Magazine Politique

Ma Tribune dans Le Monde des 14/15 juin sur la fin de vie

Publié le 16 juin 2015 par Jeanlucromero

Les sénateurs vont discuter, à partir du mardi 16 juin, de la proposition de loi Claeys-Leonetti visant à réformer la législation française sur la fin de vie en créant de nouveaux droits pour les personnes malades et les personnes en fin de vie ; ce texte voté en première lecture à l'Assemblée nationale le 17 mars dernier.Mais alors que les Françaises et les Français demandent la légalisation de l'aide active à mourir grâce à un geste (euthanasie comme aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg, au Canada ou suicide assisté comme en Suisse, dans l'Orégon) qui permettrait de mettre un terme à une agonie longue, douloureuse et dégradante, il est proposé de légaliser la sédation terminale, c'est-à-dire une anesthésie accompagnée d'une dénutrition et d'une déshydratation.Pourquoi nos élus - et nos gouvernements - ne veulent-ils pas entendre cette revendication presque unanime d'une liberté de choix en fin de vie ?Certains nous répondent que, par son serment, le médecin doit rechercher le soulagement de la douleur et non aider à mourir. Pourtant, le médecin qui sédate puis retire les sondes qui hydratent et alimentent artificiellement un patient sait bien que le corps va lâcher. Ce qu'il ne sait pas, c'est à quel moment.D'autres nous répondent que le " laisser mourir " ou le " faire dormir " serait plus humain que l'administration d'un produit létal. Que dire alors des médecins français qui pratiquent déjà illégalement l'euthanasie dans notre pays (0,8% des 571.000 décès annuels, selon une étude de l'Institut national des études démographiques - Ined - soit plus de 4.500 euthanasies par an). Et que dire aussi des médecins néerlandais, belges, luxembourgeois, qui ont le même serment d'Hippocrate, font ce geste de compassion et ne sont pas moins humains que les médecins français qui s'y opposent ; au contraire, même, puisqu'ils savent qu'une vie a naturellement une fin et qu'il ne sert à rien de s'acharner...D'autres, encore, nous disent que la vie serait sacrée. Mais dans notre démocratie laïque, la vie n'appartient qu'à nous-mêmes. Et à personne d'autres. Les femmes ont su obtenir le droit de disposer de leur propre corps en obtenant le droit à l'IVG ; nous devons obtenir pour tous le droit de mourir dans la dignité ; un droit, et non une obligation.Plusieurs parlementaires favorables à l'euthanasie - et notre premier ministre auteur d'une telle proposition de loi en 2009 - recherchent le consensus pour ne pas opposer les Français. Certes. Mais selon les sondages, entre 86 et 96% des Français se prononcent en faveur de la légalisation de l'euthanasie. Le jury citoyen réuni en décembre 2013 à l'initiative du Comité consultatif national d'éthique (CCNE) a demandé que soit appliqué un geste létal à toute personne en fin de vie qui en ferait la demande, que ce geste soit accompli par le patient lui-même ou par un tiers, médecin ou accompagnant. S'il doit y avoir consensus, il doit se faire sur la légalisation de l'euthanasie.Quant au président de la République - signataire de cette proposition de loi en 2009 - il souhaite obtenir un accord de la représentation nationale...Heureusement qu'on n'a pas attendu un accord sur le droit de vote des femmes, un accord sur le divorce par consentement mutuel, un accord sur l'IVG, un accord sur l'abolition de la peine de mort, un accord sur la dépénalisation de l'homosexualité, un accord sur le mariage pour tous... Nous vivrions encore au moyen-âge ! L'accord de toutes les parties, c'est le plus petit dénominateur commun. Alors que Vincent Lambert est balloté entre la perspective d'une longue mort de faim et de soif sous le régime de la sédation, et les recours juridiques en cascade intentés par une étrange mère, les parlementaires doivent ouvrir un nouveau droit à ceux qui, librement et en conscience, le demandent. Ils doivent autoriser ceux pour qui la vie n'est plus qu'une survie illusoire à partir dignement. Ils doivent légaliser, comme le demandent les Français, une véritable aide active à mourir, humaine et responsable.Jean-Luc Romero
Président de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jeanlucromero 5457 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine