Magazine Humour

Bref. J’ai passé un entretien d’embauche surréaliste

Publié le 10 juin 2015 par Ma_zelle @ma_zelle

yhtgrC’était il y a quelques semaines déjà. J’avais promis un compte rendu ; j’ai mis le temps mais il est là!

Me voilà donc le jour J, la peur au ventre au départ.Dans cette « mini » épreuve, j’ai embarqué ma femme (qui a eu la patience de m’attendre 1h30 dans la voiture). Nous sommes arrivées très en avance : je devais récupérer des papiers chez moi et vu que tout est en carton, j’avais peur de galérer à les trouver. Bol ou pas, je suis tombée dessus en moins de 3 minutes. Nous avons donc été au Mac Do du coin et forcément en attendant l’heure du RDV, nous avons pas mal discuté envisagé plein d’hypothèses.

Soyons réaliste, vu les temps qui courent, il est inenvisageable pour moi de lâcher mon poste actuel -même avec toutes les conditions merdiques- pour quelque chose d’incertain. Ainsi, dans la voiture avant d’y aller je disais à ma femme que l’idéal serait de commencer en septembre comme ça je fais ma saison mais je ne « casse » pas de contrat pour aller je-ne-sais-pas-où, sans un minimum de sécurité (surtout que la société n’a même pas 1ans). Au mieux je tiens le coup, et je mets de la thune de côté, au pire je ne tiens pas et je peux partir sans pression car j’ai une solution à venir…

Me voilà donc devant la porte -rose- je souffle un grand coup : je n’ai à perdre, c’est eux qui m’ont contacté, je suis en position de « force ». Une dame m’ouvre… c’est parti, la balle est dans mon camp.
Elle me demande de raconter mon parcours avec ce qui m’a le plus plu et déplu à chaque étape… je commence sereine. C’est un exercice que l’on a fait dans le cadre de mon suivi APEC 3 jours avant, où le gars qui me suit m’avait fait quelques remarques ; Du coup, je suis à fond : c’est l’occasion de les appliquer!
J’explique que ma première expérience a été la meilleure mais que le statut associatif me limitait dans mon évolution, notamment salaire. Je lui ai dit que je m’étais investie plus que de raison car j’étais passionnée. J’étais jeune mais qu’à un moment ça ne colle plus avec les aspirations personelles.
Elle rit : « quand on est jeune on veut tout mais j’estime que tout travail mérite salaire »
-bon point-
2ème expérience… celle que j’ai partagé ici même car besoin d’en parler : victime de harcèlement moral et physique, licenciement abusif bref. Je n’aime pas en parler et j’avoue avoir du mal à trouver du positif dans tout ça. Vu le détail dans mon CV, elle m’interpelle de suite sur la charge de travail…. « mais ça n’était pas trop? « . Elle a tapé juste. Pile poil. Vu qu’une des valeurs de sa société c’est l’intégrité, je décide de tout balancer. C’est normalement déconseillé de « cracher » sur ses anciens employeurs et parler de licenciement, mais je m’en fou. Ca passe … ou ça casse !
Et bim. Dans le mil. Elle a connu ça elle aussi… elle a même perdu un proche qui a fini par se suicider suite à du harcèlement moral !
« Je comprends mieux pourquoi vous êtes saisonnière alors que vous avez un bac+6… vous n’avez jamais réussi à fermer la porte entièrement et vous êtes bloquée dans un schéma négatif. Tout s’explique! »
Nous avons continué à échanger ; elle me parle de mon profil et m’explique que je suis quelqu’un qui a besoin de renouveau permanent, de changement, de missions diversitées qui obligent à se creuser le cerveau. Je ne peux pas me contenter d’un poste où on évolue qu’au niveau du salaire, même si c’est important aussi…. elle m’a dit que je n’étais pas quelqu’un faite pour la prospection mais qu’en revanche dans la construction de relation de confiance et cocooning avec le client, j’étais forcément très douée. Je l’ai écouté pendant 10minutes me parler de moi comme si elle me connaissait depuis 10ans. Juste incroyable. Je reste sans mot.

S’en vient des questions propres à mon métier : mise en situation concernant la communication de la société ; ce que j’en pense et ce que je ferai. J’ai clairement remis en question sa charte graphique et un des supports de communication non adapté à la société à mon sens. Il s’avère que la charte n’est pas celle qu’elle avait demandé et qu’elle venait de la recevoir le matin même. Quant au support elle trouve mon argumentation pertinente et surtout ravie que je dise réellement ce que je pense sans chichi-pompon.
Côté partenariats, idem j’ai proposé des idées. Elle m’a montré ce qu’elle a écrit le matin même : la même chose. Mieux jai trouvé 2 partenariats qui ont fait mouche…. elle m’a alors dit : « je note mais vous savez que c’est la 1 ère chose sur laquelle vous allez travailler? Votre vision des choses est concise, claire et apporte une touche d’originalité qui fait la différence. Ça me plaît. Pas de fioritures, votre analyse est juste et vous savez dire les choses en argumentant sans froisser, même si vous allez à l’opposé de ce qui est proposé, vous n’hésitez pas à vous mouiller, même pendant un entretie ».
Mon profil, et particulièrement mon expertise en communication, ont fait mouche. Elle ne veut que les meilleurs (les meilleurs ? Merde). Reste juste un hic : mon problème de manque de confiance lié au harcèlement moral/physique.

Elle m’explique alors le processus de recrutement normal : 400h de formation financés par Pole suivi d’une obligation d’embauche en cdi et sans préavis. Elle a conscience que la rémunération de pôle est très limitée pendant ladite formation. Elle me propose alors de faire ma saison tranquilement pour anticiper (=mettre un peu de sous de coté), et vu qu’elle n’a pas le droit de me rémunérer légalement au moment de la formation, elle m’offre de me faire bénéficier des frais d’essence pour compenser le manque à gagner. En revanche 400h, c’est beaucoup trop selon elle.
De toute façon, il lui reste 7 personnes à recruter et elle n’a pas l’équipement pour le moment : alors pas de précipitations, jouons la sécurité.
Nous voilà à calculer en fonction de mon planning en septembre afin que je puisse travailler 15 jours, avoir du repos…. ça fait 158h. Elle me demande quel jour de congé je souhaite ? Malgré tout pour elle, 158h c’est trop mais vu mon passif (harcèlement) ça va me rassurer et je serai sereine. Elle me parle également, si je le souhaite, de coach privé (pris en charge) pour fermer toutes les portes… et pour que je sois complètement opérationnelle.
Elle se dépêche de me faire le papier officiel arrêtant tout ça : formation, congé, CDI sans prévis etc afin que j’ai l’esprit tranquile : pas de stress d’un faux plan. Pour personne.
J’ai peine à y croire… tellement ce fût surréaliste, à l’écoute. Tellement elle m’a cerné, proposé des solutions, des arrangements. Un CDI, statut cadre. J’vous jure, je n’arrive pas à assimiler l’information. D’ailleurs, la seule personne au courant c’est ma femme et je garde le secret tant que je n’ai pas une trace écrite.

Voilà où j’en suis : une proposition en or, une énorme opportunité, un entretien tellement idyllique que j’ai encore peine à y croire et l’attente de ce papier qui arrêtera (enfin!) définitivement cette offre. Je suis d’un naturel très optimiste et pourtant là, je n’arrive pas à y croire. Je suis mitigiée entre la joie, la peur de la « fausse joie ». J’attends ce papier depuis 1 mois… Alors j’ai mis ça sur le compte des ponts (Pole Emploi et les ponts, j’imagine bien que ça doit être un sacré bordel!). Je l’ai relancé 2 fois, sa dernière réponse fût qu’elle me contactait fin de semaine pour fixer un autre RDV. J’attends, la boule au ventre ; vous n’avez même pas idée !

Bref. J’ai passé entretien d’embauche surréaliste
0
Bref. J’ai passé entretien d’embauche surréaliste
0   

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Objectif : Salle de bain!

    Objectif Salle bain!

    En Aout, j’ai 3 semaines de vacances ! Plus de 10 ans que ça ne m’était pas arrivé!Compte tenu du fait que mon entourage proche bosse (saison! Lire la suite

    Par  Ma_zelle
    HUMOUR, INSOLITE
  • Non, Madame, ma ville n’est pas pourrie!

    Non, Madame, ville n’est pourrie!

    Au détour d’une ballade avec une de mes chiennes, une dame arrive à me taper un brin de causette. Au fil de la discussion, j’apprends qu’elle vient de Lille et... Lire la suite

    Par  Ma_zelle
    HUMOUR, INSOLITE
  • Liberté d’expression et blog ?

    Liberté d’expression blog

    Voilà maintenant la 3ème fois que je suis contactée par des sociétés « spécialisées » dans le SEO/digital web pour me demander de retirer des liens/badges... Lire la suite

    Par  Ma_zelle
    HUMOUR, INSOLITE
  • Réapprendre à vivre ?

    Réapprendre vivre

    Voilà ma leçon du moment : réapprendre à vivre, à m’organiser, à gérer, à apprécier les petits bonheur –quels qu’ils soient– de la vie, claquer la portes au... Lire la suite

    Par  Ma_zelle
    HUMOUR, INSOLITE
  • [Scène du jour] Incivilité

    [Scène jour] Incivilité

    Il est 2h30 du matin, j’entends une femme hurler dehors. Forcément je sors… Sait-on jamais : une agression, un mari violent, et j’en passe. Je m’imagine déjà... Lire la suite

    Par  Ma_zelle
    HUMOUR, INSOLITE
  • [Scène du jour] Mon chien est un boulet

    [Scène jour] chien boulet

    Te taper 2h de ménage, à récurer, nettoyer, balayerrrr, astiquer, lors de ton seul et unique jour de repos.Partir 10minutes pour chercher du pain. Lire la suite

    Par  Ma_zelle
    HUMOUR, INSOLITE
  • Homo animalus

    Homo animalus

    Billet présenté dans le cadre de l’event #psSortDuPlacard le 27 juin 2015 et diffusé simultanément sur Podcast Science et ScienceABilly. Lire la suite

    Par  Taupo
    INSOLITE

A propos de l’auteur


Ma_zelle 137 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines