Magazine Humour

Quand ton patron ne peut plus te payer…

Publié le 11 juin 2015 par Ma_zelle @ma_zelle

Quand ton patron ne peut plus te payer…Voilà, outre les conditions de travail déplorable, j’étais jusque là motivée (comme beaucoup de salarié!) par l’aspect financier. A défaut de m’éclater au taf, il restait un job au moins alimentaire. Me permettant d’avoir une vie « normale ».

Mais ça c’était jusqu’à Avril.
Avril. Mon patron traine à me payer. Vu leur organisation, pas une seconde je n’imagine une autre raison. Il me file la moitié : sa femme a pas eu le temps de faire le calcul du nombre d’heures etc. Une semaine après je reçois la seconde partie. L’affaire est close.
Nous voilà en mai. Tous les ponts etc. Je bosse. Je fais pas mal d’heures mais beaucoup moins que ce que j’aurais dû faire. Ils me font fermer tôt, pas de nocturne contrairement à mes voisins. Bon. Vu le manque d’entrain concernant ma boutique, pas d’inquiétude. Cela dit, ça m’embête quand même car moins d’heure = moins d’argent pour moi.
Arrive la fin du mois. Rien. Pas de salaire. 3 juin. Rien. J’y vais : « et mon salaire ? »
Là ils m’expliquent que je vais l’avoir en plusieurs fois : ils n’ont plus rien, et je n’ai pas rentré assez d’argent (en même temps je bosse 8h par jour pour faire 5euros de vente! Il n’y a … personne !).
Ils me filent un tiers.
4 jours plus tard je réclame la suite : ma voiture est tombée en rade, 150 euros de batterie et puis de toute façon j’ai des factures !!). Ils me filent une autre partie. A ce jour, nous sommes le 11. Je n’ai eu que les 2 tiers de mon salaire. Mieux, vu qu’ils ne peuvent pas me payer, ils ne me font bosser que le week-end. Donc 16h/semaine. Ce qui veut dire que le peu que je bosse ne me suffira pas à vivre non plus. Et en même temps, si ils me font bosser, ils ne peuvent pas me payer… le serpent qui se bouffe la queue. En 4 ans, c’est la 1ère fois que je le vois dans cet état là : vraiment très mal par rapport au magasin. Je connais mes chiffres, mais il m’a montré aussi les comptes bancaires de la boite. Je sais aussi que pour me payer il a mis de sa poche. Idem, je le vois tous les jours bosser pour rentrer un peu d’argent et il me file tout au fur et à mesure. Bref. Ils sont vraiment vraiment dans la merde. Et moi avec.

lkbnn
Comme je vous l’ai dit dans mon précédent billet, j’ai trouvé un autre boulot (ici : bref, j’ai passé un entretien surréaliste) mais démarrage en septembre, et surtout je n’ai toujours pas reçu la promesse d’embauche écrite (dans le doute, je n’ai mis absolument personne au courant)… Vu la situation, je suis tendue comme un string et je me pose 25000 questions : et si elle me faisait un faux plan ? Je suis censée avoir un autre RDV avec elle dans les prochains jours et je pense lui dire ma situation actuelle (=mes patrons ne peuvent plus me payer), sait-on jamais si elle peut avancer les dates. Mais au delà de ça j’aimerai avoir la certitude d’avoir ce poste, ce qui me laisserait souffler un grand coup! Voilà aussi pourquoi j’attends autant après ce fameux « papier » officiel…
En attendant cette promesse écrite, j’ai repris la course à pied (pour évacuer les tensions) et surtout, je postule à tout ce qui passe : CDD, CDI, dans la communication, la vente, le saisonnier. En 48h j’ai du envoyer une 100aine de CV.
J’ai mis Pole Emploi sur le coup, ainsi que tous mes voisins (du magasin) au courant que je cherchais ailleurs. Il est évident que j’ai décidé de ne pas continuer avec mon patron actuel car être payée en 3 fois, c’est juste ingérable, mais je n’ai pas pour autant démissionné. Je suis sur le fil du rasoir à me demander comment je vais me dépatouiller de cette situation… Vais-je avoir ce papier ? Vais-je trouver autre chose ?
Je ne veux pas le mettre aux Prud’Hommes. Et pourtant j’aurai 10000 raisons de le faire. Mais il m’a quand même bien aidé à plusieurs reprises et même si sur beaucoup de choses c’est un co**, je ne me vois pas cracher sur lui de cette façon là. Disons que c’est une histoire très longue et complexe dont vous n’avez qu’une infime partie à travers mon blog. Bref. Ma pire « vengeance » serait de partir ailleurs du jour au lendemain (vu qu’en plus ils viennent de virer ma vendeuse comme une merde en plus et ce, sans me prévenir).
A la moindre occasion/opportunité, je partirais donc sans aucun scrupule et j’peux vous dire que là, par contre, il n’a pas intérêt à me poser le moindre problème concernant le préavis… car là pour le coup, je n’aurai aucune pitié…

Voilà vous comprennez à présent le pourquoi je me mets une pression monstrueuse concernant les relances mail : ne pas savoir quoi écrire, ne pas passer pour la « harceleuse », ne pas faire de faux pas etc. Pourquoi aussi je suis moins présente : recherche d’un taf à 300%.

Bref. C’est vraiment la merde!

Quand patron peut plus payer…
0
Quand patron peut plus payer…
0   

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ma_zelle 137 partages Voir son profil
Voir son blog

Dossier Paperblog

Magazines