deux expressions), difficile d’imaginer qu’il en sera de même avec «au-delà numérique».

D’ailleurs, bon nombre d’articles sur la Toile utilisaient déjà précisément ce terme. Devant la popularité de celui-ci, mais surtout sa conformité, l’OQLF en a ainsi fait sa recommandation principale.

Webrepérage

Définition : Pratique consistant à recherche un produit en ligne, généralement au meilleur prix, avant d’en faire l’achat en magasin.

L’OQLF ajoute six nouveaux termes à son Grand dictionnaire terminologique

Si vous n’avez jamais entendu parler de webrooming (c’est d’ailleurs notre cas), le mot désigne la pratique inverse de showrooming, soit le fait de comparer des produits en magasin avant d’en faire l’achat en ligne et à meilleur prix.

Par conséquent, la francisation «webrepérage» répond-elle au premier critère de l’OQLF, soit de s’assurer que le besoin s’avère réel? Lecteurs experts en magasinage, prière d’éclairer nos lanternes à ce sujet dans les commentaires de cet article.

Visionnage en rafale

Définition : Pratique qui consiste à regarder plusieurs épisodes d’une émission, généralement une série télévisée, les uns à la suite des autres et sans interruption.

netflix

Devant l’expression binge watching, plusieurs ont suggéré des équivalents francophones qui préservaient le comportement excessif évoqué par binge, comme «boulimie télévisuelle», «compulsiviser», «gavage télévisuel», «télégloutonerie» et «visionnement compulsif».

Malgré la connotation péjorative du terme anglophone toutefois, le fait de regarder la télévision pendant des heures n’a rien de compulsif ou maladif aux yeux de la terminologue Johanne Maltais, responsable de sa francisation. Voilà pourquoi le terme «visionnage en rafale» a donc été retenu. Sans compter que l’expression a déjà été utilisée à plusieurs reprises, notamment depuis la montée en popularité de Netflix.

Déballage vidéo

Définition : Déballage d’un produit neuf acheté par un consommateur, généralement accompagné de commentaires, filmé et diffusé sur le Web.

Major Nelson

S’il y a une expression dans le lot dont la francisation était quelque peu inutile, c’est bien unboxing. L’OQLF a opté pour «déballage vidéo», une expression qui a d’ailleurs le mérite d’être plus claire que sa version anglophone. À noter cependant que la définition nous semble un peu trop pointue : plusieurs vidéos du genre mettent en vedette un produit qui pourtant n’a jamais été acheté par celui qui en fait le déballage.

Des recommandations, et non des directives

Maintenant, il est important de souligner que les expressions ci-dessus ne sont que des recommandations de l’OQLF, et non des directives. L’organisme a d’ailleurs insisté auprès du journaliste pour dire qu’ils ne sont pas des dictateurs de la langue.

Le choix des mots lors de la rédaction d’un article est toujours une tâche très délicate, particulièrement sur le Web. Branchez-vous, fier d’être un média québécois et francophone, bénéficie d’un lectorat européen important. Par conséquent, nous sommes souvent confrontés à devoir choisir entre un terme plus utilisé en France, et un autre plus populaire au Québec.

Je profite donc de l’occasion pour vous remercier de votre compréhension lorsque vous croisez un article qui valse entre les mots «batterie» et «pile», ou «téléphone intelligent» et «smartphone».


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


_nicolas 159485 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine