Magazine Cinéma

Sortie ciné : Mad Max - Fury Road, de George Miller

Par Mrwak @payetonwak

Mad Max, Fury Road, George Miller, Brendan McCarthy, Tom Hardy, Mad, Max, Rockatansky, Charlize Theron, Imperator Furiosa, Nicholas Hoult, Nux, Hugh Keays-Byrne, Toecutter, Immortan Joe, Josh Helman, Slit, Nathan Jones, Rictus Erectus, Zoë Kravitz, Toast the Knowing, Rosie Huntington-Whiteley, Transformers, Michael Bay, The Splendid Angharad, Riley Keough, Capable, Abbey Lee, The Dag, Courtney Eaton, Cheedo the Fragile, John Howard, The People Eater, Richard Carter, The Bullet Farmer, Iota, The Doof Warrior, Angus Sampson, Road Warrior, Beyond Thunderdome, Mel Gibson, Australia, geekmehard, geek me hard, test, trailer, critique, avis, comic-book, comics, film, chronique, article

Traverser l'adolescence avec le fantôme de Mad Max impose des idées, des priorités, des rêves de longitude. Plus de 30 ans après l'ultime Mad Max 2, George Miller a pleinement compris la mythologie qu'il a lui-même créée et n'offre rien de moins que le film terminal en la matière, une fuite éperdue dans le désert, à la poursuite du grand néant, de la fuite salvatrice : du mouvement en lui-même.
Après des années bloqué en development hell et sur la seule base d'un storyboard hyper détaillé, Miller ne se soucie pas vraiment de la chronologie de son univers et nous envoie de plein fouet dans son nouveau Far West : Max conduit un V8 Interceptor dans le générique du film, pourtant détruite dans Mad Max 2, et comme ce fut souvent le cas dans la mythologie de la saga, peu importe à quel moment on retrouve notre drifter solitaire. Mel Gibson a passé le relai à Tom Hardy, et on remercie Miller d'avoir engagé un vrai badass pour succéder à Mad Mel. Conscient du poids de l'héritage qu'il reprend après un troisième épisode pas forcément pérenne, Miller s'emploie à retrouver les racines de ce qu'il a créé par le passé : un héros mutique et dépossédé de son humanité, qui cherche seulement à survivre dans un monde rendu fou. Si Mad Max 3 se déroulait après la Troisième Guerre Mondiale (suggérée, puis confirmée par Miller à l'époque), Fury Road n'a plus d'existence historique et se plonge dans l'anticipation la plus totale. Perdue dans le désert, une nouvelle civilisation émerge, sauvage et hors de contrôle. De cette cohue émerge un nouveau personnage, féminin, balaise et déterminée, Imperator Furiosa, qui va laisser quelques marques sur la pellicule.

Mad Max, Fury Road, George Miller, Brendan McCarthy, Tom Hardy, Mad, Max, Rockatansky, Charlize Theron, Imperator Furiosa, Nicholas Hoult, Nux, Hugh Keays-Byrne, Toecutter, Immortan Joe, Josh Helman, Slit, Nathan Jones, Rictus Erectus, Zoë Kravitz, Toast the Knowing, Rosie Huntington-Whiteley, Transformers, Michael Bay, The Splendid Angharad, Riley Keough, Capable, Abbey Lee, The Dag, Courtney Eaton, Cheedo the Fragile, John Howard, The People Eater, Richard Carter, The Bullet Farmer, Iota, The Doof Warrior, Angus Sampson, Road Warrior, Beyond Thunderdome, Mel Gibson, Australia, geekmehard, geek me hard, test, trailer, critique, avis, comic-book, comics, film, chronique, article

Première rencontre entre Furiosa et Max


Très rapidement, le film n'est que mouvement, et on découvre au fur et à mesure des maigres répliques ce qui constitue l'histoire de chacun. Si on sait que nécessairement, Max reste un drifter survivant au jour le jour, l'alliance qu'il forme avec la nouvelle arrivante, Furiosa, ainsi qu'avec le reste des filles, est inattendue et forme le cœur du récit : Fury Road est avant tout l'histoire d'une femme qui en délivre d'autre d'un asservissement sexuel effroyable. Dépossédé de sa liberté dès les premiers instants du film, Max n'a aucune chance de réchapper vivant de sa situation de départ sans Furiosa. Et ce lone wolf n'y arrivera qu'en choisissant de faire confiance à un autre outsider. Même les jeunes femmes échappées de leur triste sort auront leur mot à dire à un moment ou à un autre, même si il faut admettre que la narration effrénée de Miller ne leur en laisse le temps qu'à travers certains cadres, expressions muettes et gestes symboliques. Avec Fury Road, George Miller réalise un blockbuster à tendance féministe, et rend en tous cas caduque Joss Whedon et ses Avengers de pacotille (cf. tous les articles sur Black Widow/Scarlett Johansson, écartée du marketing du film et moquée par ses collègues acteurs), et renvoie au vestiaire l'humour beauf bon enfant des Fast & Furious.
Mad Max, Fury Road, George Miller, Brendan McCarthy, Tom Hardy, Mad, Max, Rockatansky, Charlize Theron, Imperator Furiosa, Nicholas Hoult, Nux, Hugh Keays-Byrne, Toecutter, Immortan Joe, Josh Helman, Slit, Nathan Jones, Rictus Erectus, Zoë Kravitz, Toast the Knowing, Rosie Huntington-Whiteley, Transformers, Michael Bay, The Splendid Angharad, Riley Keough, Capable, Abbey Lee, The Dag, Courtney Eaton, Cheedo the Fragile, John Howard, The People Eater, Richard Carter, The Bullet Farmer, Iota, The Doof Warrior, Angus Sampson, Road Warrior, Beyond Thunderdome, Mel Gibson, Australia, geekmehard, geek me hard, test, trailer, critique, avis, comic-book, comics, film, chronique, article

Fury Road en entier est un ballet opératique en ligne droite où des véhicules prennent en chasse un convoi, le war rig de Furiosa transportant un harem de femmes innocentes vers un nouvel Eden. Miller compose des plans abracadabrants, tantôt simples et posés, tantôt si furieux qu'ils ne peuvent durer plus de quelques secondes malgré la somme de détails évoqués. Il y cette superbe scène où Max découvre inopinément, après le pugilat, le groupe de femmes au repos (et ce plan GÉ-NIAL d'une ceinture de chasteté coupée à la cisaille, aussi intéressant par nature que dans son symbole), cette teinte jaune-ocre permanente qui tâche le film et lui donne la plus belle des lumières, un goût de poussière à force d'avoir cette caméra hors d'haleine poursuivant les véhicules, une tension incalculable qui manque de filer un torticolis à force de scruter l'écran et d'être à cran devant les nombreux morceaux de bravoure du film. Profitant d'une pause du montage dans un moment dantesque, Max se tourne vers l'un des personnages, et ne sachant plus comment réagir, se contente d'un pouce en l'air, avant de retourner au chaos ambiant. On se sent pareil, malmené, liquéfié à force d'être baladé en tous sens. On ne sait plus comment réagir. Ce sourire qui perce derrière les larmes de plaisir est forcément de bon augure : what a lovely day.

Mad Max, Fury Road, George Miller, Brendan McCarthy, Tom Hardy, Mad, Max, Rockatansky, Charlize Theron, Imperator Furiosa, Nicholas Hoult, Nux, Hugh Keays-Byrne, Toecutter, Immortan Joe, Josh Helman, Slit, Nathan Jones, Rictus Erectus, Zoë Kravitz, Toast the Knowing, Rosie Huntington-Whiteley, Transformers, Michael Bay, The Splendid Angharad, Riley Keough, Capable, Abbey Lee, The Dag, Courtney Eaton, Cheedo the Fragile, John Howard, The People Eater, Richard Carter, The Bullet Farmer, Iota, The Doof Warrior, Angus Sampson, Road Warrior, Beyond Thunderdome, Mel Gibson, Australia, geekmehard, geek me hard, test, trailer, critique, avis, comic-book, comics, film, chronique, article

L'un des 26354 money shots que comprend le film


Le film regorge d'effets spéciaux mais ceux-ci sont toujours utilisés en complément de cascades physiques voulues par Miller. On imagine mal comment le réalisateur aurait pu rendre crédible ses combats de camions dans le désert de Namibie d'une autre façon. Rien n'importe plus que le véracité de l'action, que ce soit entre des véhicules, dans les excès de chaque personnage ou les détails complètement fous (tous les habitacles de véhicules, le magnifique bras bionique de Furiosa). Un sacré pari, à l'heure où le fond vert est parti prenante de tous films et qui ne cesse d'accoucher d'aberrations dont on ne sait plus quoi faire. Tourné "en dur" dans sa majorité, on retrouve dans le film une volonté de retourner à quelque chose de pur et honnête. Vashi Nedomansky, monteur pour George Miller sur le film, a témoignait récemment que le réalisateur voulait que le centre du cadre (la cible) soit toujours orientée le point de convergence de l'action, quel que soit le déplacement imposé (voir la vidéo sur son site). Résultat, le spectateur n'a pas à balayer l'écran du regard et dans le montage du film, toutes les actions font sens, il n'y a pas de délai dans la compréhension et la réaction. Une belle réussite.
Mad Max, Fury Road, George Miller, Brendan McCarthy, Tom Hardy, Mad, Max, Rockatansky, Charlize Theron, Imperator Furiosa, Nicholas Hoult, Nux, Hugh Keays-Byrne, Toecutter, Immortan Joe, Josh Helman, Slit, Nathan Jones, Rictus Erectus, Zoë Kravitz, Toast the Knowing, Rosie Huntington-Whiteley, Transformers, Michael Bay, The Splendid Angharad, Riley Keough, Capable, Abbey Lee, The Dag, Courtney Eaton, Cheedo the Fragile, John Howard, The People Eater, Richard Carter, The Bullet Farmer, Iota, The Doof Warrior, Angus Sampson, Road Warrior, Beyond Thunderdome, Mel Gibson, Australia, geekmehard, geek me hard, test, trailer, critique, avis, comic-book, comics, film, chronique, article

On pouvait s'inquiéter d'avoir Charlize Theron dans un tel univers, mais l'actrice semble s'être enfin trouvée une voie vers laquelle se diriger. Le personnage de l'Imperator Furiosa est l'un des personnages féminins les plus intéressants tous films confondus, et devrait trouver sa place auprès d'autres icônes du cinéma d'action. Elle est une force de la nature au même niveau que Max (qu'elle surpasse plus d'une fois) et prend les devants, refusant de se faire dicter sa conduite.
Le film est d'une telle hargne qu'il ne semble constituer à un moment qu'à une politique de la terre brûlée faite film. Sauf qu'il le fait avec un talent indéniable, un sens du cadre, du rythme et du montage qu'on a plus vu depuis le Die Hard 3 de McTiernan. Ce que Miller ne s'encombre pas d'expliquer factuellement, il le fait avec sa mise en scène et c'est au spectateur de relier les points. Très simplement, Fury Road est le blockbuster le plus important de ces dernières années, un film qui parce qu'il est tellement honnête et jusqu'au-boutiste dans ses intentions, ne peut échouer, sur le long terme, à se faire comprendre, aimer et revisiter. Deux heures de long-métrage, des années de développement, et un putain de merci à George Miller pour avoir lutté contre vents et marées pour réaliser ce film !
Il est presque impossible de trouver une façon satisfaisante d'évoquer le degré d'intensité que Fury Road parvient à atteindre; si on reste loin du drame de familles, l'ensemble du film est un trip viscéral où Miller se réapproprie tout ce a quoi il a donné naissance il y a 35 ans. Cela ne fait sens que dans son univers, avec des bribes particulièrement personnelles, des plans fous et une patte de film d'auteur indéniable. L'absence de narratif habituellement de rigueur est entièrement compensé par l'irrésistible besoin qu'a le film de se pousser vers l'avant en permanence. Il a ce mouvement cinétique qui ne s'arrête jamais. La viscéralité ressentie est plus intense que jamais.
Mad Max, Fury Road, George Miller, Brendan McCarthy, Tom Hardy, Mad, Max, Rockatansky, Charlize Theron, Imperator Furiosa, Nicholas Hoult, Nux, Hugh Keays-Byrne, Toecutter, Immortan Joe, Josh Helman, Slit, Nathan Jones, Rictus Erectus, Zoë Kravitz, Toast the Knowing, Rosie Huntington-Whiteley, Transformers, Michael Bay, The Splendid Angharad, Riley Keough, Capable, Abbey Lee, The Dag, Courtney Eaton, Cheedo the Fragile, John Howard, The People Eater, Richard Carter, The Bullet Farmer, Iota, The Doof Warrior, Angus Sampson, Road Warrior, Beyond Thunderdome, Mel Gibson, Australia, geekmehard, geek me hard, test, trailer, critique, avis, comic-book, comics, film, chronique, article

Fury Road est probablement l'incarnation de la forme la plus pure de cinéma qui existe en ce moment. C'est un film d'une puissance cinétique incomparable et probablement le film d'action le plus parfait depuis des années, qui passe à une délicatesse infinie dès que le réalisateur filme ses actrices. Cette émotion parfois bouleversante résonne comme un écho à la question posée plusieurs fois dans le film : Who killed the world? Pour Miller il n'y a pas de doutes : c'est l'homme. Sans verser dans le cliché des expressions toutes faites, on se permet tout de même de dire que s'il n'y avait qu'un seul film à voir cette année au cinéma, ce serait Mad Max - Fury Road : le film le plus intense et le plus riche du monde.
+- George Miller recommande de découvrir son film en 3D, même si il est bien conscient que tout le monde ne pourra pas le supporter.
- Dayna Grant, doublure cascade de Charlize Theron, partage quelques clichés du tournage.
- Les effets spéciaux du film : tempête, poursuites, bras bionique et nuit américaine parmi tant d'autres.
- 7 façons qu'a le film de détourner le sexisme inhérent à sa nature.
- Je n'ai rien rédigé sur Avengers 2 tellement le film m'a cassé les couilles. Par contre, on s'est fendu d'un petit texte sur Fast & Furious 7, qui malgré sa nature, reste infiniment plus sympa que le film de Joss Whedon.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mrwak 352 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines