Magazine Culture

C'est l'histoire de Dracula qui rencontre La Mort ...

Publié le 11 juin 2015 par Tepsy @AmelieNaud
Aujourd'hui chez les terriens ... une geekette est triste pour les méchants du cinéma.
Car si vous ne le savez pas encore, Sir Christopher Lee est décédé ce dimanche 7 Juin 2015, à l'âge de 93 ans. Et si beaucoup s'en rappelleront comme Saroumane, le vilain mage blanc à la solde de Sauron dans le Seigneur des Anneaux, ou peut être comme le Comte Dooku, alias Darth Tyranus, dans la Prélogie Star Wars, il en est d'autres qui s'en souviendront aussi autrement ...
C'est l'histoire de Dracula qui rencontre La Mort ...
225 films. Oui, "rien que ça". Et ce depuis 1946, alors qu'il avait 24 ans. 

C'est l'histoire de Dracula qui rencontre La Mort ...

Il avait la classe ce grand bonhomme


Une bien belle et longue carrière donc. Et c'est assez incroyable, quand on regarde la filmographie de ce monsieur, de voir tous les rôles qu'il a joué, tous ces personnages qu'il a incarné, et de se rendre compte que la plupart étaient de bons gros méchants. Le plus célèbre : le Comte Dracula !

C'est l'histoire de Dracula qui rencontre La Mort ...

Comme vous avez de belles dents !


Il faut dire que le rôle de méchant, ça lui allait plutôt bien : grand, imposant même, avec de grandes mains aux longs doigts, une voix caverneuse, un regard sombre et pénétrant ... S'il avait joué Albus Dumbledore à la place de Micheal Gambon, après la mort du premier acteur Richard Harris (lui et Ian MacKellen étaient pressentis pour le rôle), le bon vieux sorcier protecteur aurait eu une toute autre image !

C'est l'histoire de Dracula qui rencontre La Mort ...

La créature de Frenkenstein


Il incarna donc Dracula (plus de 10 fois), la créature de Frenkenstein, Scaramanga (L'homme au pistolet d'or, un des James Bond), Raspoutine, Fu Manchu (5 fois), puis plus récemment Saroumane et le Comte Dooku (qu'il double aussi pour la série animée The Clone Wars), pour ne citer qu'eux, car il y en a eu bien d'autres. Mais ses rôles ne se limitent pas à des personnages visibles. Mais quand Sir Christopher Lee fait de la figuration, ça dépasse bien vite le second rôle !

C'est l'histoire de Dracula qui rencontre La Mort ...

Travailler avec Sauron, ça donne la patate !


On se souvient notamment de lui pour ses remarquables apparitions : le savant un peu fou dans les Gremlins 2, le bourgmestre dans Sleepy Hollow (rôle qui redonnera un second souffle à sa carrière d'ailleurs), et bien sûr, l'incroyable - et très inquiétant - paternel de Willy Wonka dans Charlie et la chocolaterie de Tim Burton, ou encore le prêtre un peu dingue dans les Noces Funèbres (il lui prête sa voix) ou le pêcheur Silas Clarney dans Dark Shadows, ou enfin le Jabberwocky dans Alice au pays des merveilles (oui, la grosse bête, c'était lui). Et il a également incarné, par deux fois, La Mort du Disque-Monde ! Et ça, c'est vraiment la classe !
C'est l'histoire de Dracula qui rencontre La Mort ...

Il a également doublé quelques jeux vidéos entre 1994 et 2011, dont ses propres rôles de Saroumane et Dooku dans les jeux LotR et Star Wars.
Mais Christopher Lee, ce n'est pas que l'acteur : il est aussi producteur, orateur, musicien, chanteur, et même photographe. Et quand on dit musicien et chanteur ... s'il a fait des chansons de Noël, cela n'avait rien de comparable à ce que faisait Tino Rossi ! Parce que Sir Lee, c'était du heavy metal qu'il faisait, et il le faisait bien ! En 2010, il sort même un album solo By the Sword and the Cross sous le nom de Charlemagne (oui, rien que ça) dans un style opéra metal symphonique.
C'est l'histoire de Dracula qui rencontre La Mort ...

Et ce n'est pas tout : l'autre talent de monsieur Lee, ce sont les langues. Il en parlait sept en tout : couramment l'anglais, bien sûr, mais aussi l'italien (sans doute par sa mère, ou pour elle ...), l'allemand, l'espagnol et le français (et sans accent !), assez bien le suédois, le russe et le grec, et le chinois mandarin à un niveau suffisant pour avoir une conversation. Il la d'ailleurs prouvé en faisant la narration dans la "langue de Molière" lors du concert du Seigneur des anneaux au Grand Rex à Paris en janvier 2011 que sa maîtrise de notre langue était parfaite. Il n'a par ailleurs pas été doublé dans trois films (Les Mains d'Orlac, Dracula père et fils, et Les Rivières pourpres 2 : Les Anges de l'Apocalypse) et dans une série télévisée (Les Redoutables), car c'est lui-même qui a fait la voix française. Notons d'ailleurs qu'il n'a jamais eu de voix française attitrée, et ce ne sont pas moins de 38 doubleurs qui se sont succédés, dont Marc Cassot, Jacques Thébault, Bernard Dhéran (pour, entre autres, le Comte Dooku) et Michel Le Royer (pour, entre autre, Saroumane).
Rajoutez à cela son passé de soldat combattant les nazis, sa rencontre avec Tolkien, son cousinage par alliance avec l'auteur de James Bond, Ian Fleming, son anoblissement (n'est pas Sir qui veut, n'est-il pas ?), et son amitié avec son ennemi à l'écran, Ian MacKellen, et ça en fait un bonhomme ultra classe. Ce n'est donc pas qu'un acteur qui est mort, mais un véritable concentré de talent, de génie, et de fantaisie. 
Dracula a enfin trouvé la paix ... mais il nous manquera énormément !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tepsy 55 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines