Magazine Cuisine

Chablis : Domaine Pattes Loup : Beauregard 2010 et Châteauneuf du Pape : Domaine Charvin 2005

Par Daniel Sériot

Lors de la soirée entre amis proches qui a suivi la séance de dédicace du livre de mon épouse « Aux Portes du Vin » à Saint Emilion, j'ai ouvert une bouteille de Chablis Beauregard 2010 de Thomas Pico. Ce vin a plutôt divisé l'assemblée (notamment les personnes qui n 'avaient jamais goûté les vins de ce producteur), qui dans son ensemble a été très surprise de la très grande maturité des raisins, et d'une fraîcheur plutôt basse, qui n'est pas le caractère dominant des vins de cette appellation. J'ai regoûté le reste de la bouteille le lendemain ( voir le commentaire).

De nombreux dégustateurs évoquent dans leurs commentaires des vins très tanniques, fermés, et même durs dans le millésime 2005 en Rhône nord et sud. J' ai débouché et mis en carafe deux heures avant la première dégustation une bouteille de Châteauneuf du Pape 2005 du Domaine Charvin. Le vin s'est très bien goûté le premier jour et encore mieux le lendemain. Les tannins sont bien enrobés , sans aucune dureté, juste un peu plus fermes en finale ; la palette aromatique un peu discrète à l'olfaction est expressive en bouche. Le vin évolue très positivement pour offrir une grande bouteille dans 4 à 5 ans

P1020432

P1020434

Chablis : Domaine Pattes Loup : Beauregard 2010

P1020437

La robe de couleur or soutenu est brillante. Le nez bien ouvert évoque les fruits bien mûrs ( citron et oranges), et les épices orientales appuyées. L'attaque est très charnue, le vin se développe ample , dense, concentré dans un centre rehaussé de fruits épicés. La finale est riche et persistante (fruits, et épices), avec une fraîcheur sur le fil ( tout juste suffisante à mon goût), et l'allonge est modérée en termes de structure. Noté 15, même note plaisir

P1020433

Châteauneuf du Pape : Domaine Charvin 2005

La robe est assez profonde, de teinte pourpre. Le nez un peu discret, s'ouvre à l'aération sur des arômes ce cerises légèrement kirschées, de chocolat, d'épices variées, avec des notes d'herbes aromatiques. La bouche est veloutée, les tannins fins et mûrs se trament dans un corps dense et profond, agrémenté de très expressifs fruits finement épicés. La finale est longue avec des tannins un peu plus fermes ( le grain restant enrobé), soutenue, harmonieuse, bien mise en valeur par les saveurs décelées à l'olfaction ( dont un délicieux chocolat «  mon chéri ») et ponctuée par une petite note végétale mûre. Noté 17,5, note plaisir 17( le deuxième jour).

Posté par Daniel S à 00:01 - Dégustations éclectiques - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines