Magazine Info Locale

« La triple sanction » Mobilisation importante pour le train d’équilibre territorial.

Publié le 14 juin 2015 par Blanchemanche
#SNCF #TET
« La triple sanction »Hier soir devant la gare de Saintes, plusieurs dizaines de personnes mobilisées contre les menaces qui pèsent sur la ligne Nantes-Bordeaux et ses ramifications.© PHOTO S. J.SÉVERINE JOUBERTDrapeaux de la CGT et de l'UNSA au vent, les représentants syndicaux du monde ferroviaire étaient hier soir accompagnés d'usagers et d'élus, devant la gare de Saintes, pour dire leur forte hostilité au projet de la SNCF qui, pour eux, se résume à une « triple sanction », comme le résume Benoît Groussin, le président de la Fédération nationale des usagers des transports (FNAUT) Poitou-Charentes.Ainsi, la SNCF entend supprimer, dès décembre, l'aller et le retour supplémentaire (en fin de journée) des vendredis et dimanches Nantes-Bordeaux. Mesure assortie de suppression des branches Quimper et Toulouse de deux des trois allers-retours quotidiens. Ce qui affaiblit considérablement l'offre et l'intérêt de la ligne Nantes-Bordeaux, où circulent des Trains d'équilibre du territoire (TET).À ceci, s'ajoute un ralentissement de la vitesse sur la voie ferrée entre La Rochelle et la Roche-sur-Yon. Elle va ainsi passer de 110 km/heure à 60 km/heure. Le trajet entre les deux villes va, du coup, s'allonger de près d'une heure. Une mesure prise en raison du mauvais état de la voie.« La SNCF se sent libre »L'inquiétude des syndicats est d'autant plus grande que la première phase des travaux programmée sur cette ligne est passée de 120 millions d'euros à 170 millions d'euros et que la différence fait défaut. Les projets de contrat de plan État région (CPER) 2015-2020 des régions Pays de la Loire et Poitou-Charentes avaient prévu d'y participer à hauteur de 80 et 40 millions d'euros. Voici quelques jours, le sénateur Daniel Laurent avait sur ce point interroger le Gouvernement en lui demandant « d'inscrire cette ligne dans le cadre du grand plan de modernisation du réseau, ce qui permettrait d'allouer un financement complémentaire à celui prévu par les CPER. » De nombreux autres élus, de gauche et de droite, sont montés au créneau ces derniers temps pour défendre le train et un bon maillage du territoire, pour lequel les collectivités locales paient.Mais hier soir, la CGT, l'UNSA et la FNAUT étaient à la fois très interrogatifs sur cette première tranche de travaux et encore plus sur la réalisation de la deuxième phase des travaux. Tout cela a de plus des impacts sur les trains Corail et TER de l'ensemble de la région.Pour eux, « le Gouvernement est coupable de se désengager. La SNCF se sent libre parce qu'il n'y a plus d'État », résumaient-ils.Publié le 13/06/2015  par s.joubert@sudouest.fr
http://www.sudouest.fr/2015/06/13/la-triple-sanction-1950288-1391.php

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29287 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog